Betty Bonifassi
Gig Seeker Pro

Betty Bonifassi

Montréal, Quebec, Canada | Established. Jan 01, 2014 | INDIE

Montréal, Quebec, Canada | INDIE
Established on Jan, 2014
Solo Alternative

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

Music

Press


After performing for the past few decades alongside Champion and Beast, Betty Bonifassi has finally released her first solo self-titled album earlier this year. A passion project revolving around the music of African-American slaves in the 1920s, her album revamps the material for a 21st century audience, infusing the traditional soul music with synths, drums and samples, and transforming the material into dance-ready rock songs. Her live show continues this conceptual path, with digitally manipulated images of plantations, slave communities and workers displayed in the background. While it teeters on the edge between representation and appropriation at times, Bonifassi's heart is in the right place. And that voice; oh, that voice.

There's a reason she's been the vocalist for multiple projects, including her Grammy-nominated work on the soundtrack to Les Triplettes de Belleville, because Bonifassi believes in her voice as an instrument, and treats it as such. Her reinterpretation of "Black Betty" had most people in attendance moving — this was definitely one of the dancier crowds of the evening — and the dubstep-undercut "Working Down" was a definite crowd-pleaser. "No More My Lawrd" could have benefited from a more understated performance, as the piano-driven and electronic drum infused cut lost its potency when it would veer into hard rock territory. The situation was reversed during "Go Down Old Hannah" which started off as an effectively more straightforward rock composition, until its electronic backend, which was completely unnecessary.

Still, the crowd loved it and chanted for more, which they got when Bonifassi came back for a quick encore, performed from within the excited crowd. These were seasoned performers who had a great command on their material, who managed to stay true to themselves while being greatly entertaining. - Exclaim


Betty Bonifassi is no newcomer to the music world, but she’s never released an album of her own. Until now. And the self-titled collection out on Tuesday was 16 years in the making.

You might not know Bonifassi’s name, but you probably know her big, soulful voice. You may have seen the Montreal artist at the 2004 Academy Awards, belting out Belleville Rendez-vous, the Oscar-nominated theme song to the brilliant Quebec/France animated feature Les Triplettes de Belleville.

Bonifassi sang a couple of songs on that soundtrack, which was composed by Benoît Charest, her husband at the time. She then collaborated with DJ Champion, contributing lead vocals to his groundbreaking 2004 album Chill ’em All and to his touring show for the five years after that. She was also the frontwoman for the acclaimed electro-rock outfit Beast.

So she hasn’t exactly been slacking off for the past 16 years. But all that time, the ideas that would lead to her first solo album were floating around in her head.

It all started when she was doing some research for a Montreal francophone stage adaptation of John Steinbeck’s classic novel Of Mice and Men. The producers wanted her to find some songs from the 1930s to perform in the show, and she discovered slave and chain-gang songs that she thought would be perfect for the production.

Some of those songs turned up on Chill ’em All, in revamped, dancefloor-friendly fashion. With the new album, she’s taken another set of African-American songs from the 19th century and early 20th century and given them a unique electronic 21st-century treatment.

These are mostly songs recorded by legendary musical anthropologist Alan Lomax — taped in prisons or in the fields with chain gangs — reimagined with musical accompaniment newly written by Bonifassi and Jean-François Lemieux. Lemieux also co-produced the album, with Alex McMahon, and they’ve gone for a sound that’s rich in keyboards and avoids anything that sounds even the slightest bit folky.

“When I heard these songs for the first time, I heard Motown, I heard the soul from the music I loved to listen to when I was young,” said Bonifassi. “And I think we’re in the same place as we were 100 years ago. It’s not pessimistic. It’s the reality. Slavery is not finished yet. My mother comes from Serbia, and all those people from the Balkan empire were slaves for all of the European empires for six centuries.

“I found something similar with the African people and (people from the Balkans). I found something in the eyes of the Balkan people that also exists with African people. It wasn’t sadness that I found. It was strength. It’s that these people have suffered so much that they’ve discovered something about life that we still haven’t learned. I found a candour and a tenderness. They have something so strong inside themselves that can’t be taken away. And I see that in the eyes of my African friends, and I see the same thing in the eyes of my friends from the former Yugoslavia. And that’s what I wanted to capture on this album.”

The roots of the songs are absolutely traditional but the music is anything but, thanks to the electro work of backing musicians Lemieux, McMahon and Benjy Vigneault.

“I took all the textures from today — the electro, the synth, the sampling, the big sound, very bassy, very drummy, and this is the way I modernized them,” said Bonifassi. “It’s forgetting all of the textures of the roots. There’s no guitar on my album, no banjo, no ukulele, nothing folkish.”

In conversation, Bonifassi couldn’t hide her excitement about this long-gestating project finally coming to fruition. For her, it’s a set of songs that pay tribute to her own roots in the Balkans — and to all the suffering that goes with that — and to her first musical inspiration in the music of black America.

“I heard Marvin Gaye, Aretha Franklin in those songs. I heard Billie Holiday. I heard all these great soul singers that still touch us today.” - The Gazette


Dès les premières chansons, on est envoûté. Par la voix hypnotique et puissante de Bonifassi, bien sûr, mais aussi par le propos. Ces chants de prisonniers et d’esclaves, collectionnés au fil des ans par l’ethnomusicologue américain Alan Lomax (plus deux compositions originales), sont puissants. Les 12 titres, mis en musique par la chanteuse et ses complices, s’abreuvent à la soul, au blues, au funk, à l’électro et au rock; des styles qui traduisent parfaitement l’énergie peu commune de ces chants de travail. - Métro


Betty Bonifassi signe l’album le plus renversant de l’automne.

On a vu la chanteuse baigner dans plusieurs projets comme avec Les Triplettes de Belleville. Elle a aussi prêté sa voix à DJ Champion et a œuvré au sein du duo Beast qu’elle formait avec Jean-Philippe Goncalves. Cette fois, c’est sous son propre nom qu’elle signe ce nouveau projet et ce, en grosses lettres.



Le projet a été travaillé sur Chants d’esclaves, chants d’espoirs, en labo au Centre Phi, puis sur scène au dernier Festival International de Jazz de Montréal, pour, enfin, aboutir à ce chef-d’œuvre. Une œuvre universelle et puissante qui s’inscrit un peu hors du temps. L’inspiration qui lui a donné ce souffle créatif vient de la découverte des chants d’esclaves de l’Amérique qu’enregistra Alan Lomax au début du XXe siècle. Pourtant, sur cet album, vous n’entendrez pas ces enregistrements, ni de chœurs, ni de « chants », mais seulement la voix poignante et exaltante de Betty Bonifassi.



Ça commence avec Prettiest Train qu’on croirait enregistrée avec les moyens du bord, sur une terrasse de Nouvelle-Orléans. C’est d’un réalisme saisissant. Ça tape du pied sur le sol et sur un étui de guitare. C’est du bruitage minimaliste, bien raw et bien folk. Puis, ça vibre comme un pétard. Tout explose, portée par cette voix grave et puissante de Betty. Avec More My Lawrd, la machine est lancée. Un immense mélange de rock et d’électro-folk se met à groover.



Le travail a été fait avec l’aide de Jean-François Lemieux qui a coréalisé l’album. Les chansons ont été transformées pour prendre vie, pour obtenir une couche de modernité, d’électro et de trip hop. Les chants d’esclaves sont d’une nature entrainante et répétitive comme dans l’hypnotisante et exaltante Grizzly Bear.



L’émotion est là, livrée avec l’énergie et la fougue toute personnelle de Betty Bonifassi. Passions et douleurs l’habitent et elle les transpose dans un magnifique album. Elle use d’une multitude de sonorités toutes plus contemporaines les unes que les autres. On n’a pas du tout l’impression d’être dans un champ de coton, mais l’idée est là. Avec le blues, le soul, le funk, l’étecto-trad et le bon vieux rock, ça continue de rouler sur la superbe et groovy Whoa Buck.



Intense et ambitieuse, l’inépuisable Betty nous fait redécouvrir certaines chansons à sa sauce : No Coffee, Hammer Ring, et la funky et obsédante Black Betty. Certaines pistes se font plus langoureuses, légères et tout aussi terribles telle que Working Down ou la saisissante Berta Berta.



Hypnotisante et ambitieuse, on découvre enfin pour la première fois Betty Bonifassi avec tout son talent. Elle nous offre son cœur en 12 pistes, un peu meurtri, mais si magnifique. - BRBR


Le 23 septembre dernier sortait le premier album, éponyme, de Betty Bonifassi. L’artiste, révélée par Les Triplettes de Belleville, rend hommage aux esclaves afro-américains en revisitant quelques work songs du vaste répertoire d’Alan Lomax.

Pour la chanteuse originaire de Nice, cet hommage moderne et puissant est le fruit d’un engouement profond. Seize ans qu’elle attendait ça. Retour sur ma rencontre avec cette chanteuse magnétique… en deux actes.



Acte 1 : la claque

Lundi 22 septembre dernier, au Cabaret du Mile-End. La salle de spectacle de l’avenue du Parc, copieusement remplie, bruisse d’une impatience contenue. Ce soir-là, on célèbre Betty Bonifassi, dont le premier album éponyme, attendu le lendemain dans les bacs sous l’étiquette L-A be, fera couler beaucoup d’encre dans les médias. Dans le bon sens du terme. Il faut dire que la dame, immatriculée à Nice mais résidant au Québec, est précédée d’une belle réputation. Elle ne l’a pas volée. Le talent saute aux tympans, et il s’épanouit sur scène. Pour rappel, elle fut révélée par Les Triplettes de Belleville, et a aussi collaboré avec DJ Champion et le duo Beast. Voilà pour la bio express…

Son premier opus est un condensé de gravité et d’espoir, de douceur aussi, mâtiné de cette puissance qui caractérise son timbre de voix. Les racines de cette galette de 12 pistes remontent à l’époque sombre de l’esclavage afro-américain. Elle tire son essence du formidable travail d’archivage mené par l’ethno-musicologue Alan Lomax, qui a également inspiré Nicolas Repac. Il y a un peu plus d’un an, le 3 juillet 2013, le guitariste et grand complice d’Arthur H était venu présenter son Black Box au Festival international de jazz de Montréal. Cette lecture nouvelle et audacieuse du blues associait des archives sonores - notamment des chants de prisonniers - à des enregistrements contemporains. Le hasard a voulu que Betty offre aussi une relecture moderne de ces chants de forçats, avec l’appui du réalisateur et musicien Jean-François Lemieux (basse), mais aussi de Benjamin Vigneault (batterie) et Alex Mac Mahon (claviers). « Seize ans que je voulais faire cet album. L’engouement était fort ! »



Le fameux grand soir, Betty Bonifassi était euphorique, ravie d’être sur scène. Elle débordait d’énergie, “sacrant“ de temps à autre comme une vraie Québécoise, elle qui a franchi l’Atlantique il y a 16 ans. « J’ai l’impression d’être à une date », avait-elle confié au public, impatiente de livrer la marchandise, de rendre hommage, à sa façon, « à la force de résilience, à la dignité et à la beauté des esclaves africains déportés en Amérique du Nord à des fins de main d’œuvre », comme on peut le lire, en introduction, à l’intérieur de l’album.

On était entré très vite dans le vif du sujet avec “Prettiest Train“. Interprétée a capella, la chanson inaugurale du CD avait fait l’effet d’un uppercut. Le silence s’était imposé de lui-même. Un silence teinté de respect et d’admiration. Un mutisme de cathédrale. Le show, limité à une heure, avait été abrasif et passionné. Un amalgame de blues, de soul, de funk, d’électro et de rock, le tout accompagné de projections vidéos, classiques sur le fond, mais avec un rendu très contemporain. Ce spectacle venait des tripes, ça se sentait. Il s’était achevé avec “Go Down Old Hannah“, comme un coucher de soleil, puisque c’est ainsi que les esclaves avait surnommé cet astre puissant.

Acte 2 : les confessions



Lundi 6 octobre, à la Croissanterie Figaro, toujours dans le Mile-End. Betty se contente d’un verre d’eau. Elle est arrivée en retard, se confond en excuses. Excuses vite acceptées, car la dame avait une autre entrevue avant moi. Avec un médecin. Sa mine fébrile a valeur d’alibi. Derrière ses lunettes de soleil, un regard emprunté. La fatigue, après de longues heures passées sur un plateau télé. Pour éviter de contaminer son interlocuteur, BB (voilà de bien belles et célèbres initiales !) me propose ce qui pourrait s’apparenter à une embrassade de coudes. Sur le coup, je me sens comme un rappeur (give me your elbow, brother…)

Au cours de la conversation, nous parlerons musique, bien sûr, mais aussi de son sang métissé, avec ses globules italiens et serbes, du conflit en ex Yougoslavie, qui a profondément marqué sa maman, de sa passion pour la culture iranienne, ou encore de la prestation très remarquée de l’actrice Anne Dorval sur le plateau de l’émission française On n’est pas couché, durant laquelle elle s’est insurgée contre les positions du journaliste et polémiste Éric Zémour contre le mariage gay. Par moments, Betty Bonifassi ne reconnaît plus son pays natal, qu’elle juge rétrograde. Les récentes manifestations contre le mariage pour tous n’arrangent rien, lui inspirant d’autres commentaires lapidaires.

Quarante-cinq minutes plus tard, la voilà qui s’éclipse. Rideau sur notre petite entretien sous un soleil azuréen. Mais quelque chose me dit qu’on devrait la revoir bientôt sur une scène montréalaise, avant la fin de cette année…





Ce qu’elle avait à nous dire sur son album, morceau par morceau

“Prettiest Train“ : « Dans cet album, il y a deux chansons qui s’appellent à l’origine “Black Betty“ et “Black Woman“. La première a gardé son titre, la seconde est devenue “No Coffee“. On parle de slave songs. À l’époque, les esclaves étaient acheminés sur leur lieu de travail à bord de trains. Ce qui est fou, c’est que ce sont eux qui ont accolé le terme « pretty » à ces trains affreux, qui revenaient aussi avec des morts… “Prettiest Train“ est ce qu’on appelle un call song, un appel au travail. Dans le show, c’est la même chose, on rassemble le monde. C’est pour ça que ce titre ouvre l’album. »

“No More My Lawrd“ : « J’avais lu une histoire assez sordide, pendant la guerre de Sécession. On mettait de très jeunes esclaves noirs, des adolescents de l’âge de mon fils, en première ligne, avec des cônes en métal dans lesquels ils soufflaient. Les sons produits étaient supposés, dans des conditions de brouillard ou de nuit, faire peur à l’ennemi. Résultat : beaucoup se sont fait tuer, ils étaient sacrifiés. J’ai donc imaginé une toune qui aurait pu aussi faire fuir l’adversaire. D’où des sections très dissonantes et telluriques dans ce morceau. »

“Grizzly Bear“ : « Grizzly Bear, c’est l’oppresseur, le colon, celui qui profite de ces gens-là contre leur gré. C’est celui qui les surveille, en fait, pendant qu’ils travaillent. »

“Whoa Buck“ : « Cette chanson est très vieille, elle a été reprise par Lead Billy, sous le titre “Whoa Back Buck“, à qui Alan Lomax avait fait écouter tout son répertoire. Elle raconte l’histoire de deux gars qui dilapident le peu d’argent qu’ils gagnent en cigarettes et en alcool. Ils essaient d’oublier… »

“No Coffee“ : « C’est la fameuse chanson “Black Woman“, qui parle des trains de déportés. »

“Let Your Hammer Ring“ : « Cette pièce, c’est comme Keep the faith. Souvent, dans ce genre de chanson, il y a du slang caché. Par exemple avec To the bottom. Au sens premier, cela signifie au fond du trou, qu’on est dans la noirceur… Mais pour les esclaves, the bottom, c’était la maison au bord de la rivière, que tous rêvaient de posséder. C’est vraiment cette signification que j’ai découverte dans le lexique de leur langage codé. L’espoir est très lié à ce morceau. »



“Working Down“ : « C’est une composition. Avec Jean-François (Lemieux), on a imaginé une berceuse pour les endormir et soulager leur douleur. »

“Early In The Morning“ : « Il y a des tas de gens qui se lèvent tôt, mais eux se levaient trop tôt, ils ne dormaient pas assez… »

“Black Betty“ : « Encore un train de la mort, comme dans le morceau “No Coffee“, mais avec un côté plus cinématographique. Elle a été reprise par le groupe de rock Ram Jam (ndlr : un tube). C’est une des dernières chansons que j’ai découvertes. J’ai failli m’évanouir en apprenant que c’était une slave song, car il y a mon prénom dedans. »

“Berta Berta“ : « La mélodie, très douce, est très proche de l’originale, mais le refrain, pas du tout. En m’écoutant interpréter ce morceau, une amie m’a fait remarquer qu’on dirait que je chante un chant amérindien. Je vois d’ailleurs, mais c’est ma théorie, un parallèle entre les deux cultures, noire et amérindienne. Disons que ce titre, c’est mon côté un peu plus amérindien. »

“How Does It Feel“ : « C’est ma chanson sur l’esclavage moderne, mais aussi la seconde composition de cet album. Elle a été écrite par Zoé, la fille de ma meilleure amie. Je voulais savoir comment une jeune fille de 20 ans percevait l’esclavage moderne. Ça donne ce texte très beau ! »

“Go Down Old Hannah“ : « On a commencé le disque avec l’appel au travail, on le conclut avec la fin de la journée. C’était la chanson préférée d’Alan Lomax. Dans le langage slang, Old Hannah désigne le soleil. » - Camuz


Bien habitée de ses trente années de carrière et des nombreux projets qui ont su charmer la planète, que ce soit les Triplettes de Belleville, son ex-groupe Beast ou sa collaboration avec DJ Champion, Betty Bonifassi s'émancipe finalement avec son premier album homonyme, qui porte en lui toute la force du passé qui a construit notre Amérique comme on la connaît aujourd'hui.
Les influences de la douce à la voix suave sont nombreuses et on se fait plaisir à découvrir la richesse de ses explorations. Librement et ambitieusement inspirée des chants des esclaves africains qu’a su archiver Alan Lomax, voilà que Betty Bonifassi insuffle tour à tour toute l’inventivité de sa créativité visionnaire.

Ainsi, on s’imagine aisément dans les champs de coton lors de la pièce d’ouverture «Prettiest Train», alors que l’électro swing de «Grizzly Bear» et le funk de «How Does it Feel» ont certainement l’éloquence nécessaire pour déhancher les foules comme seule Bonifassi en a d’ailleurs toujours eu le secret. Dans la même lignée d’éloges, que dire de l’envoûtant soul de «Working Down»? Tout simplement hypnotisant!

Betty-Bonifassi-entrevue-Bible-urbaine

Fort d’un travail de recherche qui découle d’un tout aussi long processus de création, on salue l’aisance qui se fait ressentir, celle-là même qu’affichait l’artiste lors de son magnifique spectacle Le tombeau des trottoirs, qui reprenait avec fougue d’immortels classiques de la musique française. En construisant et déconstruisant le passé à sa façon, Bonifassi fait le pont entre les époques et les générations et livre des chansons à la progression significativement percutante.

Parfait pour une époque post-12 Years a Slave, long-métrage triplement oscarisé qui a su chavirer Hollywood et tout le reste de la planète cette année, disons que cet album a entièrement sa place dans le paysage musical du moment. Après tout, si les douze pièces de l’album sont toutes plus splendides les unes que les autres, et ce, pour diverses raisons, une seule écoute de la sublime «No More My Lawrd» permet de saluer la quintessence d’une artiste exemplaire en pleine possession de ses moyens et qui est loin d’avoir dit son dernier mot. - Bible Urbaine


Elle a l’une des plus belles voix du Québec. Du moins l’une des plus singulières. Après avoir fait grande impression avec les projets Beast, Les Triplettes de Belleville de Benoît Charest ou encore sur le Chill ‘Em All de Champion, Betty Bonifassi a pris la musique à bras-le-corps pour enfin créer un album à elle, qui s’inspire de l’espoir et du combat pour la liberté des esclaves américains.

Bien avant la poignée de représentations du spectacle Chants d’esclaves, chants d’espoirs proposées depuis quelque temps dans certaines villes du Québec (dont à Montréal dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal), Betty Bonifassi s’est passionnée pour la culture noire. Et cet intérêt très personnel est devenu une source créatrice fondamentale dans ce disque homonyme qui paraît cette semaine.

Dans les premières minutes de la rencontre, elle n’hésite pas : « Cet album, c’est moi du début à la fin. »

Assise dans un fauteuil d’un café de la rue Sainte-Catherine, les yeux grands ouverts, Bonifassi raconte à quel point elle s’est attachée au personnage d’Isabeau dans la saga Les passagers du vent, série de bandes dessinées mythiques de François Bourgeon, dont le premier tome est paru en 1979.

betty bonifassi

L'album Betty Bonifassi.

Elle explique ensuite la signification toute particulière d’un projet théâtral (qui remonte à plus de 15 ans) impliquant l’œuvre Des souris et des hommes de John Steinbeck (1937). On avait demandé à Betty Bonifassi de créer une musique inspirée des années 30. Durant une recherche étoffée, la chanteuse découvre notamment les enregistrements des musicologues américains Alan Lomax et de son père John, qui sont des œuvres du folklore américain jusqu’alors tenues en vie par la transmission orale. Parmi cette foisonnante réserve de chansons, certaines sont de véritables work songs d’esclaves…

« En creusant, j’ai aussi trouvé des slave songs. Dans une vente de garage, je suis tombée par exemple sur un album qui s’appelle Negro Songs of Protest, des pièces enregistrées par un ethnologue britannique en 1922. Il est allé rencontrer des hommes dans une prison du sud des États-Unis. Là-dedans, il y a entre autres le chant qui est devenu la pièce No Heaven, faite avec Champion. J’ai tout appris par cœur. Il n’y avait aucune musique. Mais je trouvais ça groove, je trouvais ça soul. »

On pourrait croire qu’il est improbable de transposer en matière musicale tangible cette démarche intellectuelle initiale. Comme si l’isolement, la douleur et la colère engendrés par l’esclavagisme seraient impossibles à incarner en chanson tout en intéressant le public. Pourtant, Bonifassi est convaincue du contraire. Cette forme d’art, qui est devenue pour les esclaves un exutoire et un symbole d’unicité dans l’adversité, renfermait de vrais trésors.

Les gandy dancers

La première chanson de l’album intitulée Prettiest Train évoque ces hommes positionnés en rangée frappant le sol de leur pioche. Une cadence qui était souvent accompagnée d’un chant transmis oralement d’une personne à une autre. La motivation? Garder le rythme et oublier du même coup ce labeur obligé. « Cette image que l’on voit souvent dans les films (elle cite O Brother, Where Art Thou?, des frères Cohen), ces hommes cordés, on les appelle gandy dancers. Bien d’autres appellations sont nées entourant l’appel au travail. On a également les work songs ou encore les field songs (au champ). Tout un art s’est donc développé autour du travail…»

Selon l’artiste de 43 ans, l’esclavagisme humain est comme « une épée de Damoclès », il peut tomber n’importe quand. Un mouvement social qui met souvent en opposition les riches et les pauvres. « Ce n’est pas seulement un phénomène du passé. Ce thème à une résonnance jusqu’à nous. En ce moment, il y a des effluves de l’esclavagisme un peu partout sur la planète. Ici et là, ça pue la merde. »

De tous les chants croisés sur sa route, Bonifassi en a conservé une vingtaine. « J’ai retenu ceux qui rejoignaient cette envie de relecture électro motown. J’ai gardé ceux qui groovaient plus, ceux qui pouvaient s’adapter mieux à la musique.»

D’autres hommes

Il y a deux ans, le bassiste Jean-François Lemieux (coréalisation avec Alex McMahon, arrivé plus tard) est embarqué dans le projet. Ils ont écrit pendant un an et demi. Ensuite, la production a été complétée avec l’aide du batteur Benjamin Vigneault et du fondateur et président de la boîte L-A be, Louis-Armand Bombardier.

Au sujet du spectacle, elle continue de le peaufiner au fil du temps. « Le concert évolue toujours. Il n’a rien de moralisateur ou d’académique. Je ne veux pas faire de politique. Ce n’est pas mon rôle. Je désire plutôt rendre hommage à ces hommes et femmes qui ont subi l’esclavagisme. Je veux partager cette culture du travail. C’est la musique avant tout. L’idée est de célébrer. Le spectacle, je le veux festif et énergique. J’aimerais beaucoup faire une scène commune avec le groupe A Tribe Called Red. Je trouve que nous avons eu la même pensée. Ils font un truc très intelligent. »

Dans la tête de Bonifassi, il n’y a pas à dire, les idées se bousculent. D’autant plus que Robert Lepage pourrait s’investir dans la proposition scénique.

« Le peu que je peux en dire, c’est que Robert Lepage m’a dit qu’il voulait faire un spectacle comme il a fait avec le travail de Peter Gabriel, confie l’artiste. Comme ce fameux spectacle dans les années 1990 (il a signé la mise en scène de la tournée mondiale The Secret World Tour). « Mon projet le galvanise beaucoup. Robert, c’est une bonne connaissance. Il vient voir beaucoup ce que je fais. Et il a adoré mon dernier spectacle. Il y voit quelque chose d’intemporel et de fort. Il m’a invité à voir Les aiguilles et l’opium en me pétant un rendez-vous le lendemain. Il a vu que j’en avais en dedans sur le sujet. »

Une histoire à suivre. - Huffington Post


Discography

Still working on that hot first release.

Photos

Bio

“This album is a tribute to the strength of the resilience, dignity and beauty of African slaves deported to America for the purpose of labour exploitation. Africa paid in blood to build America’s structure as well as its art. Thanks to Alan Lomax, we are able to listen to these songs 100 years later, so we may never forget.” Betty Bonifassi

She needs no introduction, but here is her story. Betty Bonifassi became known with The Triplets of Belleville, her collaboration with DJ Champion, and the duo Beast. She is undoubtedly one of Canada’s great voices and exudes a magnetism that is unreal!

At long-last, she is releasing her debut album which will be available September 23, 2014 with the Montreal-based L-A be label. In collaboration with Jean François Lemieux (production and bass), Benjamin Vigneault (drums) and Alex Mac Mahon (production and keyboards), Betty’s ambitious album (which began as music research for Steinbeck’s play Of Mice and Men) pays tribute to African-American prisoners’ songs from the 1920s in the Southern States. These chants helped to maintain the pace of the unbearable and inhuman work.

These songs are what inspired this project, a modern reinterpretation of a work that has already been largely archived by the Lomax family. Alan Lomax (1915—2002), a famous ethnomusicologist, folklorist, musicologist and collector of American music, collected music from the United States, Caribbean, and European nations, which influenced this music. He archived folklore for 52 years.

This album captures the very essence of Betty Bonifassi. She perfectly conveys the intensity of the emotion, pain, and hope in these slave songs, alternating between a range of styles: blues, soul, funk, electronic and rock, adding this extraordinary voice to the mix. From the first single, the haunting rendition of Whoa Buck followed by the hypnotic Grizzly Bear through to the surreal Black Betty, Betty Bonifassi’s album contains 12 great songs of hope (including 2 original works) which will make…history.

In an interview with Sylvain Cormier of Le Devoir, before her performance at the last Festival International de Jazz de Montréal, Betty summed it up best: “I have finally found a way to express what has been forever on my mind, what I’ve wanted to achieve in all my projects, The Triplets of Belleville, DJ Champion, Beast, 30 years of music! I’ve been searching for this all my life, and now I have it in my hands! My own in vitro mix!”