I.No
Gig Seeker Pro

I.No

Québec, Quebec, Canada | MAJOR | AFM

Québec, Quebec, Canada | MAJOR | AFM
Band Pop Folk

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

Music

Press


Le groupe I.No nous présente un premier disque à la hauteur de ses ambitions et signe une production solide. Mené par Amélie Nault et Olivier Beaulieu, ce quatuor a tout en main pour se démarquer.
Cela fait maintenant près de trois ans qu’Amélie Nault et Olivier Beaulieu ont trouvé la formule parfaite pour aller de l’avant avec le groupe I.No. Surtout depuis l’arrivée du guitariste Simon Pedneault (ex-Who Are You, et aux côtés de Pascale Picard depuis peu) il y a plus de deux ans. Avec Alexandre Blais, qui complète ce quatuor à la basse, il ne restait au groupe de Québec qu’à se faire remarquer afin de pouvoir saisir l’occasion d’être épaulé par une compagnie de disques.
Aux yeux d’Olivier Beaulieu, batteur et percussionniste, c’est l’arrivée d’Olivier Langevin (Galaxie) dans le giron du groupe qui a tout déclenché, il y a un an. I.No décidait alors de se lancer dans la production d’un premier disque anglophone après la parution d’un EP en 2009, et le musicien-réalisateur est devenu la personne idéale pour mener à terme ce projet. "Il avait déjà entendu parler du groupe et lorsque nous l’avons rencontré à Montréal pour discuter du projet, le courant passait! C’est par la suite qu’Olivier Langevin a fait le relais auprès d’Avalanche Productions (Beast, Elisapie Isaac), et la compagnie de disques montréalaise Vega Musique a suivi par la suite. Nous, on complétait déjà l’album à ce moment, on n’avait plus qu’à s’associer avec eux."
Voici donc I.No entre de bonnes mains et à la veille de sortir Haunted Heart (le 7 février), un premier album à saveur rock et folk qui possède une signature pop non négligeable et où Langevin signe une réalisation somptueuse et raffinée. Le terme art-pop pourrait même s’accorder avec la direction artistique parfois éclectique, où la voix teintée de soul d’Amélie Nault se distingue. D’ailleurs, celle-ci, qui signe la totalité des textes, ne cache pas que le titre de la production représente bien le caractère sombre de certaines de ces 11 pièces. "C’est parfois noir, mais je crois que je suis plutôt sweat dark, précise-t-elle. Je suggère des images, des tableaux. Avec une chanson comme Hibou, ça ne fait aucun doute, tu vois le film qui se déroule devant tes yeux et c’est symbolique. Lorsqu’on écrit, on camoufle aussi certaines choses. Il y a parfois des chansons où l’on pourrait distinguer une forme de douleur à l’âme ou au coeur, mais je trouve que tout ça reste lumineux aussi. L’espoir est toujours là."
Même que les musiciens qui accompagnent l’interprète ont parfois le tour de broder eux-mêmes certaines ambiances folk alambiquées qui pourraient rappeler Tom Waits (Bathtub, pour la rythmique) ou encore PJ Harvey avec Picture Your Face. "Les paroles de cette chanson peuvent être parfois assez dures et même violentes, constate l’interprète, mais c’est avant tout une chanson d’amour. Du moins, c’est comme ça que je la voyais! C’est les gars qui ont décidé d’interpréter cette chanson en tordant les cordes et en créant une tension musicale. Ça fait donc partie de la personnalité du groupe aussi!"
Malgré tout, le caractère lumineux s’affiche sans détour sur Label Me (une pièce accrocheuse qui sera sans doute le premier simple) et aussi Mon chéri, qu’I.No a décidé d’interpréter en version acoustique sur l’album. "Celle-là, c’est la première qu’on a fait entendre à Olivier Langevin, se rappelle Olivier Beaulieu. Nous avions fait un enregistrement vidéo pour le Festival Off de Québec. En spectacle, c’était plus rock, mais Langevin a insisté pour qu’on garde cette signature acoustique. [...] Et il y aussi H.H. Blues qu’il nous a persuadés de garder sur l’album. Selon lui, il fallait un blues sur le disque et celle-là convenait parfaitement!"
"C’est même la seule qu’on ne répète jamais en local, seulement pour être sûrs de la jouer le plus spontanément possible. Sur scène, on se laisse aller sans trop savoir comment cette chanson va se terminer, je ne sais même pas si je chante les bonnes paroles!" ajoute - Voir.ca


Amélie Nault et Olivier Beaulieu mènent une double vie... musicale! Quand ils forment Le comité, ils écument bars et événements d'affaires pour faire danser les gens. Quand ils se transforment en i.No, ils rêvent d'une carrière internationale avec leur musique pop-rock. Le duo de Québec franchira une étape importante dans cette direction avec la parution mardi de leur premier CD, Haunted Hearts.

i.No avait plusieurs atouts en main pour décrocher un contrat de disques. La formation de la capitale a remporté les honneurs du concours d'Envol et macadam (2009) et du Festivoix de Trois-Rivières (2010). L'an dernier, le Festival d'été de Québec leur a donné la chance de se produire sur scène - le groupe avait quand même plusieurs premières parties de calibre (Karkwa, Morcheeba, Martha Wainwright...).

Ils n'ont pourtant pas choisi le sentier le plus fréquenté pour arriver à destination. Chanter en anglais, c'est généralement se condamner à ne pas tourner à la radio et à la télé, quotas obligent. Ce n'est pas une décision politique, mais artistique, précise la chanteuse, qui signe les 11 textes. «Je suis fière d'être Québécoise, mais je suis aussi Canadienne. J'ai de la famille en Ontario, je maîtrise les deux langues. Les sonorités me parlent plus en anglais.»

Olivier Beaulieu, en bon batteur, est plus réservé en entrevue. Mais il tient à préciser que le duo «ne s'est pas posé la question». N'empêche: «On va pouvoir exporter notre musique partout.» Ce qui est loin d'être évident. Peu importe, croit Amélie Nault. «Les temps changent. On doit être fier des deux langues de notre pays. Je comprends la sensibilité, mais on devrait nous taper dans le dos plutôt que nous dire qu'on aurait dû enregistrer en français.»

Subventions

De plus, le groupe se coupe ainsi l'accès à certaines subventions. Et aussi à d'autres en restant à Québec - ils n'ont pas droit à un coup de pouce financier pour aller jouer en région comme les musiciens montréalais! D'où Le comité, leur groupe d'interprétations qui leur permet de gagner leur vie, à raison de 150 à 160 concerts par année. Et d'y faire des rencontres surprenantes comme Louis-José Houde, à un mariage, qui a ainsi joué de la batterie avec eux sur une pièce de Pearl Jam.

Autre rencontre déterminante: le guitariste Olivier Langevin (Galaxie). Après une soirée bien arrosée, i.No s'était trouvé un réalisateur, qui a facilité le contact avec leur maison de production et ensuite leur compagnie de disque. Ce qui adonnait bien, puisqu'ils aimaient le travail effectué par Langevin avec Mara Tremblay sur Tu m'intimides, entre autres, et avec Fred Fortin.

Sur son EP paru en 2009, le groupe avait des sonorités country-folk. Mais au moment d'enregistrer Haunted Hearts, «on n'avait pas de direction comme telle, explique Amélie Nault. Olivier est venu à notre local de pratique, et il nous a dit: "C'est cette vibe que je veux sur le CD." On s'attendait à plein d'arrangements! Il ne nous a pas colorés, il a mis des teintes!»

Si Olivier Langevin n'a pas eu la patte lourde, c'est aussi parce que le duo dans la jeune trentaine a du métier, en plus d'une formation scolaire à la batterie en jazz et en chant. Leur répertoire de plus de 300 interprétations (avec Le comité) n'a pas interféré non plus: «On a construit quelque chose qui nous ressemble», soutient Olivier Beaulieu.

Oublier

D'ailleurs, les textes sont très personnels, et reflètent la personnalité de son auteure, estime la principale intéressée quand on lui fait remarquer qu'il y est beaucoup question d'hommes, ou plutôt de l'absence masculine. «L'écriture est un exutoire, je me nourris plus de ces émotions. Mais il y a toujours un espoir, ce n'est jamais complètement noir.»

Mon chéri, par exemple, a été écrite pour une amie qui a perdu son amoureux aux mains du cancer. Des gens qui ont vécu un tel drame lui confient se consoler à son écoute. «Dans des moments comme ça, je me dis que c'est pour ça que je fais de la musique.»

Ce - Le Soleil


i.No est un duo de Québec formé d'Amélie Nault (chanteuse, auteure) et Olivier Beaulieu (batterie, percussions), qui s'est transformé en quatuor avec l'arrivée du guitariste Simon Pedneault et du bassiste Alexandre Blais.

Après avoir remporté plusieurs concours et sorti un EP, le groupe lance son premier album, Haunted Hearts, qui sera en magasin mardi. Olivier Langevin (Galaxie) en signe la réalisation.

À la première écoute, c'est la voix douce et mélodieuse de la chanteuse qui berce nos oreilles. Les humeurs sonores du disque ont de multiples visages: intro soul-pop-rock (Lacking Sleep), moments up-beat et rock (Label Me), pièces enfumées de blues (HH Blues), guitares fuzzées et jammées (Dubious), ballades folk-rock (Answer Key), sans compter des pièce sombres (Troubled Waters) et salaces (Bathtub).

C'est de qualité, bien maîtrisé et agréable à écouter, mais il manque une signature musicale et deux ou trois singles aux mélodies contagieuses.

Cela dit, c'est le matériel idéal pour que le groupe s'en donne à coeur joie sur scène. Les amateurs de riffs et solos de guitares hautement exécutés devraient y prêter une oreille. - La Presse


I.No nous propose donc un amalgame de styles qui s’arriment toutefois merveilleusement bien les uns aux autres. Folk, pop, rock, blues, Haunted Hearts saura en séduire plus d’un. Un premier album studio qui en vaut définitivement le détour et qui laisse présager un bel avenir pour I.No - Sors-tu.ca


Ce quatuor de Québec aura réussi à
bien s’entourer pour ce premier album
qui mise sur une pop anglophone
parfois audacieuse, où la voix d’Amélie
Nault s’affiche avec conviction. Le
musicien et réalisateur Olivier
Langevin aura guidé avec soin le
groupe mené par Nault et son complice
Olivier Beaulieu aux percussions.
L’accrocheuse Label Me et la ballade
acoustique Mon chéri ont tout pour
séduire, mais c’est la signature
musicale plus étoffée des Picture Your
Face, Troubled Waters et Bathtub qui
nous interpelle. Les guitares de Simon Pedneault y sont pour beaucoup, et les
harmonies vocales sont judicieusement placées. C’est chaleureux, et le groupe évite
les pièges du racolage mélancolique en diversifiant sa palette. Un premier essai
concluant. - Voir.ca


Discography

Haunted Hearts - January 2012

Photos

Bio

EN.
I.No consists of four multi-talented musicians from Quebec City, Canada. Lead singer Amy and drummer Olivier started the band as a duet a couple of years ago. The project received so much interest that it pushed the two musicians to take the project more seriously and add Alex Blais (bass), and Simon Pedneault (guitar), the best musicians in town, to their band. I.No's first show as a band was at the Global Battle of the Bands contest presented by Envol et Macadam, which was held in early 2008. To the band’s surprise, they won the contest in their region. Before heading to Montreal for the grand finale, they made a brief stop in Trois-Rivières to open for David Usher. Many shows have followed since, the band has had the chance to play at Le Cercle, the Cabaret du Capitole (opening up for Clement Jacques), La Casbah and most recently opened for the Swedish band The Sounds at Envol et Macadam in September. This summer, the band also took home the first prize for "Le plus beau rythme de la Mauricie" at the Festivoix in Trois-Rivières. This money helped fund their first self-titled EP, which was released in August 2009. I.No is pop/folk/soul/rock music filled with hearts, ghosts and turmoil.

FR.
I.No est formé de quatre musiciens de Québec qui cumulent de nombreuses expériences musicales diversifiées depuis les dernières années. Après incubation et expérimentations variées. Le coup d’envoi pour I.No fut le concours Global Battle of the Bands(2008), présenté par Envol et Macadam. À la grande surprise du groupe, I.No remporta la victoire. Puis, avant de se rendre à Montréal pour la suite du concours, un bref arrêt à Trois-Rivières pour la première partie de David Usher. S’ensuivirent de nombreux spectacles, entre autres au Cercle, au Cabaret du Capitole pour la première partie de Clément Jacques, à la Casbah ou encore au Festival de la musique pour enfin, en juillet 2009, rafler la 1ère place au concours Le plus beau rythme de la Mauricie (Rythme FM), à Trois-Rivières, dans le cadre du Festivoix. Le 11 septembre dernier2009, accompagné des groupes Winter Gloves et Julian Marley, I.No a ouvert la scène au groupe The Sounds, au festival Envol et Macadam. À l’automne 2009, ils ont ouvert pour Caracol et gagné le prix coup de cœur au Festival Diapason de Laval et on ouvert pour YOAV au Théâtre Petit Champlain de Québec. En mars 2010 il on offert leur propre spectacle en compagnie de Who are you au Théâtre Petit Champlain. L’été et l’automne on été fructueuses pour I.No, ils ont joué à Woodstock en Beauce et au Festival de musique émmergente de l’Abitibi(FME). Avec un subtil mélange de folk, de pop, de soul et de rock qui se mêle à une musique enveloppante de fantômes, de cœurs et de turbulences, I. No envoûte.