Cécile Doo-Kingué
Gig Seeker Pro

Cécile Doo-Kingué

Montréal, Quebec, Canada | Established. Jan 01, 2010 | SELF | AFM

Montréal, Quebec, Canada | SELF | AFM
Established on Jan, 2010
Band Blues Singer/Songwriter

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

Jun
10
Cécile Doo-Kingué @ Pully Lavaux a l'heure du Québec

Pully, Vaud, Switzerland

Pully, Vaud, Switzerland

Jun
09
Cécile Doo-Kingué @ Pully Lavaux a l'heure du Québec

Pully, Vaud, Switzerland

Pully, Vaud, Switzerland

Music

Press


"New album strings together musician's extraordinary talents"

MONTREAL - It's the hottest day of the year - for now. And it's hotter still with Cecile Doo-Kingue picking away on her guitar and making the sort of musical magic not enough Montrealers are yet aware of.

Since 1995, Doo-Kingue has been a fixture on the city's late-night scene. She is not only one of the most electrifying guitarists around, but she is also one of the most versatile, covering everything from Afro-folk to funk, blues to bluegrass.

More often than not, though, Doo-Kingue has been plucking in the background with Dibondoko (the group she founded) as well as the Aliens, the Montreal Jubilation Gospel Choir and Sister Sledge. She has done the Montreal International Jazz Festival and Nuits d'Afrique on numerous occasions and has opened for Manu Dibango and Youssou N'Dour.

But after all these years on the side, Doo-Kingue finally steps out with her first solo disc, Freedom Calling, which is officially launched Tuesday at 5 p.m. at Divan Orange (4234 St. Laurent Blvd.).

No surprise that Doo-Kingue does some inspired picking, electrically and acoustically on slide-guitar. It's more of a surprise, though, that she also plays bass, drums and keyboards on the album.

She pretty much plays every instrument. Plus, she wrote, mixed and produced all 12 tunes. She calls her recording studio In the Bedroom -because that's precisely where she laid down all the tracks.

And, of course, Doo-Kingue provides the vocals, soothing and soulful and the perfect tonic for any evening, sweltering or sub-polar.

"I can't stay put in one style, so I dabble in all of them," cracks the soft-spoken Doo-Kingue over a gin and tonic at Grumpy's -where she is also ringleader of the bar's Chick Pickin' Mondays.

If her music owes its origins to all corners of the planet, it's no accident. Doo-Kingue, 35, was born in New York City while her Cameroonian diplomat parents were stationed there.

She has also spent time in Africa, France and other parts of the U.S. before becoming a full-fledged Montrealer 15 years ago.

Equally comfortable performing in English or French, she has had little difficulty adapting here. Regardless, it's no small task for women guitarists (of the electric variety) to earn respect in the male-dominated world of pickers.

"Other than Kat Dyson, there are so very few women guitarists who get taken seriously here -except those who play only acoustic folk guitar. There is always this shock factor on the faces of audiences who haven't seen you before when they spot a woman getting down on electric guitar. It took me quite a while and tons of jam sessions to win some people over. They tended to listen with their eyes, not their ears."

Doo-Kingue first started playing guitar when she was 13, and only by accident. Her older brother left behind a battered guitar when he left New York to take up residence in France.

"He left me no instructions, other than to try to play some Beatles tunes and to get one of their songbooks," she laughs. "So I did. And the first tune I learned to play was We Can Work it Out."

It might have also been her last Beatles tune. Doo-Kingue's inspirations are somewhat more diverse: Keb Mo and Salif Keita, as well as Tracy Chapman and Joan Armatrading -to whom she has been compared.

Following her record launch, Doo-Kingue will be accompanying Franco-Ontarian crooner Tricia Foster on tour across Canada and Europe. In the fall, she will focus on her own solo performances.

"The goal is to learn to play drums well and to take over the world," she muses. "I think it can be done. I'm a hopeless optimist. I have learned that if people like you, they will go to great lengths to support you."

To the relief of many, Doo-Kingue has no plans to give up Chick Pickin' Mondays, which she started with Gern f, bartender/member of the United Steelworkers of Montreal. Though he may be one of the toughest-looking hombres in town, turns out thatGernf isalsooneof the great champions of this city's under-appreciated coterie of women singers and musicians.

"Gern was adamant that women have a showcase," says Doo-Kingue, who has done some mixing on Steelworkers discs. "He really wanted to stir it up, and he has."

One of the highlights of the Chick Pickin' soirees is the Bitch About Your Boss Contest. Participants are invited to share horror stories about their bosses, and the tale deemed most horrific entitles the teller an Irish Car Bomb -a few hits of Jameson and Baileys in a shotglass submerged in a pint of Guinness.

Doo-Kingue won the contest once, but decided the price to be paid for winning was too tough on the head. So she simply sticks to plucking.

"That kind of performing is fun and easy," she says. "You're surrounded by lots of talent on stage. On your own, as I will discover, you're naked and vulnerable. The trick is to have an exchange with the audience that is hopefully positive. Negative is okay, too. It's still an emotion. But all things considered, I - Bill Brownstein, Montreal Gazette


"Chick Pickin' Mondays offers local showcase"

On the surface, he may be one of the last guys you'd expect to champion the cause of this city's coterie of women singers and musicians. Yet Gern f, one of the toughest-looking hombres in town, is the force behind Chick Pickin' Mondays at Grumpy's Bar, which kicks off on Monday.

"There are so many outstanding women singers and guitar pickers in Montreal, but they rarely get the opportunity to bask in the limelight on their own," says Gern f. "Finally, they will have their own showcase and hopefully get their due."

Gern f., the mastermind behind Moonshine on Thursdays at Grumpy's, is a part-time bartender there and full-time member of the United Steelworkers of Montreal - not a bunch of steelworkers, but one dynamite, down-home bluegrass ensemble.

Though he could pass as a steelworker, don't let his imposing presence unnerve you - unless you plan to skip out on your bar bill. Gern f. is a man on a couple of missions: to make old-time country music a mainstay in Montreal and, now, to celebrate this town's female singers/songwriters/musicians.

Hosting proceedings with Gern f. will be Cecile Doo-Kingue, the renowned funk and R&B guitarist. Doo-Kingue, who comes from Cameroons, has been winning converts on the local music scene the last 10 years, having founded the group Dibondoko and having performed with everyone from the Aliens to the Montreal Jubilation Gospel Choir to Sister Sledge.

"Hopefully, Cecile will finally get her due, too. She is, in my estimation, the best guitarist in the city - male or female," proclaims Gern f.

"But she doesn't want this event to be about her. She wants to share the stage. "When we first had the idea for this event, I started making a list of performers for the evening and within a minute, I had 15 names. Now we've got dozens more.

"Then I felt ashamed that we hadn't come up with this idea earlier to provide a venue for women. No other place in the city seems to be doing it, either. The music industry is almost impossible to penetrate at the best of times. Needless to say, it's especially tough on women."

Brie Neilson is the event's debut headliner. A Vancouverite, Neilson moved here a year ago and has already made an impact as lead singer for the Unsettlers.

"It was like a religious experience the first time I heard her," Gern f. says. "Her lyrics and melodies are so haunting and so incredibly beautiful."

"People say my songs are laced with a touch of whiskey and hurt," says Neilson, who has popped into Grumpy's to rehearse. "Getting to sing solo here is a great break for me. But I also think these evenings will draw well. People will know they can catch consistently good music."

Neilson knows talk is cheap. So she picks up a 12-string guitar and starts crooning one of her own tunes, Walking Alone.

Neilson, who had classical singing training in Vancouver, delivers exactly as advertised by Gern f. She brings a velvety, seemingly effortless quality to her vocals. It all goes down like, well, an Irish coffee: sweet and soothing but with a little bite.

"She will soon establish herself as a grand jewel on the local music scene and be able to make her living doing it," pledges Gern f. "Mark my words."

That would suit Neilson fine. In addition to her singing, she works at a B&B, teaches music to toddlers and their parents and paints to pay the rent.

Also slated to perform in the coming weeks are pianist/

guitarist/balladeer Maia Davies (April 7) of the fab Ladies of the Canyon ensemble; jazz-singer Jessica Leger (April 14) of N.D.G Philharmonic fame; and blues-belter Senja Sergeant (April 21), also from Ladies of the Canyon.

Gern f. is quick to point out that Chick Pickin' Mondays will not derail Grumpy's long-

running Bitch About Your Boss contest, also held Monday evenings. For those who have yet to partake in the Bitch About Your Boss contest, participants recount their horror stories on the job. Then the audience decides on the winner, who receives an Irish Car Bomb - the cocktail.

"There have been some sad stories," Gern f. acknowledges. "But the saddest of all had to be the guy who had gotten fired a couple of hours earlier. Why? Because his boss had been sleeping with this guy's wife, and the boss didn't want him around any longer. Now that bites. But what was worse was that the poor guy didn't even win the contest that night. So I bought him a few shots to help deal with his hurt."

Chick Pickin' Mondays starts Monday at Grumpy's Bar, 1242 Bishop St. Music begins at 10 p.m. Admission is free. Men are encouraged to bring baked goods and to buy plenty of drinks. Women in attendance will be offered special deals on their drinks. Call 514-866-9010. - Bill Brownstein, Montreal Gazette


"Cécile Doo-Kingué une multi-instrumentiste multiculturelle"

Souvent considérée comme une des meilleures guitaristes à Montréal, Cécile Doo-Kingué lancera le 1er juin son tout premier album solo, Freedom Calling. Un disque qui sort à point pour la musicienne qui vit de son art depuis une quinzaine d’années déjà.

Après la fin de l’aventure du groupe Dibondoko, l’artiste a remarqué que le timing était idéal pour finalement sortir son premier effort. «J’avais une collection de douze titres qui me trottaient dans la tête depuis un bout. Il était temps qu’ils sortent!»

La conception de l’album ne s’est pas effectuée rapidement, Cécile mentionnant avoir pris environ deux ans pour peaufiner ses morceaux. «J’ai écrit les chansons, je les ai enregistrées et réenregistrées parce que j’ai décidé de changer l’ambiance. Et aussi, j’ai appris à jouer de la batterie!»

Multi-instrumentiste, Cécile Doo-Kingué a joué pratiquement de tous les instruments sur ce disque, de la guitare, à la basse, en passant par le mélodica et la batterie. «Un de mes amis m’a prêté une batterie complète et j’en suis tombée amoureuse. Pendant six mois, j’ai joué huit heures par jour.»

Par rapport au titre de l’album, Freedom Calling, la musicienne explique qu’il fait référence à l’acceptation de soi. «Ça parle de comment vivre sa vie. C’est un appel à se regarder dans le miroir, de prendre conscience de ce qu’on veut et y aller à fond, même si ça peut parfois être pénible. C’est une sorte d’appel au coming out, une sortie du placard général!» - 7jours.ca / Journal de Montréal


"Spins of the week"

Montreal guitar goddess Cécile Doo-Kingué not only produced this album, but wrote all the songs and played all the instruments. And the album sounds great with something for everybody - a little world music, reggae, funk, soul and R'n'B. I'm not too crazy about Doo-Kingué's flat lead vocals, but nothing can repress the exuberance of the album's two finest tracks, the Taj Majal-style Ma's Kitchen, and Come Undone, whose layering and execution is worthy of Jimi Hendrix.

- Bugs Burnett, Hour


"Cécile Doo-Kingué l'exorciste"

. - 2HR / ICI Montreal


"Freedom Calling Cécile Doo-Kingué"

C’est au Divan Orange, sur St-Laurent (Montréal), le 1er juin 2010, que celle déjà réputée, au Québec, comme l’une des plus fameuses guitaristes, nous présentait FREEDOM CALLING, un premier album solo. Originaire du Cameroun mais née à New-York où elle a vécu ainsi qu’à Paris, CÉCILE DOO-KINGUÉ a posé ses guitares chez nous, à notre plus grande joie. Par le passé, elle a joué avec le groupe Dibondoko et accompagné de nombreux musiciens dont Corneille, United Steel Workers of Montreal et Tricia Foster et la blueswoman bien connue Lou Simon.

Visiblement douée pour la musique, elle joue de tous les instruments sur l’album, incluant la batterie qu’elle a pratiquée sans répit, et nous livre ainsi un opus aux forts accents de blues parsemés de beats afro/funk, flirtant, parfois même, avec le blues/fusion ou encore le blues/jazzy, mais peu importe l’étiquette qu’on essaie de lui coller, il n’en demeure pas moins que Cécile nous époustoufle avec sa technique et le son tiré de ses guitares qui n’est pas sans nous rappeler parfois un certain Jimi H.

Des titres tels NOT AROUND, COME UNDONE, MA’S KITCHEN ou WALK AWAY nous montrent tout son potentiel à la six cordes et laissent même entrevoir qu’elle pourrait encore pousser plus loin sontalent dans un proche futur. La chanson RISE a tout ce qu’il faut, paroles, rythme et musique, pour devenir un hit en puissance tellement le refrain est facile à mémoriser sur un beat tendance reggae. FREEDOM CALLING, MAMA, WHAT I NEED tendent, eux, plus vers la fusion afro/soul avec parfois un clin d’œil du côté de Tracy Chapman comme dans BENEATH THE LIES.
-ENDGAME est une chanson très dansante et entraînante remplie d’un rythme antillais réconfortant tandis que DACHSHUND BLUES montre que cette grande dame a bien assimilé les subtilités du jazz qui sefondent dans ce blues. À noter le seul titre en français de l’album, LETTRE À PERSONNE, superbe déclaration d’amour à l’être bien-aimé qui nous prouve que CÉCILE DOO-KINGUÉ sait aussi écrire des paroles pleines de sens et d’émotion. Nul doute que ce disque festif et gorgé d’énergie positive saura nous faire vibrer et danser grâce aux multiples compétences de cette talentueuse guitariste.
Stéphan Lunati

- Stéphan Lunati , Le Net Blues


"Facile, Cécile!"

Je vous met au défi de dresser un top 5 des meilleurs guitaristes du grand Montréal sans y inclure Cécile Doo-Kingué. Née à New York de parents camerounais, l’ex-leader du super groupe de fusion afro-funk-reggae Dibondoko se lance maintenant dans une nouvelle aventure. Toute seule, comme une grande.



C’était hier le lancement du premier album solo de Cécile Doo-Kingué, authentique petite cousine du grand Manu Dibango. Le disque, très explicite, s’intitule Freedom calling. Le sympathique événement qui se tenait au Divan Orange, sur la Maine, avait attiré une petite foule d’amis, d’admirateurs et de curieux mais sans grand fla-fla médiatique. Car même si elle a complètement changé de look (plus de dreads) et de registre musical (exit le bikutsi africain, bonjour le blues), Cécile reste une marginale complètement assumée. Elle tire encore plus vite que son ombre sur sa six cordes et chante ave un feeling à-la Joan Armatrading.

Freedom calling est un album entièrement en anglais, à l’exception d’une chanson, Lettre à personne, que vous pouvez entendre dès aujourd’hui dans les nouveautés sur Espace monde. La fille a tellement de suite dans les idées qu’elle a décidé de jouer elle-même de tous les instruments sur tous les titres et même d’apprendre seule la batterie, bûchant dix heures par jour pendant des mois.

Comme dirait un bluesman de Toulouse: «Il lui fut pourtant facile, avec ses arguments, de se faire des chansons». - Ralph Boncy- Radio Canada


"Freedom Calling Cécile Doo-Kingué"

Un coming out et une révélation à la fois! Rarement au Québec aura-t-on vu une artiste assumer ainsi un virage aussi radical. Cécile Doo-Kingué change tout: son look, sa musique ethno-funk; et n'en fait qu'à sa tête. En plus des mille guitares électriques qu'elle maîtrise avec une stupéfiante dextérité, la Camerounaise prend en charge tous les instruments (y compris la batterie!) et se met carrément au micro. Si cette voix soul qui chante du rock peut parfois paraître nonchalante, elle est en réalité celle d'une artiste libre et désinvolte. Pas de glamour, pas de fausse note. À écouter: le blues Ma's Kitchen, pas piqué des vers, ou l'épatante et impudique Beneath the Lines, seule à la gratte acoustique. - Ralph Boncy, Voir


"Disc of the week"

Cécile Doo-Kingué
Freedom Calling (independent)
Montreal guitarist Cécile Doo-Kingué is easy listening, and in the absolutely most literal way. This is Sunday morning, smoky and soulful music that possesses a smoothness reminiscent of Steely Dan (check “Come Undone” for evidence). A truly fantastic musician, Doo-Kingué doesn’t shy away from political lyrics on “Rise,” but she’s equally comfortable heating it up on “Not Around” and tossing some humour and jazz into the mix on “Dachshund Blues.” 8/10 Trial Track: “Come Undone” (Erin MacLeod)
- Erin MacLeod -Montreal Mirror


"’’Freedom calling’’, le cri de liberté de Cécile Doo Kingué."

Instrument qui symbolise une certaine bestialité, à partir duquel certains font la démonstration de leur ‘masculinité’, elle a su s’imposer et apporter une féminité, une autre félinité dans cette tribu fortement dominée par la gente masculine. Elle, c’est Cécile Doo Kingué, multi instrumentiste et avant tout excellente guitariste dont la guitare électrique.

Look à la Angélique Kidjo dont elle est aussi fan, Cécile Doo vient de commettre son premier opus, après avoir été aux côtés de plusieurs artistes et de plusieurs scènes. Participation dans le premier album de Corneille, en side-woman avec Tricia Foster et Senaya et ayant également assurée les premières parties de Manu Dibango ou Youssou Ndour.

Cette camerounaise née à New-York et aujourd’hui montréalaise d’adoption a toujours affiché un goût pour un anticonformisme que l’on a traduit à tort ( ?) pour de la provocation. C’est fort de cette nature à revendiquer sa liberté que son premier album porte le titre de « Freedom Calling ». Album de 12 titres, Cécile Doo Kingué fait une irruption fracassante dans le blues et y appose sa griffe, son look et son esprit. Comme pour montrer sa maturité musicale, la guitariste a décidé d’y jouer de tous les instruments avec la même maestria que celle qu’on lui reconnaît à la guitare électrique.

’’Freedom calling’’ est l’album d’une ‘ marginale’ qui vient de faire la preuve qu’elle est une valeur sure de la musique et compte y évoluer à sa façon.
- Tribune2lartiste.com|


"Lancement de Freedom Calling et prestation de Cécile Doo-Kingué"

Récemment, avait lieu, au Divan Orange, le lancement du disque Freedom Calling de Cécile Doo-Kingué. Par la même occasion, l’artiste a également donné un court spectacle aux fans, amis, et la presse rassemblés pour l’entendre. La musique blues et africaine n’a qu’à bien se tenir : Doo-Kingué est là pour rester, c’est évident!


Mais qui est cette Cécile Doo-Kingué? Une femme à l’imposante présence scénique, avec ou sans sa guitare. Cette Camerounaise d’origine, mais Montréalaise d’adoption se lance enfin dans l’aventure solo, après des années passées à accompagner le gotha musical de Montréal.

Elle a accompagné les Corneille, Tricia Foster, Dawn Tyler Watson et bien d’autres lors de leurs spectacles, sans parler des groupes Aliens et Dibondoko, dont elle fit partie. Elle a aussi participé à des spectacles de variétés comme Soul City. Les United Steel Workers of Montreal firent appel à ses talents de mixage et de direction musicale. Elle est également présentatrice-animatrice, avec les soirées Chick Pickin’Mondays au Grumpy’s Bar, qui célèbre les auteures-compositrices-interprètes.


Tout ce bagage musical et artistique fait de Doo-Kingué une des étoiles montantes de la scène blues. À quand un spectacle au Festiblues?


L’album Freedom Calling, auto-produit, fait découvrir l’âme de cette guitariste, sans doute aussi imposante que sa présence sur scène. Une âme avec du vécu ; on a droit à du vrai ici, et non pas une vie préfabriquée dans le but de mousser les ventes de disques. En plus de produire, l’artiste a également écrit les paroles des chansons et composé la musique.






Et c’est ultimement ce que j’aime de cet opus sans prétention, authentique, où une femme aux multiples facettes se dévoile à nous. Tantôt amoureuse (Lettre à personne), drôle (Daschund Blues), ou fougueuse (Come Undone), le mélange des styles fait de cet album une très agréable écoute, et ravit l’auditeur par sa diversité.



Cécile Doo-Kingué


Cécile Doo-Kingué. Retenez-bien ce nom, car la dame n’a pas fini de faire parler d’elle!


Pièces de l’album Freedom Calling :


Not around
Come Undone
Freedom Calling
Rise
Lettre à personne
Ma’s Kitchen
Mama
Walk away
What I Need (Red Dress)
Beneath the Lies
Endgame
Daschund Blues (for Miles) - Zoneculture.com


"“La musique coule dans mes veines”: Cécile Doo Kingué"

Elle ne sait pas que être excellente guitariste, Cécile Doo Kingué cultive également la bonne humeur autour d’elle. Celle qui se refuse à plaire selon les codes imposés, a répondu aux questions que je lui ai posées portant sur son excellent album et de son rapport au Cameroun ; elle dont le lieu de naissance se situe loin du triangle, mais qui n’en est pas moins ambassadrice au même titre que les autres.

Bonjour Cécile, comment vous présentez-vous aux lecteurs/lectrices de T2A qui ne vous connaissent pas encore ?

” Salut! Cécile. Ca va bien?”…(Rires). Je suis musicienne. Je suis camerounaise née à New York. J’habite maintenant Montréal. Ça fait 15 ans que je fait carrière en tant que guitariste et ingénieure de son. J’ai travaillé avec plusieurs artistes dont Corneille, Montreal Jubilation Choir, Tricia Foster, United Steel Workers of Montreal. J’ai co-fondé le groupe Dibondoko qui a roulé pendant 6 ans. Pour le reste de mon CV, mon site web, peut toujours aider.

Vous qui êtes née en dehors du Cameroun, avez-vous tout de même de rapports avec ce pays ou avec des musiciens camerounais ?

J’ai de la famille au Cameroun (un frère, cousins, cousines, tantes, oncles,etc.). Pour ce qui est des musiciens, je les suis à distance, que ce soit Manu Dibango, Richard Bona, Etienne M’Bappe, Queen Etéme, Gino Sitson, et compagnie.

Quand et Comment naît le virus de la musique chez vous ?

Je ne me souviens pas d’une époque où je n’étais pas fascinée par ou impliquée d’une façon ou d’une autre dans la musique. Je l’ai dans les veines. Très jeune, mes parents et profs m’ont reconnu une bonne oreille et m’ont encouragée à la développer par l’apprentissage d’une instrument ou en participant à une chorale.

Qui ou qu’est ce qui vous conduit à la guitare ?

En fait, mon frère Jean-Christophe m’avait laissé son acoustique lorsqu’il partit étudier à Paris. Je devais avoir 9 ou 10 ans. A l’époque, je ‘trippais’ piano alors je l’ai ignorée. Ça a mis deux ou trois ans avant que je ne la sorte de la caisse. Mais une fois que je l’ai serrée contre moi et ai posé mes mains dessus, j’en suis tombée amoureuse. Mon frère m’a alors conseillée d’apprendre des morceaux des Beatles afin d’apprendre les accords de base. Par la suite, il m’a dirigée vers les grands bluesmen et jazzmen.

Vous venez de commettre votre premier album solo « Freedom Calling », dans lequel vous jouez à tous les instruments. Qu’est ce qui a inspiré cet album dans l’ensemble ; et pourquoi ce titre ?

La vie en général a inspiré l’album, que ce soit l’amour, les relations, l’actualité, les faits vécus… Je voulais que mon premier album solo soit intime. Quoi de plus intime que nos sentiments, nos espoirs, nos déceptions, notre humour? Le fait que je joue de tous les instruments et que j’ai écrit et composé tous les morceaux vous donne aussi une meilleure idée de qui je suis en tant qu’artiste. Freedom Calling est un appel à s’accepter qualités et défauts, à se libérer des inhibitions, à tenter sa chance et à se créer une occasion de bonheur. Il y a une quête spirituelle, une envie d’aller de l’avant derrière la plupart des textes, que se soit sur le plan émotionnel ou social. De plus, en choisissant d’enregistrer un album solo indépendant, j’étais libre de choisir mon esthétique et ma thématique.

Avant ce « coming-out » qui est une acceptation de soi, comme vous dites ; Cécile ne s’assumait-elle pas ? Vous qui êtes à tort ou à raison estampillée de provocatrice, d’anticonformiste.

Devrais-je avoir des cocktails molotov dans mon gig bag? Rires… Je ne cherche pas à semer la pagaille. Je refuse tout simplement d’être enfermée dans une boîte, qu’elle soit sociale ou artistique afin de rendre la vie plus facile aux autres. Je trouve que trop de gens s’interdisent d’être heureux parce qu’ils veulent atteindre non pas leurs idéaux, mais les idéaux qu’on leur dicte à la télé, dans les magazines, à l’école, à la maison… Adolescente, j’essayais de plaire, souvent à mon détriment. Ça m’a pris de me retrouver seule dans une ville qui m’était inconnue pour me découvrir et m’assumer en tant qu’individu.

L’un des titres de l’album « Lettre à personne », s’adresse finalement à qui ? Quel message passez-vous ?

Si j’avais voulu divulguer à qui s’adressait la lettre, j’aurais mis un prénom dans le titre (Rires)… On ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Parfois on se retrouve dans des situations qui pourraient blesser certains des partis concernés. La lettre reflète le dilemme de gagner un amour ou garder une amitié. Heureusement il existe une troisième option où tout s’arrange et on vit et un bel amour, et une belle amitié. La quatrième option, on n’y pense pas…

Comment peut-on de France ou du Cameroun se procurer ce très bel album qui, nous espérons, augure d’autres du même calibre dans le futur ?

Merci du compliment! Pour ce qui est de l’avenir, j’ai déjà entamé l’écriture du deuxième disque… Quand à Freedom Calling, il est disponib - Tribune 2 l'artiste


"Disc of the week"

Cécile Doo-Kingué
Freedom Calling (independent)
Montreal guitarist Cécile Doo-Kingué is easy listening, and in the absolutely most literal way. This is Sunday morning, smoky and soulful music that possesses a smoothness reminiscent of Steely Dan (check “Come Undone” for evidence). A truly fantastic musician, Doo-Kingué doesn’t shy away from political lyrics on “Rise,” but she’s equally comfortable heating it up on “Not Around” and tossing some humour and jazz into the mix on “Dachshund Blues.” 8/10 Trial Track: “Come Undone” (Erin MacLeod)
- Erin MacLeod -Montreal Mirror


Discography

Gris, 2012
Freedom Calling, 2010
Akoustik EP, 2008
Dibondoko, Dibondoko 2006

Photos

Bio

On record or on stage, Ccile Doo-Kingu takes us deep into a series of musical grooves. Considered one of Montreals most electrifying guitarists by local press and groove aficionados, Ccile Doo-Kingu blends blues, soul and afro-folk to create a unique sound. Born in New York City, first generation from Cameroon, she has lived in France, USA and is now an adopted Montrealer. This meeting of cultures is reflected in the eclecticism of her music. Her bewitching, incomparable fretwork and deep, suave voice are no longer secret to Montreals night-owls. Ccile has sizzled and dazzled with Montreal cult bands Dibondoko and Aliens, played or recorded with Montreal Jubilation Choir, Bernard Purdie, Tricia Foster, Cindy Doire, Soul City, United Steel Workers of Montreal to name but a few, and has opened for Manu Dibango and Youssou NDour. In 2008, Cecile and Gern f. of USWM started Chick Pickin Mondays, a night promoting women singer-songwriters.

In 2010,Ccile releases her first solo album, Freedom Calling, to critical acclaim. Later that year, CBC commissions Ccile to write Home, a song on immigration. The album is nominated for 3 SOBA Awards and a Lys Blues. Ccile toured the album coast to coast for 50 dates for her 2011 Discovering Home Tour, as well as in Europe, and grooved many blues, jazz and folk festivals leaving a deep impression on audiences and organizers alike. October 2012, Cecile launches Gris, her first french album, a raw and intimate soul-blues collection, again to critical acclaim.
Regardless of subject matter, mood or language, whether on a festival stage or a small town pub, Ccile captivates you with sincerity while her sound soothes body and soul.