Fredy Massamba
Gig Seeker Pro

Fredy Massamba

Bagnolet, Île-de-France, France | MAJOR

Bagnolet, Île-de-France, France | MAJOR
Band World Soul

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

Nov
09
Fredy Massamba @ Canal 93

Bobigny, None, France

Bobigny, None, France

Nov
04
Fredy Massamba @ Clé des champs

Plaisir, None, France

Plaisir, None, France

Oct
08
Fredy Massamba @ Hootananny

London, None, United Kingdom

London, None, United Kingdom

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


Ces derniers jours, le chanteur congolais Fredy Massamba s'est acheté un calepin : un agenda, dans lequel il gribouille ses rendez-vous, coche des cases. A son emploi du temps déjà riche en collaborations, s'ajoute désormais la sortie d'Ethnophony, son premier album solo. Depuis plusieurs années, le public avait pu remarquer son sourire ravageur, ses pas de danse nés du bitume, sa maîtrise des persuccions aux côtés de Didier Awadi, Manou Gallo, ou au sein de Zap Mama et des Tambours de Brazza. Fort de ses nombreux projets, ce jeune homme de prés de 40 ans n'avait jamais vraiment songé s'émanciper...Jusqu'à ce jour de 2005 au studio Sankara de Dakar, où sa route croise celle du musicien et producteur suisse Fred Hirschy. "Sur ces son jazz, soul, j'ai posé ma voix et improvisé dans ma langue natale...Nous avons simplement perpétué la rencontre ! ", raconte-t-il. A lui seul, le titre de l'album résume la griffe Fredy : "ethnique", pour son univers typiquement africain (balafon, percussions...) ; "phony", pour le côté "gros son", groove massif.
De toutes ses expériences, Fredy a forgé cette signature particulère. Fils d'un "président d'orchestre" amoureux de James Brown, Bob Marley ou Jimmy Cliff, il grandi entouré de rumba et de soul music, dessine son adolescence aux couleurs du hip hop...Le métier fera le reste, Exilé en Belgique en 1998 pour fuir la guerre, cet "afro-péen" désigné tourne désormais à l'international, rencontre ses idole, telles Erikah Badu, The Roots ou Mos Def. Quelques minutes de studio, de bavardages, influent l'art du chanteur, lui donnent la force de creuser sa propre voix, cet instrument qu'il compare volontiers au balafon. Alors, sur les pistes d'Ethnophony, admirablement mixé par Tom Soares (Erikah Badu), son chant s'envole, rebondit, joue sur le beat et les scratchs, pique des inflexions aux pères de Marvin et Otis, s'inspire à l'envi des voix de tête d'un Bilal, de la chaleur d'Anthony Hamilton ou du phrasé de D'angelo. Le tout majoritairement en Kikongo, sa langue natale, en voie de dispariton, dont il maîtrise à la perfection la musicalité. "C'est joli, ce mot, "Kikongo", non ?", s'enthousiasme-t-il.
Car, loin de toute prétention, les yeux rivés sur ce "tojours mieux" à atteindre, Fredy manifeste sa fierté et mesure le combat à mener. En digne grand frère, il espère ainsi décomplexer la jeunesse africaine, trop prompte à plagier le son occidental. A la néo-soupe RnB, il préfère la nu soul africaine : "Sur mon continent, il existe d'innombrables jeunes talents, qu'ils soient chanteurs, instrumentistes ou producteurs. Mais les artistes restent trop frileux pour oser affirmer leur propre modernité." Dans ses textes, Fredy chante l'amour, la tolérance, mais aussi l'espoir pour son continent : le temps de la réconciliation nationale du Congo, celui de l'éveil des consciences et de l'union; "Africa is the future", conclut-il. Un futur qui passe assurément par sa musique. - Mondomix 2011 - Anne-Laure Lemancel


La critique dithyrambique peut être à double tranchant. Arrivé aux portes du consensus unanime, il en reste toujours pour exprimer leur (salutaire ?) esprit de contradiction. Le consensus ici, concerne "Ethnophony", premier album encensé sans dissidence, du Belge Fredy Massamba. Et si notre écoute ne s'est pas faite sans un certain scepticisme, force est de contaster que l'artiste n'a rien à craindre, avec cet opus, ce Congolais d'origine est du bon côté de la lame. Il y a la chaleur satinée de la soul, l'énergie du funk et de l'urgence du hip-hop. En face, l'offensive vocale rallie mélodies crossover et langues ancestrales. Un choc des cultures pour une déflagration fascinante est un premier essai transformé. La chance du débutant ? Pas si évident, car le bonhomme débarque avec un solide bagage scénique et discographique façonné aux côté de formations comme les Tambours de Brazza, Zap Mama ou d'artistes tels que le MC sénégalais Didier Awadi. Autant d'aventures qui nourissent ce disque et en font un VRAI exemple de métissage sonore. Cerise sur le gâteau, Fredy se fend d'un groove typiquement américain. De quoi surprendre chez ce garçon qui aime souligner son identité "afropéene". "Aforpéen, c'est ce que je suis, sur le plan personnel comme sur le plan artistique. Mais j'avais à coeur d'explorer les autorités américaines. C'est aussi ma culture musicale, commente-t'il. J'ajoute qu'en mêlant ce patrimoine aux langues traditionnelles congolaises, je ne pensais pas trouver une formule aussi efficace."
Outre les effluves africains prodigués par les multiples percussions, les bribes de likembé et de kora, c'est donc principalement le chant qui se fait émissaire de sa culture d'origine. Les langues comme le kikongo, le swahili et le lingala en sont les portes drapeaux et le plus grand défi d'"Ethnophony". "J'ai d'abord fait une demo en chantant des onomatopées. Ensuite, le musicien Fred Hirschy, avec qui j'ai enregistré, voulait que je garde exactement les mêmes phrases mélodiques. Je te laisse imaginer la galère pour écrire les textes !" Autre prouesse, le colossal travail de mixage réalisé par un des cadors de l'exercice, le New-yorkais Tom Soares, connu pour finaliser les albums d'Erykah Badu, Alicia Keys, The Roots et autres pointures."Pour vraiment prendre conscience de la qualité de son travail, il faut savoir qu'Ethnophony" a été enregistré dans une case à Dakar, avec un seul micro pour les voix et un petit SM57 (modéle de microphone, Ndlr) pour les percussions, "Surprenant sur le plan culturel, musical et maintenant, technique. Fredy Massamba n'est pas tellement du bon côté de la lame, c'est plutôt lui qui la tient. - Worldsound March-April 2011 - Ludovic Demouy


Avec ce premier album en forme de manifeste musical, Fredy Massamba frappe haut et fort. L'homme a été à bonne école, celle des Tambours de Brazza, formation qui accueille d'autres instruments, s'ouvre au rap, le tout avec un feeling jazz. La mission de Fredy Massamba est de défendre le kikongo, sa langue ancestral, menacée de disparition. Pour ce faire, il la chante, la malaxe, la triture. De voix à la beauté épurée,il passe aux polyphonies les plus subtiles, des textes les plus poétiques à l'utilisation de sa voix comme instrument. Et il tisse une musique nouvelle, aux confluents de la soul et des traditions africaines. Depuis Bruxelles, l'enfant de Pointe-Noire tente le grand écart entre sa terre d'origine et sa terre d'adoption.
Cet "Afropéen", comme il aime à s'appeler, voyage régulièrement en Afrique et cite volontiers en référence le travail de Zap Mama. Les fondements de ce premier album ont été posés au studio Sankara de Dakar, le laboratoire de Dider Awadi, il y a quatre ans. Et l'aventure s'est terminée à New York, mixée par Tom Soares (connu pour ses travaux avec Alicia Keys, Erykah Badu, The Roots). Fredy Massmaba a inventé un nouveau langage musical, et au passage, découvert un son. Il ne lui reste plus qu'à accomplir un rêve : pouvoir aller jouer sa musique dans son pays, là où les gens parlent encore kinkongo et lingala. - Vibrations April 2011 - Elisabeth Stoudmann


Fredy Massamba, from Brazzavile, was on tour with Les Tambours de Brazza whenthings in his country took a turn for the worse. "The war made going home too dangerous, "the Congolese singer recalls. "We were forced to stay. "He settled in Bruxxels, where his talent immediately won him a place in the group Zap Mama. He has sung with Didier Awadi and Manou Gallo and also worked with hip-hop greats like Mos Def and The Roots. Ten years after coming to Brussels, Massamba has released his first solo album. Ethnophony, on wich he fuses soul and American R&B with his Congolese roots as if it were the most obvious thing in the world. "The idea for this fusion came to me in Dakar when I met Fred Hirschy from Switzerland, who wanted to create a soul project with an African connection. "Ethno" refers to the ethnic colour and "phonique" to the sound aspect ; it's the sound that is the soul side of things. The result is not a mixture any more, ti's a new style !"
That the two should sound so well together came as no surprise to Massamba. "Soul is part of who I am. I soaked in the of Stevie Wonder and Ray Charles when I was young;that's what my father listened to all the time in the Congo. Soul, for me, is something that comes from the heart. If Marvin Gaye still lives on our memories, it is because he was truthful, his music was truthful. Young people today, sadly, have lost that truth...Soul is also the African music I gave always listened to and which grooves well, like the music of Les Tambours de Brazza. I am in my element in the two styles."
African awakening
Massamba has visited the pygmies several times to learn their polyphonic singing. "Above all, that encounter is about human beings. The only difference is that we wear trousers and a tie. The pygmies are a healthy people, truly splendid. In your eyes they can see what you are feeling : tiredness, joy, sadness, love, etc. The pygmies don't have any problems; there are no banks, they have ereything they need in the forest." But isn't Massamba overlooking the fact that those virgin forests are disappearing ? "No, there will always be some; the Africans will rise up to protect them ! There is a new generation of Africans that is conscious, that goes on the Internet and that will rise up to defend its rights." "There will be a revolution", he believes ; it will, he stresses, start with using their own languages. "That's why I always sing in Kikongo, the most widely spoken language in Brazzaville, but also the most marginalised. A Rwandan making soul music should have no hangups about singing in his own language ! I want to wake up people who are asleep. We have to reclaim our African languages. For my second album, I want to merge a number of African languages, travelling from country to country to make recordings on the ground, in the villages, in order to win back the voices and languages that are now being lost". - Benjamin Tollet


When Fredy Massamba croons in the Bantu language of Kikongo, you understand little. When he pounds the congas, bongos and the djembe, you move with them. When he plays the reggae with a touch of funk, you are just caught in an extraordinary mesh of music(...)
Massamba's musical influences span continents. "There is a lot of Afro-soul vibe in my music. There is also ethnic music that blends European and African influences. but in every second of my show, you will feel Congo and its sunshine. That's why I sing in Kikongo. Th country in the lyrics, percussion and dance" says Massamba, 36, who was born in Brazzaville Congo (...) - Indian Express, Nov O9


On hearing a blend of soul, hip hop, funk and African chants, one could safely bet that Fredy Massamba is in the vicinity. The singer of African-European lineage shares, "I mostly play African percussions like bongos, congas or djembe and my favourite music is soul. On stage I play Afro-Soul with Hip HOp or Rumba influences."(...)
After working in music groups and performing with successful musicians like Manou Gallo, Massamba decided to focus on his solo career three years back and now his first ever solo album Ethnophony is set for release on March 2010. "My concept is to present an Ethnophonic project, in African languages like Kikongo and Lingala. The album also has soul music, hip hop tracks, love songs and a guitar/voice track. It's a concoction of different emotions. I am looking forward to passing on the Ethnophony message to Indi and am curious to how the crowds will react," he reveals. - Mumbay Mirror


Fredy Massamba may sing in Kikongo or Lingala. He may break into an important jig. He may switch from Soul to Hip Hop while his band decides to get funky. Through audience will understand the Congo little better.
That the man is no novice helps, Massamba turned to -born in Brazzaville, Congo, he started with street performances before graduating to choirs. As his repertoire grew, so did his audience. Eventually, he began touring the world, collaborating with an array of impressive musicians along the way(...). As for the music he creates - accompanied by brass, drums, guitars, keyboards and percussion - it can get a bit tricky. As best, it can be called a blend, bringing together Funk, Soul, Hip Hop, Reggae, for good measure. The one thing he guarantees his audience is a genuine taste of Africa. "My life is an invitation to travel" he adds, "to understand that we have no frontiers. There is no visa needed to feel my music." - The Guide Mumbai


Je suis un artiste à part entière. J'ai fait un bout de chemin depuis mes débuts avec les Tambours de Brazza au milieu des 80s. Je suis issu de la génération qui se prend le smurf en plein visage. C'est l'influence de l'Amérique qui débarque en Afrique avec Michael Jackson. J'ai une culture hip hop parce qu'à l'époque, je danse dans la rue. J'écoute plus Bob Marley que la rumba congolaise. Mon père, influencé par James Brown, a une coiffure afro comme tous les acteurs de la "Blaxploitation". Un jour, au début des années nonante, je découvre des danseurs traditionnels qui répètent dans un centre pas trés loin de chez moi. Ces danseurs ont mon âge. Là, je découvre quelques chose que je ne connais pas.(...)
Je dénonce le système en place, plus facile à dénoncer d'ici que sur place. La majorité des textes sont engagé. Les conflits ethniques n'avancent à rien. (...)
Mon disque est un album de lutte, de combat. Le choix de la langue s'inscrit dans cette démarche. Pour le deuxième album, j'ai envie de me balader un peu partout en Afrique afin d'enregistrer des langues qui sont en train de se perdre. Comme au Mozambique ou au Zimbabwe, par exemple. C'est preque un travail d'ethnologue. (...) - Musique World


Fredy est né Massamba à Brazzavile (Congo). Trés vite, la musique devient son outil, sa passion.$I écume les rues et les chorales comme chanteur et danseur avant de se transformer en pur artiste de scène. Aprés plusieurs tournée mondiales avec les Tambours de Brazza dés 1991, de nombreuses collaborations avec des artistes comme Zap Mama, Didier Awadi, Manou Gallo et autant de rencontres exceptionnelles aux Etats-Unis avec, entre autres, Bilal, Mos DEf et The Roots, Fredy Massamba se consacre à son projet solo "Ethnophony". (...)
L'album est en exlusivité en kicongo. C'st une langue du Sud du pays, une des langues les plus populaires du Congo mais trés marginalisée. Je voulais par respect, faire un album ou ma carrière en gardant cette langue, c'était trés important. C'est toute une histoire, mes odeurs, ma vie, mes couleurs, tout ce qui fait que j'existe."
Sur scène, ses talentueux musiciens font claquer comme jamais batterie, basse, guitare, claviers et percussions. D'une voix puissante qu'il developpe comme un instrument à part entière, il nous fait voyager au fil des sons tantôt rythmés, tantôt émouvants.(...) - Esperanzah Festival review


Pour son premier disque, Fredy Massamba réalise un fort beau coup : il porte le hiphop africain vers des directions nu soul, tout en restant éminemment ancré dans la puissante tradition vocale africaine. Il faut dire qu'il n'est pas un apprenti non plus car lorsqu'il faisait partie des Tambours de Brazza, il fit plusieurs fois le tour du monde et collabora de prés avec Manou Gallo, Zap Mama ou encore Didier Awadi de Positive Black Soul. Originaire de Pointe-Noire (Congo-Brazzaville), il possède son sujet depuis l'enfance, tout en ayant un pied dans la culture occidentale pour habier l'Europe par aprés. Les beats sont d'une précision et d'une pureté qu'on trouve chez quelques grands artistes hip hop UK. Ils permettent à Fredy de venir y poser sa voix qui oscille entre chant vif, poignant et un flow sans l'air d'y toucher. Sur chaque titre, elle est portée par de choeurs tout à fait sublimes. Sur quelques uns, les arrangements font la part belle aux instruments traditionnels afin de mettre en avant leur sonorité spécifique. On a grand plaisir à écouter cette galette qui propose un hiphop qui, loin de tomber dans les poncifs du genre, vient le revivifier avec talent, classe et dignité. - Rif Raf


Discography

First album : Ethnophony released on March 21st 2011

Photos

Bio

FREDY MASSAMBA was born in Pointe-Noire (Congo). It did not take long before music became his tool as a true passion !
For a while he had been singing and dancing down the street or in some choirs. Then he turned into a gnuine stage performer. Following several world tours with Les Tambours de Brazza , numerous collaborations with Zap Mama, Didier Awadi, Manou Gallo and after he enjoyed some smashing encounters in USA with Bilal, Mos Def and The Roots, Fredy Massamba is now developing his own solo album Ethnophony .
His first solo album was released in April 2010, mixed and produced by the fabolous duo Tom Soares and Dave Kutch (Mastering Palace, New York City) the production is absolutely incredible !
He talks as an Afro-european, about his life, his journey, his music, his influences but about love and struggle as well. Outstretched between Africa and Europe, he shares his two-faces culture with us.
His music is a smooth blend of soul, Hip Hop, funk and African chants. He sings in Kikongo and Lingala and his lyrics speak straights to our hearts. With drums, bass, keyboards and slamming percussions on stage, his unbelievable voice sounds great as an instrument by itself.
The best way to discover the artist is surely on stage ! Dont miss this great Afro Urban exprience !
Now let the music play