Brigitte Saint-Aubin
Gig Seeker Pro

Brigitte Saint-Aubin

Montréal, Quebec, Canada | INDIE | AFM

Montréal, Quebec, Canada | INDIE | AFM
Band Folk Pop

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


"Brigitte Saint-Aubin, etre..."

Arts et Spectacles, jeudi 30 novembre 2006, p. 16
Disques

(L-ABE / Select)

Hébert, Francis

La comédienne et chanteuse Brigitte Saint-Aubin délaisse un temps son groupe western-country Les Frères Sénéchal pour se lancer dans l'aventure solo avec Être. La couleur dominante est un folk-pop acoustique dans lequel les guitares de Michel Héroux se taillent une place de choix, appréciable. La voix, quant à elle, rappelle par endroits la grande Valérie Lagrange, par sa pureté cristalline. Pas de doute, Saint-Aubin prend un plaisir fou à chanter et composer joie qui se communique particulièrement dans la deuxième partie du disque, nettement supérieure à la première. Ariane Moffatt signe une musique, Yann Perreau fait un duo réussi dans Les nyctalopes galopent. Globalement sympathique, on aurait cependant aimé des paroles et une réalisation moins lisses. ***


Catégorie : Arts et culture
Taille : Bref, 97 mots

© 2006 Voir. Tous droits réservés.

Doc. : news·20061130·VR·0035



Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés. © 2008 CEDROM-SNi
- Voir, no. Vol: 20 NO: 48


"Dans le salon... de Dieu"

Brigitte Saint-Aubin au Gesù
Cormier, Sylvain

Attachante. Brigitte Saint-Aubin est attachante. Plus on la connaît, plus on lui veut du bien. Cela tient à une certaine manière qu'elle a de prêter flanc. D'être terrifiée et d'y aller quand même. Pas frondeuse, pas casse-cou: elle se risque, voilà tout. Et advienne que pourra. Et ce qui advient, c'est qu'on ouvre grand les bras, les oreilles, la bouche même (en forme de sourire): on prête flanc à notre tour. Et l'on s'attache.

C'est ce qui s'est passé hier, alors qu'elle proposait en première montréalaise son spectacle Être... en trio dans ce qu'on appelle l'Espace Aline-Letendre du Gesù, c'est à-dire l'église même, au-dessus de l'habituelle salle, juste sous les grandes orgues. Grandiose, intimidant endroit: survivre à ça, c'est un peu beaucoup gagner son ciel. À tout le moins partager l'immensité du lieu avec le public, vivre l'écho caverneux en toute solidarité: on était d'autant plus attentif qu'il fallait prêter l'oreille pour distinguer les textes ainsi réverbérés, se mêlant aux percussions de Joanna Peters, au piano et au violoncelle de Geneviève Miller, à la guitare même de la chanteuse. À difficulté d'écoute, qualité d'écoute?

C'était en cela le contraire et la même chose qu'aller chanter à froid, sans amplification, dans le salon des gens, pari fou de l'été dernier: 14 spectacles dans 14 maisons privées à travers le Québec. Un documentaire (signé Claude Gagnon), présenté hier avant le spectacle, chroniquait ladite tournée et montrait justement Brigitte Saint-Aubin dans tous ses états, apeurée avant, extatique après. Un documentaire sur le spectacle d'hier montrerait la même Brigitte lançant à l'eau «dans le salon... de Dieu» quatre nouvelles chansons, dont une à peine née (la plus jolie, Saison de verre). On l'y verrait nerveuse jusqu'à la maladresse (oups! mauvaise clé!) contente jusqu'à l'extase (charnelle Crème caramel), naturelle jusqu'à la transparence, devant un auditoire d'abord bienveillant, puis carrément charmé. Et attaché.

Collaborateur du Devoir


Catégorie : Arts et culture
Type(s) d'article : Article
Taille : Court, 243 mots

© 2008 Le Devoir. Tous droits réservés.

- Le Devoir


"Du salon au sacré"

Arts et spectacles, lundi 31 mars 2008
folk / Brigitte Saint-Aubin
Blais, Marie-Christine

En avril dernier, à la suite de la parution de son premier album Être , Brigitte Saint-Aubin annonçait une tournée de salons, dans des maisons. Après 10 représentations dans des résidences et quatre supplémentaires! , elle se produit dans un salon très particulier, disons même le salon du Christ. Ce soir, l'auteure-compositrice-interprète jouera dans l'église du Gesù.

Et ce n'est pas parce qu'elle a une chanson intitulée Mercredi des cendres sur son album folk (auquel ont collaboré Ariane Moffatt et Yann Perreau) que son projet a été accepté par les responsables de la programmation de l'église! C'est plutôt la façon particulière de Brigitte Saint-Aubin d'aborder la chanson - toujours avec une volonté de communiquer, j'allais dire de communier - qui a fait la différence.

Évidemment, l'entrevue avec la comédienne (dans Québec-Montréal, Histoires de filles...), chanteuse et guitariste s'est déroulée dans la maison de la journaliste, histoire d'être "raccord" avec toute cette démarche de proximité.

Démarche de proximité, oui, mais aussi démarche théâtrale, précise l'auteure-compositrice: ceux qui assisteront au spectacle lundi verront d'ailleurs un intéressant documentaire réalisé pendant cette fameuse tournée de salons du Québec (Sainte-Mélanie, Sorel, Québec, Saint-Simon, Saint-Jean, etc.), où l'on constate que Brigitte Saint-Aubin respecte toujours les règles de l'art du spectacle. En d'autres termes, elle se produit dans un petit décor et un éclairage montés par un membre de son équipe; accompagnée par une percussionniste-choriste, elle porte un costume de scène; mais surtout, surtout, elle n'entre dans la maison qu'au tout début du spectacle, comme s'il s'agissait bel et bien d'une scène et que le reste de l'univers lui tenait lieu de coulisses.

"Je tenais au côté mystère d'un spectacle, à un certain décorum, je ne voulais pas que ça soit du style "la fille qui prend sa guitare autour du feu", explique-t-elle. Pour moi, la musique rapproche les humains; un spectacle est une occasion d'être ensemble, de former une petite communauté, mais c'est aussi un "vrai" spectacle, littéralement une mise en scène. En faisant cette tournée, je pensais à Robert Gravel (l'ô combien regretté cofondateur du Nouveau Théâtre expérimental) qui avait déjà fait une pièce qu'il jouait pour un seul spectateur à la fois. Il a certainement établi un autre contact que celui qui se fait dans une salle, mais ça restait du théâtre, de l'art, quelque chose de sacré, de spirituel dans un certain sens, précise-t-elle. Moi, je voulais faire vraiment de la chanson, mais justement d'une autre façon. Faire mes chansons dans le salon des gens ou dans une église, ça rejoint tout ce à quoi je crois."

Pour le spectacle au Gesù, elle sera donc accompagnée de sa "vraie" percussionniste (qui devrait accoucher sous peu!) et d'une "vraie" violoncelliste-pianiste. Et comme dans les maisons, Brigitte chantera la quasi-totalité de son album, plus trois ou quatre nouvelles chansons, dont Remonter ce qu'on démonte, qu'on peut entendre sur son site. Une chanson qui parle de son besoin de réparer ce qui peut l'être, au sens propre et figuré.

Car une des particularités de Brigitte Saint-Aubin, c'est de ne pas faire que des chansons d'amour: "Je ne me le refuse pas, précise-t-elle, mais j'essaie de diversifier. Je trouvais que je n'avais pas beaucoup de chansons engagées sur l'album, mais avec Remonter... je crois avoir trouvé une façon de le faire."

L'année écoulée n'a pas été sans son lot de surprises pour la jeune femme: elle a notamment remporté le prix "Relève" des troisièmes Prix de la musique folk canadienne en décembre. "Ça m'a réellement fait plaisir parce que j'étais la seule francophone en nomination dans la catégorie et que 9 des 10 jurés étaient anglophones. Pour moi, ça voulait vraiment dire que la musique peut aller au-delà de la langue, qu'on avait compris mes intentions sans nécessairement comprendre les mots... C'est fort, une chanson."

Brigitte Saint-Aubin à l'église du Gesù, ce soir, 19h30.


Illustration(s) :

Brigitte Saint-Aubin, qui a donné une série de spectacles dans des salons, est photographiée ici dans le salon de notre journaliste.


Catégorie : Arts et culture
Sujet(s) uniforme(s) : Musique; Théâtre
Taille : Moyen, 503 mots

© 2008 La Presse. Tous droits réservés.

- La Presse


"Brève musique"

Musique, jeudi 27 mars 2008, p. 16
Brigitte Saint-Aubin
Hébert, Francis

À écouter la pop-folk de Brigitte Saint-Aubin, on songe au cristal: pureté, fragilité, fluidité, transparence. Dans Être, son premier album publié fin 2006, Brigitte se balade à vélo, des chansons sous le bras. Un dialogue entre la mère et la fille. Une chanson très sensuelle, intitulée Crème caramel, qu'elle garde pour la fin, en guise de dessert. Il y est beaucoup question aussi de pluie, de fluides, à l'image de la contemplative épicurienne que semble être l'ex-Frères Sénéchal et comédienne sacrée meilleur artiste de la relève 2007 de la musique folk canadienne. Elle fait sa rentrée montréalaise au Gesù en formule trio: sa guitare, des percussions et du piano/violoncelle. Le 31 mars.


Catégorie : Arts et culture
Taille : Bref, 82 mots

© 2008 Voir. Tous droits réservés.

Doc. : news·20080327·VR·0042

Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés. © 2008 CEDROM-SNi
- Voir, no. Vol: 22 NO: 13


"Brigitte Saint-Aubin propulsée à l'avant-scène"

Arts et spectacles, lundi 3 décembre 2007, p. ARTS SPECTACLES4
Musique folk

Magny, André
Le Droit

La troisième présentation des prix de la musique folk canadienne, qui s'est tenue samedi au Musée canadien des civilisations de Gatineau, a couronné Mighty Popo, d'Ottawa, et son groupe dans la catégorie meilleur artiste de musique du monde pour l'album Muhazi. De son côté, l'ironique auteur et chanteur Hugo Fleury, du groupe Polemil Bazar, a obtenu le prix du meilleur auteur-compositeur francophone. Les Charbonniers de l'enfer, la formation traditionnelle québécoise à l'impressionnant parcours, ont, quant à eux, raflé le trophée du meilleur ensemble.

Pendant que Les Charbonniers et Hugo Fleury brillaient par leur absence - les premiers, retenus par d'autres engagements; le second, occupé à survivre, et il semble que ce ne soit pas une blague, en vendant des sapins de Noël à New York -, le groupe trad montréalais La Part du quêteux a mis la main sur le prix du meilleur album traditionnel pour Paye la traite, coiffant au poteau Les Charbonniers de l'enfer et The Foggy Hogtown Boys de Toronto.

La personne la plus surprise de la soirée fut sans doute la chanteuse, guitariste et violoniste Brigitte Saint-Aubin. Émue et ravie de recevoir le trophée réservé à l'artiste de la relève pour Être, son premier album, la Montréalaise se disait "tellement contente" de son prix que son prochain album, prévu d'ici environ un an, se redirigerait probablement "encore plus vers le folk".

Rendez-vous pancanadien

Revenant à leurs premières amours de 2005, les organisateurs de l'événement avaient réservé la grande galerie du MCC, où trônent les majestueux totems de la côte ouest canadienne. En fait, il ne manquait à cette soirée qu'un joli feu de camp pour que les airs d'un Ron Haynes ou d'une Sylvia Tyson se transforment en un Canadien errant anglophone!

Mais au-delà du cliché guitare-barbe-jupe paysanne, et nonobstant le fait que le français faisait, à certains moments, figure d'enfant pauvre, les prestations de quelques artistes, comme Vishten des Îles-de-la-Madeleine ou Florent Vollant, valaient amplement le déplacement.


Illustration(s) :

La chanteuse montréalaise Brigitte Saint-Aubin, artiste de la relève, a été récompensée par l'industrie de la musique folk canadienne.


Catégorie : Arts et culture
Taille : Court, 251 mots

© 2007 La Presse. Tous droits réservés.

Doc. : news·20071203·LA·0113


Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés. © 2008 CEDROM-SNi
- La Presse, Le Droit


"Deux chanteuses, une bonne étoile"

Arts et spectacles, mardi 13 novembre 2007, p. 19
Bouchard, Marie-Christine

Lorsqu'elles se trouvent l'une à côté de l'autre, il serait facile de penser que Brigitte Saint-Aubin et Andrea Lindsay sont soeurs. Il n'est pas seulement question ici de la blondeur de la chevelure ou de ce pétillement dans le regard. En fait, les deux femmes partagent plutôt des âmes totalement artistiques et une vision très similaire de la musique, leur musique.

Soeurs, les deux artistes ne le sont pas, certes. Amies, complices et chanteuses émergentes de la relève, elles le sont cependant.

Voilà pourquoi elles ont entrepris "Être... à la belle étoile", une tournée commune qui les mènera à parcourir la province en tandem.

Nombreux avantages

Pourquoi deux artistes solos entreprennent-elles tout à coup une tournée duo? Les avantages sont nombreux, disent-elles en entrevue après s'être jeté un coup d'oeil rempli d'amitié.

"Andrea et moi avons participé à la tournée "Toutes les filles". Nous avons alors appris à nous connaître et à apprécier nos univers musicaux respectifs. Nous sommes aussi deux artistes émergentes, nous sommes rendues à peu près au même stade dans nos carrières... Nous avons aussi lancé notre premier album à peu près à la même période. Le fait de nous réunir sur scène permet au public de faire une double découverte", explique Brigitte Saint-Aubin.

Et puis sur la scène, les deux femmes partagent. "Nous n'avons pas divisé le spectacle en deux parties distinctes, nous avons plutôt préféré nous entrecroiser. Quand je chante, Brigitte devient musicienne, et l'inverse est aussi vrai", mentionne Andrea Lindsay.

Que les gens confondent les deux artistes à la suite d'un tel mariage sur scène pourrait paraître risqué, mais les deux chanteuses ne voient pas l'entreprise d'un tel oeil.

"Nous nous respectons beaucoup dans ce que nous faisons et nous gardons chacune notre univers, notre unicité", assure Brigitte Saint-Aubin.

Solo aussi

Parallèlement à leur tournée en duo, les deux artistes continuent bien entendu leurs carrières individuelles, présentant les pièces d'Être (l'album de Brigitte Saint-Aubin et d'À la belle étoile (celui d'Andrea Lindsay chaque fois que l'occasion se présente.

Andrea Lindsay, cette Ontarienne de naissance, Montréalaise d'adoption, anglophone et francophile assurée, remontera donc rapidement sur les planches du Vieux Clocher.

"Je vais faire la première partie de quelques spectacles de Daniel Lavoie et ça me donne des papillons... Je travaille très fort pour m'y préparer", a-t-elle précisé.

Et Daniel Lavoie sera à Magog, le 17 novembre, soit le lendemain de la prestation du tandem féminin!

Pas à pas

De la dernière année, les deux artistes gardent le même souvenir, celui d'une carrière qui prend son envol pas à pas, comme "une maison qui se bâtit sur la pierre plutôt que sur le sable".

"Je suis apparue avec mon album pour bien des gens et je continue encore d'apparaître soudainement pour bien d'autres quand ils m'entendent pour une première fois", image Brigitte Saint-Aubin.

Et cette évolution graduelle, Andrea Lindsay s'en réjouit. Sincèrement. "Si ma carrière avait explosé tout d'un coup, comme celle de ces jeunes qui participent aux téléréalités, je ne suis pas certaine que j'aurais pu le supporter", croit la chanteuse.


Catégorie : Arts et culture
Sujet(s) uniforme(s) : Musique
Taille : Moyen, 411 mots

(c) 2007 La Tribune (Sherbrooke, Qc). Tous droits réservés.

Doc. : news·20071113·TB·0031

Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés. © 2008 CEDROM-SNi
- La Tribune (Sherbrooke, Qc)


"Neuf artistes québécois en lice pour le prix Félix-Leclerc de la chanson 2007"

CULTURE, jeudi 19 juillet 2007, p. b7

PC

Les lauréats français et québécois du prix Félix-Leclerc de la chanson 2007 seront connus le vendredi 27 juillet, à 15h, dans le cadre des 19es FrancoFolies de Montréal.

Cette année, neuf artistes et groupes québécois sont en lice: Alexandre Belliard, Alfa Rococo,

Andrea Lindsay, Antoine Gratton, Brigitte Saint-Aubin, Magnolia, Paul Cargnello, Thomas Hellman et Tricot Machine.

Le prix Félix-Leclerc de la chanson a été créé en 1996 par la Fondation Félix-Leclerc en collaboration avec les FrancoFolies de Montréal. Il vise à stimuler la création chez les jeunes auteurs-compositeurs-interprètes et à encourager la production et la diffusion de la chanson francophone.

Les neuf candidats québécois en lice pour le prix Félix-Leclerc de la chanson 2007 se produiront cet été aux FrancoFolies de Montréal. Les festivaliers pourront par ailleurs assister aux spectacles gratuits de la lauréate française de l'an dernier, Agnès Bihl, le vendredi 27 juillet et le samedi 28 juillet. Quant au lauréat québécois de l'an dernier, le groupe Karkwa, il présentera trois spectacles différents au Club Soda, dans la série En résidence, les 2, 3 et 4 août.


Catégorie : Arts et culture
Type(s) d'article : Article
Taille : Court, 132 mots

© 2007 Le Devoir. Tous droits réservés.

Doc. : news·20070719·LE·150791

Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés. © 2008 CEDROM-SNi
- Le Devoir


"En photo: Archambault salue la relève"

WEEK-END CULTURE, vendredi 11 mai 2007, p. b2
Le, Devoir

Archambault a lancé hier son deuxième grand prix de la relève musicale, qui permettra en septembre prochain à un artiste de remporter une bourse de 10 000 $.

D'ici là, les albums des huit artistes en nomination seront mis en valeur dans les magasins Archambault. Ces artistes sont (dans l'ordre habituel, rang de derrière): Tristan Malavoy, Jonathan Savage, Harvee, Moran, (devant) Steve Marin, Andréanne Alain, France D'Amour, la porte-parole de ce deuxième prix, Brigitte Saint-Aubin et Saint-Flemme. Ce prix vise à soutenir les artistes en émergence.


Illustration(s) :


Catégorie : Arts et culture
Type(s) d'article : Article
Taille : Bref, 69 mots

© 2007 Le Devoir. Tous droits réservés.

Doc. : news·20070511·LE·143038

- Le Devoir


"Chansons de salon"

Arts et spectacles, lundi 23 avril 2007, p. ARTS SPECTACLES2 Pop - Rock
Vigneault, Alexandre

Pendant que des tonnes de jeunes chanteurs attendent d'être " découverts " par un concours télévisé ou dans les archives de YouTube et MySpace, Brigitte Saint-Aubin a décidé d'aller à contre-courant. Oui, elle a un site internet, mais elle ne s'en sert par comme rampe de lancement d'une campagne de marketing viral virtuel. Elle en use pour s'inviter chez vous. Plutôt que d'attendre qu'on la découvre, elle a décidé de faire les premiers pas. Elle a du cran, cette fille.

L'idée a été lancée à la blague pas son manager et elle l'a attrapée au vol. Trois soirs par semaine, le mois prochain, elle ira chanter chez des inconnus qui auront pris soin d'inviter au minimum 15 personnes. Elle va interpréter les chansons de son album Être en s'accompagnant à la guitare, comme elle compose. Elle n'usera d'aucun système d'amplification. Seule une autre chanteuse percussionniste se joindra à elle. " Les chansons vont retourner à leur état brut ", dit-elle.

Brigitte Saint-Aubin admet que de se produire chez les gens a quelque chose d'impudique, tant pour elle que pour le public. " Quand tu es sur scène, c'est un espace réservé. Il y une espèce de mur entre la salle et toi, dit-elle. Et les gens, eux, ils sont dans l'ombre. Même si on vit ce moment ensemble, il y a une espèce de pudeur qui est conservée. " Elle sait que cette bulle va éclater lorsqu'elle sera assise dans un salon devant des inconnus. Elle a envie de voir ce que ça va donner.

Son tour de chant ne sera pas improvisé pour autant. " C'est un spectacle ambulant, alors il va y avoir des éléments de décor, des petits trucs qui vont contribuer à installer une ambiance ", explique-t-elle. Elle a déjà pensé à une " petite mise en scène ". " Au bout de dix soirs, on aura rassemblé l'équivalent d'une petite salle pleine de gens, mais ce qu'on aura vécu comme expérience sera complètement différente. "

Son objectif est bien sûr de susciter un bouche à oreille favorable à ses chansons. Comme on a tous tendance à se fier davantage à un proche dont on respecte le jugement qu'à un inconnu, l'idée de Brigitte Saint-Aubin ne peut pas être mauvaise. Elle accepte encore les propositions, mais sachez qu'elle en a déjà reçu beaucoup plus qu'elle ne pourra en honorer. À votre tour d'être aussi convaincant qu'un aspirant à Star Académie et de vous faire valoir! (brigittesaint.com)



Illustration(s) :

La chanteuse Brigitte Saint-Aubin s'invite dans les salons afin de se faire connaître.


Catégorie : Arts et culture
Sujet(s) uniforme(s) : Musique; Industrie de la musique
Taille : Moyen, 594 mots

© 2007 La Presse. Tous droits réservés.

Doc. : news·20070423·LA·0086




- La Presse


"Être, un premier album à découvrir pour les sens"

Les Arts, mercredi 27 décembre 2006, p. 39

Elle aborde la vie avec les sens. Pas étonnant que son premier album se boive à petites lampées, se déguste par petites bouchées.

Dans les textes de Brigitte Saint-Aubin, qui lançait récemment son premier album Être, il est question de miel, d'eau-de-vie, de caramel et de crème. Des mots pour accompagner des sentiments comme l'amour, la solitude, la maternité, la mort, des thèmes que la jeune auteure-compositeure- interprète affectionne.

"J'écris sur ce qui me touche, les relations humaines, en particulier. J'essaie de le faire d'une façon personnelle mais également assez large pour rejoindre l'imaginaire des autres", souligne la jeune femme.

Influencée par Serge Gainsbourg, dont elle admire le talent de parolier et de musicien, Brigitte Saint-Aubin aime jouer avec les mots, la langue et les métaphores. "C'est vrai que j'aime les mots. Ça prend un certain temps pour aller à l'essentiel", ajoute l'interprète, qui retravaille beaucoup ses textes.

Quelques titres par exemple de son côté ludique Mon pou-mon coeur, Crème caramel, Au bord de la mère. Et que dire de Les nyctalopes galopent, qui oblige à fouiller dans le dictionnaire. Un duo avec Yann Perreau qui a trouvé la chanson bien sympathique. "Je trouvais que les deux mots nyctalopes et galopent allaient bien ensemble. C'est un duo d'amour, sur un ton ludique. Ça évoque un rythme."

Musicienne de formation puis comédienne - formée en théâtre, elle a joué notamment dans la série télé Majeurs et vaccinés, Histoires de filles et le film Québec-Montréal - Brigitte Saint-Aubin ne s'est jamais vraiment éloignée de la musique.

"La musique fait partie de mon cheminement", dit-elle, en soulignant sa participation au groupe country western, les Frères Sénéchal. La piqûre, elle l'a eue en 2001, lorsqu'elle a monté Requiem pour un con, un spectacle inspiré des textes de Serge Gainsbourg. "Ça m'a donné le goût de faire mon propre matériel."

Pour ce premier disque, elle a pigé dans la vingtaine de chansons qu'elles a composées en choisissant celles qui forment une certaine unité. "Je voulais présenter quelque chose qui se tienne et que le public embarque complètement." Ainsi, elle a été bien heureuse quand Ariane Moffat, à qui elle avait demandé de composer la musique de Mon pou-mon coeur, n'a pas suivi ses conseils. "Je lui avais demandé une musique plus rythmée. Mais ce qu'elle a fait m'a plu spontanément. Ça colle plus avec l'ensemble du disque."

Brigitte Saint-Aubin cassera la glace le 12 janvier prochain au studio-théâtre de la Place des Arts. Mais comme elle est bien déterminée à poursuivre son chemin dans la chanson, sans dire adieu au théâtre, il y a bien des chances qu'elle vienne faire son petit tour de chant dans la région.


Illustration(s) :

Brigitte Saint-Aubin comédienne dans des séries télévisées vient de faire paraître son premier album comme auteure-compositeure-interprète.


Catégorie : Arts et culture
Sujet(s) uniforme(s) : Musique; Littérature et livres
Taille : Moyen, 358 mots

© 2006 Le Droit. Tous droits réservés.

Doc. : news·20061227·LT·0047









Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés. © 2008 CEDROM-SNi
- Le Droit


Discography

Les rêves à l'envers (August 2009)
etre, dans ton salon (2008)
etre (2007)
Radio airplay: Monsieur William, etre, Beau Hibou, Denouer le nous and Remonter ce qu'on demonte.

Photos

Bio

Brigitte Saint-Aubin is a singer songwriter from Montreal. Because of her theatre background, she’s always been involved in various theatrical productions, TV sitcoms and films (Quebec-Montreal, Histoire de Filles etc.).

Besides her acting career, Brigitte has always been highly involved in the Montreal music scene. She composed, played music and sang in various theatre productions, wrote lyrics for other singers and was involved with various bands. As a member (violin, vocals) of the humoristic country band Les Freres Senechal, she performed in many festivals (Just for Laugh, Montreal Country Festival etc.). In 2001, she created, directed and sang in Requiem pour un Con, a show inspired by Serge Gainsbourg’s work and presented at Theatre Prospero.

In 2002, she was the winner of the best song at the International Granby Song Festival and was also finalist in the semi-final at the same festival in 2005. That same year, she participated in the Francouvertes in Montreal.

In 2006, she produced her first album, etre. With this album, she won the Best New-Emerging Artist at the Canadian Folk Music Award 2007. She was nominated for the Grand Prix de la releve musicale Archambault 2007, and the Prix Felix Leclerc de la Chanson 2007. Her participation at Vue sur la Releve, allowed her to win 3 prices.

In 2007, she toured her album in festivals (Francofolies, Chante eau Fete, Francofete en Acadie, etc.) and presented over 45 shows around Canada. Noticed for her special tour : etre dans ton salon, where she visited 14 homes throughout the province of Quebec, she released a CD/DVD out of it in April 2008 : etre dans ton salon. The DVD is a documentary relating her apartment tour and the CD is the acoustic version of the album etre.

With themes like sensuality, self acceptance, maternity, life and death, Brigitte Saint-Aubin shows herself as she is. As a multidisciplinary artist, she continually goes further in self expression trough artistic creation and live performance.