Kraink

Kraink

 Winnipeg, Manitoba, CAN
BandRock

Les Gosselin forment ce trio revolutionnaire. Ces musiciens marient un style ludique avec du cran. Three brothers dominate this stage. Their mom is an advocate for women's rights and their dad is a visual artist. This accounts for their singular genre. www.KRAINK.com

Biography

Kraink a vu ses débuts en 1999. Le groupe est composé des trois frères Gosselin, Christian, Eric et Jérémie. Ce groupe francophone natif du Manitoba vient de lancer son troisième album Après la grande guerre qui a été chaleureusement accueilli par le public et les médias. À chaque écoute, l’album révèle une nouvelle subtilité et un nouveau message. Le groupe a reçu une nomination aux Western Canadian Music Awards pour leurs trois albums, Après la grande guerre, ROI et Armée lunaire. Kraink a joué plus de 120 spectacles devant des publics allant de Vancouver jusqu’à Moncton. La musique de Kraink est toujours en mouvement; le groupe évolue à chaque album, à chaque spectacle.

Since 1999, this trio of brothers has been blazing trails. Kraink is the first francophone group/artist in western Canada to obtain three nominations at the Western Canadian Music Awards. Christian, Eric and Jérémie have conceptualized ground-breaking shows as well as having produced pioneering records. They are mentors, leaders, and active participants in the development of the franco-canadian music industry.

Lyrics

Les jalousies

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

L’ombre d’une femme se dessine
Entre les fentes des jalousies
Pour mieux voir dehors le soir
Elle a brûlé sa lampe
Elle ne peut pas l’échanger
Elle ne veut pas changer

Elle ne rêve, elle ne rêve pas souvent
Elle cauchemare d’aller au loin là-bas
Si elle s’échappe, elle n’aura pas le choix
Elle reviendra

Quand le jour se lève
Elle sort parfois de sa maison
Elle s’avance à la grille
Elle s’imagine dans la ville
Quand le soir tombe sur elle
Elle se cache dans sa maison
Se réfugiant dans le noir
Il n’y a plus de lumière
Pour l’empêcher de voir
Dehors, la ville
Où elle voudrait s’enfuir
Elle a brûlé sa lampe
Il n’en reste que des cendres
Où elle réchauffe ses ennuis
Réchauffe ses jalousies

Elle ne rêve, elle ne rêve pas souvent
Elle cauchemare d’aller au loin là-bas
Si elle s’échappe, elle n’aura pas le choix
Elle reviendra

Mon chien table

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Mon chien de table

Mon chien de table
Comme moi, s’assoit sur une chaise
Je lui mets des ustensiles
Il se gave de nourriture
Chaque fois que j’ai des invitées
Elles remarquent qu’il est mal élevé
Il n’est pas très poli
Il jappe après les petites filles

Il est soudé à mon esprit
Je l’aime trop pour l’endormir
Même s’il n’est pas très poli
J’aime tant mon chien de table

Il s’assoit plus droit que moi
Mais il est croche et ne se dresse pas
Au fond de mon âme, je sais
Qu’il est vraiment un sale chien
Je l’aime quand même
Il n’a pas appris sa leçon
Il jappe après les petits garçons
Quand j’ai des invitées
Elles remarquent qu’il est mal élevé
Que je n’ai rien fait pour le dompter

Il est soudé à mon esprit
Je l’aime trop pour l’endormir
Même s’il n’est pas très poli
J’aime tant mon chien de table

Chien ou humain
Ça ne fait rien
Je sais trop que moi aussi
J’ai des crocs

Il est soudé à mon esprit
Je l’aime trop pour l’endormir
Même s’il n’est pas très poli
Je l’aime trop pour l’endormir
C’est beaucoup plus facile
De le laisser courir
J’aime tant mon chien de table

Les cartes postales

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

J’ai vingt-cinq cartes postales
Toutes pareilles, une photo d’un château
Affranchies d’un timbre et de mots aussi francs que vagues
Mirage d’une plage qui n’y est pas
Vingt-cinq châteaux, vingt-cinq messages
Qui commencent avec bonjour, finissent avec amour
Je parle du château de la photo
Comme si j’y étais, même si j’en sais pas grand-chose
Ne vous fâchez pas quand vous découvrez
Que tous les messages que j’ai envoyés
Sont pareils pour toi ma mère, toi mon père
Vous mes frères et vous mes amis

Ne me blâmez pas
Je vous aime quand même
Même si je ne pense pas à vous
À chaque minute de chaque jour

Je vous aime même si je ne vous appelle pas
Une photo d’un château ne vous réconforte-t-elle pas ?
Je vous aime, je vous aime, je vous aime quand je pense à vous
Je vous aime quand je pense à vous

Une carte téléphonique tourne entre mes doigts
Un appel à qui? Je ne sais pas encore
Juste assez de temps, juste assez d’argent
Pour un appel, pour une personne
Ça pourrait déclencher de la jalousie
Si la personne à qui je parle s’en vante
J’appellerais mon grand-père malentendant
Je suis sûr, il n’aurait rien dit
Lui qui n’est plus de ce monde depuis longtemps
Alors, je n’appellerai personne

Ne vous blâmez pas
Je vous aime quand même
Même si je ne pense pas à vous
À chaque minute de chaque jour
De cette horloge que vous avancez
Pour que mon appel se dépêche
Et que pour vous je m’empresse

Au secours

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Un chauffeur est pris sur le bord de la route
Les roues tournent dans la boue, l’auto ne bouge pas
Dans sa déroute le chauffeur se doute
Qu’avec toutes ces personnes, personne ne l’aidera

Il ne tend pas la main
Pour arrêter les gens
Il reste les lèvres pincées
Et ne prononce pas

Au secours
Pour ne pas être abandonné
Je dois rester seul
Et ne rien crier

Un soûlard s’écroule sur le bord du trottoir
Il ne trotte plus, il a trop bu
Il pense que personne ne s’arrêtera pour un buveur
Et que les gens ont peur d’attraper son malheur

Il ne tend pas la main
Pour arrêter les gens
Il reste les lèvres pincées
Et ne prononce pas

Au secours
Pour ne pas être abandonné
Je dois rester seul
Et ne rien crier

Dans cette foule de pieds mouvants
Il y a peut-être un passant
Qui s’arrêterait pour cette main tendue
Si elle s’était tendue

Dans cette foule de pieds mouvants
Il y a peut-être un passant
Qui s’arrêterait pour cette main tendue
Si elle s’était tendue

Des beaux mots plein la tête

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Deux gardes me suivent pour garder l’ordre
Ils me chuchotent de ne rien chanter
Leur baïonnette repose sur leur épaule
Toujours prête à me bâillonner
C’est plus facile de faire cesser
Une parole avant qu’elle ne soit prononcée
Ils brisent mon violon
Ils coupent ma chanson
Je reste là, je ne parle pas

J’ai des beaux mots plein la tête

Les gardes me croient sirène
De ces femmes mythiques qui ensorcèlent
Ils ont peur que je les entraîne
Loin de leur port, proche de la mort
Que font les sirènes lorsqu’elles chantent?
Est-ce qu’elles chantent leur propre mort?
J’évite toute malchance
Je garde le silence

J’ai des beaux mots plein la tête

Que font les humains lorsqu’ils s’entendent?

Téléinvasion

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Les barres multicolores sur l’écran
Comme un arc-en-ciel
Promettent le beau temps

J’interromps la programmation
Pour vous apporter un message de toutes dimensions
Il y a une nouvelle bactérie
Qui envahit tous les foyers, toutes les familles
Luminescente, se multipliant
Elle s’accapare du regard des gens
Plus la bactérie prend de l’ampleur
Plus les gens pleurent
De voir partir leurs proches
Aux pays des perdus
Et de se sentir partir avec eux
Pour le reportage
Allons rejoindre Monsieur Gosselin

Ça rentre dans la tête
Ça ravage les pensées
Plus rien n’est sécure
Sortez de vos maisons
La téléinvasion

Ça s’infiltre par la porte en une seconde
Et ça infecte tous les coins de la maison
Une fois frappée, toute la famille est allongée
Sur le divan, aucun mouvement
On se demande s’ils sont en vie
Si une seule pensée traverse leur esprit
Attention

Ne croyez pas toutes les promesses
Des barres multicolores
Le beau temps ne vient jamais
Le joli arc-en-ciel, il ment
Il n’y a pas d’antidote à la téléinvasion
Prenez charge de la télécommande
Et passez-la à travers la télé

La chère pharmacie

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Une compagnie pharmaceutique m’appartient
J’ai des drogues pour tout le monde même s’ils n’en ont pas besoin
Au lieu de les guérir, je les fais un peu dépérir
Dommage pour eux, mes profits sont en jeu

J’ai une drogue puissante qui n’a pas d’effet primaire
Si puissante qu’elle coûte très, très chère
Cette drogue miracle, je l’appelle extraordinaire
Le miracle se trouve dans tous les effets secondaires

Une attaque, triple pontage
Pauvre coeur meurt sur Vioxx
Mais, un gros salaire, le triple du revenu
J’en reviens pas que les clients mangent ça
Plus! Plus! Plus je mens, plus les chiffres augmentent

Je n’ai pas, je n’ai pas besoin, je n’ai pas besoin d’aller en enfer
Le profit me procure le paradis

Comme tous les gens, j’ai ma philosophie
Le capital prime et la vie est gratuite
Une bouteille de pilules me vaut 33$
La vie d’une personne vaut ce qu’elle dépense

Un antidépresseur, triple déprime
Pauvre coeur meurt sur Zoloft
Mais, un gros salaire, le triple du revenu
J’en reviens pas que les clients mangent ça
Plus! Plus! Plus je mens, plus les chiffres augmentent

Je n’ai pas, je n’ai pas besoin, je n’ai pas besoin d’aller en enfer
Car le profit m’épargne cet ennui

Un client arrive dans ma pharmacie
Le fusil à la main il veut prendre mon profit
Il paiera cher pour son crime, la police arrive
Elle va le mettre derrière les barreaux en fer
Pendant ce temps, moi…

Je n’ai pas, non, non, je n’ai pas besoin
Moi, je n’ai pas besoin d’aller en enfer
Le profit me procure le paradis

Un résumé

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Je prends l’autobus
Je prends le métro
Je suis omniprésent
Dans tous transports publics
Je passe mon temps en attente
Avec l’ennui sur ma face
Comme tout autre passager
Je suis damné
Je lis les journaux
En attendant de me rendre nulle part
Je veux faire quelque chose
Mais rien de trop
Alors, je lis les titres
Les premières lignes
Je ne finis jamais l’article

Je veux un résumé
De la vie d’aujourd’hui
Les meilleurs guerres et conflits
Se consument en une ligne

Je veux un résumé
Je me fous de cette médaille réputée
Suffit seulement d’en comprendre un côté
Pour en parler
Je vais vous raconter
Toutes les nouvelles que j’ai
Sur le bout de mes doigts :
Une guerre là-bas
Une autre tout à côté de là
L’économie est en danger
Une compagnie a fait faillite
Un président baigne dans le scandale
N’oublions pas, n’oublions pas
Les statistiques ne veulent rien dire
J’ai 100% de chance de perDRE la tÊTe!

Je bénévole

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Il n’y a plus d’argent, j’ai débouclé le budget
J’ai transféré les fonds à mon porte-monnaie
Je dois bénévoler
Je sors mon beau complet et ma tasse en or
Je sors dans la rue, je suis mendiant du temps
Je mendie le temps des gens
Je les convaincs de donner à tout prix
Ils travaillent pour rien mais ils se sentent bien
Comme s’ils donnaient à un orphelin

Je bénévole le temps des pauvres gens

J’attire les proies à mon guet-apens
Une fois prises, je les exploite à ma guise
Elles sont soumises
Après vingt ans de service, elles se trouvent chanceuses
Elles recevront une plaque qui aura comme prose
Merci, vos services m’ont rendu riche

Je bénévole le temps des pauvres gens
Pour leur bon travail ils gagnent un merci
Je gagne l’argent

Des millions de secondes, j’en ai volé
J’ai pu transférer les heures à ma priorité
Des milliards de dollars, j’en ai sauvé
J’ai pu transférer les fonds à ma prospérité

Je bénévole le temps des pauvres gens
Pour leur bon travail ils n’ont pas une cent
J’ai les poches pleines
Je bénévole le temps des pauvres gens
Je les esclavage
Je les bénévole
Les pauvres gens

Ma bouche

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin, E. Gosselin, C. Gosselin

Je n’étais pas très populaire
J’ai eu la majorité quand même
Mon père était si fier
Je suis toujours son grand gaillard
Je commande le monde de ma tour d’ivoire
À mes quelques mots tout le monde change
Je tu-tu-turlutte tant je suis content
De faire le combattant, je suis le président

Je suis maître de ma bouche
Pourtant ma bouche ne se ferme pas
Et ma bouche parle pour vous tous
Même si je ne mérite pas ma place

J’avoue, je fais semblant
De vouloir protéger tous ces gens
Je dépense tout l’argent pour des armes nucléaires
Dans la rue, mes citoyens crèvent
Je terrorise de pauvres pays
Pour thésauriser leurs bons produits
Pour que les riches investissent dans mon mandat
Je mords tous ceux qui s’allient contre moi

Mon discours court la chance d’être un peu chancelant
Mes paroles gauches ne m’empêchent pas
De me débarrasser de la gens-givite
Je veux qu’ils se purifient et qu’ils produisent
Je me nourris de tous leurs fruits
Je mords dans tout avec ma bouche de belliciste

Je suis maître de ma bouche
Si je pense, je pense inqualitément
Et ma bouche parle pour vous tous
Même si je ne mérite pas ma place
Je suis maître de ma bouche (Bouche ta bouche)
Pourtant ma bouche ne se ferme pas
Elle se retournera contre moi (Ta bouche)
Puisque mes citoyens m’écoutent

Je me dessine

Written By: J. Gosselin/J. Gosselin

Les panneaux d’arrêt déplorent leurs corps
Rouges de honte, ils n’aiment pas leurs formes
Ils attendent qu’une robe vole au vent et se pose sur eux
Pour enfin pouvoir se cacher des passants

Il n’y a plus rien à voir
Quand les cygnes se cachent de tous les regards

Je me dessine un sourire sur la face
Je suis content
Je n’ai pas besoin de faire semblant
Je me dessine un complet sur le corps
Je réclame le respect
Plus je dessine, plus je m’efface

Les murs des rochers veulent être peinturés
Si on les admire ils frémissent de joie
Ils ne veulent pas paraître durs et froids
Recouverts de couleurs ils se donnent un air ardent

Il n’y a plus rien à voir
Quand Pierre se cache de tous les regards

Je me dessine un sourire sur la face
Je suis content
Je n’ai pas besoin de faire semblant
Je me dessine un complet sur le corps
Je réclame le respect
Plus je dessine, plus je m’efface

Je reste habillé de ma vanité
Je ne peux plus me voir dans le miroir

Discography

Après la grande guerre (2007)
ROI (2003)
Armée lunaire (2001)