Glass Passenger
Gig Seeker Pro

Glass Passenger

| SELF

| SELF
Band Folk Rock

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


"FICHE DU DISQUE: Glass Passenger"

Timide mais convaincant, le premier EP de ce sextuor montréalais centré autour du chanteur-guitariste David Kunstatter (aussi batteur au sein du combo de rock noir Vicious Delicious) et de la pianiste-chanteuse Rachelle Mantha. Kunstatter ne déborde pas d'assurance au micro, mais sa voix doucement graveleuse s'harmonise agréablement avec celle de Mantha dans Oracles and Preachers, et leurs concoctions folk noir sont remarquablement calibrées, évoquant tantôt celles de Will Oldham ou de Mark Lanegan (Duck and Cover), tantôt celles de Tom Waits (Gravel Road) ou de Bob Dylan (Love Me Anyway). Une belle rencontre entre austérité indie et classicisme, bien décorée de cordes, cuivres, banjo et autres parures élégantes. - Olivier Lalonde, Le Voir


"Glass Passenger EP Review by Nightlife 3.7/5"

Si le noyau du groupe est formé autour de l’auteur, compositeur et interprète David Kunstatter (aussi batteur chez Vicious/Delicious), près d’une vingtaine de musiciens participent à ce premier album. Beaucoup de monde, mais jamais trop, réussissant à créer un folk bluesé et mélodique rappelant Tom Waits, auquel les nombreux invités viennent donner des petits coups de pouce toujours très à propos (trompette, saxophone, ensemble de cordes). Avec ces sept premiers titres, le groupe montréalais se mérite immédiatement une place dans la colonne «à surveiller en 2011».
Le 18 février au Divan orange. - Nightlife.ca


"Glass Passenger – S/T EP"

Glass Passenger – S/T EP
(Self-release; 2010)

8/10

The self-titled debut EP from the Montreal’s Glass Passenger comes after nearly in a year in studio and is simply epic in scale. Alongside the four core members, including frontman David Kunstatter, an electroacoustic student at Concordia University and drummer for the psychedelic rock band Vicious/Delicious, Glass Passenger recruited 20 other musicians to collaborate on the seven-song EP.
The additional musicians add a certain lush touch to the way each track is arranged. Opener “Duck and Cover” greatly benefits from the dash of trumpet that accompanies Kunstatter’s best blues growl. The sweeping string section thrown into “Love Me Anyway” is tucked into the track just right and never threatens to dominate the number.
The EP is pop mixed with numerous influences and is crafted by musicians who know their trade intimately. If there is anything to take away from the EP it’s the promise of a full-length.

Trial Track: “Love Me Anyway” - The Concordian


"mardi 9 mars 2010 Quai des brumes"

Glass Passenger
Deuxième groupe, et là j’étais très impatiente de les entendre car j’avais avalé leur premier album comme une bonne liqueur bien fraîche : Glass Passenger. Si vous avez envie de vous évader, de prendre une petit pause musicale, de vous aérer la tête, de quitter pour le premier train qui passe, embarquez avec Glass Passenger ! L’orchestration présentée ici (contrebasse, violoncelle, violon, clavier, guitare, batterie et enfin harmonica) est riche et c’est ce qui donne toute l’ampleur aux compositions proposées. De belles ballades et nouveaux morceaux et toujours un style qui leur est propre (folk mélodique ?). Enchantée et privilégiée d’avoir pu les entendre pour ce qui est l’un de leur premier show avec cette formation.
- Nine Bubbles in the Sky


"Glass Passenger – Un moment magique"

Briser la glace n’est jamais facile! Malgré l’habitude de la scène des membres de Glass Passenger, acquise dans leurs ex-groupes respectifs, c’était le premier spectacle de la jeune formation et ils ont relevé le défi avec brio. Dave Kunstatter (guitare, voix, harmonica) et Rachelle Mantha (piano, voix) nous ont offert une heure magique, cassant pour nous six de leurs nouvelles compositions dans un Quai des Brumes rempli jusqu’au plafond, accompagné de quatre excellents musiciens (violon, violoncelle, contrebasse et drum).

Malgré une sonorisation déficiente, ils ont offert une excellente prestation et Dave Kunstatter nous a bien fait rire avec ses traits d’humour entre les chansons. Un peu timide, il dégage toutefois un charme certain, surtout lorsqu’il chante. Il a d’ailleurs annoncé pour bientôt la sortie du premier album de Glass Passenger. - vivreetmouriramontreal.com


"jeudi 3 septembre 2009 Glass Passenger"

On est toujours de passage quelque part ou pour quelqu’un : on est en constamment en transit et en mouvement. Etre passager, se laisser guider et ne pas tout à fait connaître sa destination, c’est exquis.



C’est exactement ce que nous propose le groupe Glass Passenger. Attention, il va falloir être patient, car leur album sort officiellement bientôt et leur myspace n’est pas encore tout à fait prêt pour colorer vos oreilles pour la rentrer.
Chiffre magique, avec les 7 chansons de leur premier album, on appréhende l’univers musical mélodique et mélodieux de ces deux artistes (Rachelle Mantha et Dave K) qui nous transportent par beaucoup de richesse : les instruments, l’orchestration, les airs qui trottent dans la tête. Une seule écoute suffit à vous laisser séduire. Influence folk et jazzy, les Glass Passenger ont su créer leur propre île paradisiaque ou vous aussi vous rêverez faire un passage. On apprécie tout particulièrement la voix de Dave, le genre de voix qu’on oublie pas, avec un timbre un peu râpeux, venu des profondeurs.

Mais Glass Passenger, c’est aussi une histoire de groupe, d’amitié et de collectif de musiciens talentueux qui ont accompagnés la naissance de cet opus par petits touches personnelles pour en faire un ensemble harmonieux, que ce soit avec les cordes, le banjo, les cuivres ou la batterie. Et la cerise sur le gâteau, une petite pause instrumentale, comme une rêverie au milieu d’une journée nuageuse : Last Waltz, composée par David Deo.


Petit tour du monde en 7 étapes :
Duck and cover : sur fond d’harmonica et de solo de cuivre, cette balade un peu violente nous amène dans le fond de notre cœur et de notre corps. On se laisse bercer par le rythme répétitif comme le bruit du train qui passe.
Grave Road : avec son petit côté folk orchestral, on a le sourire au coin de la bouge, le pied qui tape, et on boit les paroles comme des larmes salées.
Oracles and Preachers : que nous prédit cette chanson : une douceur des deux voix mélangées, un clavier qui sonne vieux, un métronome oublié.
Love Me Anyway : un retour de soirée, une chute prévue ou aléatoire, un violon violent, un piano envolé, et une phrase à glisser au creux de l’oreille d’un amant : I hate myself tonight, take me home.
Last Waltz : un instrumental magique, avec petites cloches sonnantes et trébuchantes, un air de noël en plein rentrée.
Company Tale : un côté Bob Dylan, comme une histoire revendiquée, comme un engagement refusé, un cri déchirant soigné par un violon lyrique.
So Long : comme un point de suspension au voyage, un signe de la main qui veut dire aurevoir ou peut-être adieu.

Pour ma part, j’ai déjà choisi ma prochaine destination ! - Nine Bubbles in the Sky


Discography

Uppers and Downers (2012)
Glass Passenger's first full length album released summer of 2012.
self titled EP (2010)
Glass Passenger charted 22nd on CJLO's charts for the week of the 10th of May '10 Glass Passenger has been played on nearly every college radio station in Montreal and has played live on CHOQ.fm, CKUT.fm, and CJAD 800.am.
Glass Passenger charted #42 in the top 50 Albums at Calgary's CJSW 90.9fm for 2 weeks in January 2011.
The favorites off of the EP are Duck and Cover, Gravel Road and Love me Anyway.

Photos

Bio

============================
MEMBERS•David Kunstatter – guitar, harmonica,
voice
•Derek Harrison – bass, voice
•Rob de Koninck - drums
FORMED: September 2009
HQ: Montreal, Qc, Canada
RIYL: Tom Waits, Nick Cave, Neil Young,
Great Lake Swimmers, Blackheart Procession
============================
Glass Passenger grew out of the collaborative musical pursuits of David Kunstatter and
Rachelle Mantha. Blending past musical experiences and personal influences, they eventually
developed an acoustic sound heavily influenced by old folk standards and rock music
upbringings. A product of the Winnipeg indie rock scene, David fell in love with Montreal while
playing Pop Montreal as a member of Paper Moon in 2004. After moving to Montreal in 2006,
he met Rachelle at one particularly strange overnight recording session. They very same
place they met would be the place where Glass Passenger would be formed.
Over the course of a year (summer 2008-2009), with contributions from over 20 musicians
(including a 12 piece string section), they self-produced/recorded a debut 7-song self-titled
After several line-up changes, including the departure of co-founder Rachelle, the
energetic live show of the new three-piece incarnation of Glass Passenger proves that they
have completed the transition from an orchestral folk outfit to a hard-edged roots-rock band.
The new album “Uppers and Downers” (to be officially launched June 28 at Casa del Popolo)
captures a band in transition. Over the course of these nine tracks, Glass Passenger proves
that they are equally comfortable with minimalism and maximalism. Spanning from the
stripped down acoustic-guitar based songs Father and Lullaby to the orchestrated bombast of
I’ve Got Demons (in my soul) and Dancing in Circles, the band displays its versatility in texture
and instrumentation.
This versatility is grown from an ethos of respecting the song. David’s songwriting remains the
centerpiece of this album, and the textures and musicians involved are there to give each song
what it needs, whether that means the dixieland horns of Bombs and Parachutes or Rachelle
Mantha's beautiful plucky piano line on Oh, how the mighty have fallen. The orchestrations
brings out a rich, carefully and confidently constructed sound, as hook-laden and driving as it
is dark and gritty.

"Avec ces sept premiers titres, le groupe montréalais se mérite immédiatement une place dans la colonne «à surveiller en 2011»"
- Nightlife.ca

Une belle rencontre entre austérité indie et classicisme
- O. Lalonde, le Voir