l'Estrade
Gig Seeker Pro

l'Estrade

Montréal, Quebec, Canada | Established. Jan 01, 2013 | SELF

Montréal, Quebec, Canada | SELF
Established on Jan, 2013
Band Alternative Art Rock

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

Music

Press


«Un groupe qui est vraiment à surveiller, un son très mature pour une formation relativement jeune.» - CISM 89.3FM


L’Estrade est un nouveau venu sur la scène montréalaise. D’abord issu de l’union de Mikaël Rondeau (piano) et Émile Poulin (voix), le trio a pris son envol avec l’ajout du guitariste Sebastian Michon. Un maxi qui goûte l’hiver par ses arrangements électroniques plutôt froids et ses atmosphères évoquant l’hibernation. Lorsqu’ils se font hyperactifs (Passé derrière et La trêve en faisant foi) le groupe n’en demeure pas moins doux à l’oreille. Les mélodies vocales de Poulin sont faciles d’approche et réconfortantes. - Le Canal Auditif


Il y a de cela quelques semaines, notre Boom Desjardins national faisait l’effet d’une bombe en affirmant qu’aucun artiste québécois ne se démarque et que tous ressemblent à Kaïn. Pour la plupart, nous sommes tombés en bas de nos chaises et pour lui… probablement sur la tête!

Je savais déjà que le Québec regorge de talents et d’originalité en musique, mais j’en ai encore eu la preuve il y a de ça deux semaines. J’ai découvert l’EP du groupe L’ESTRADE, intitulé L’accalmie. L’album est rafraîchissant, il ne s’apparente pas particulièrement à un autre ouvrage d’ici et les textes sont recherchés (quoi qu’un peu courts).

Mis à part les paroles répétitives sur certaines pistes, la voix qui les transporte est douce et vibrante. Non sans parfois rappeler Louis-Jean Cormier du temps de Karkwa. Le piano (l’instrument prédominent) qui l’accompagne est légèrement posé sur des rythmes électroniques lentement déployés, mais au tempo rapide… On finit par se dandiner la tête.

L’EP contient cinq chansons. L’atmosphère des deux premières, Fil de fer et La trêve se ressemble beaucoup ; piano en avant plan (comme sur toutes les pièces), guitare électrique et basse pour l’ambiance et percussions électroniques pour rythmer. Les deux dégagent un parfum d’espoir qui se fait sentir vers la fin d’une lutte obscure.

Ensuite vient Deux choses (c’est le titre de la piste). La chanson évoque un jour de pluie où règne la mélancolie, où le temps coule comme du sirop dans cette gouttière qu’est la vie.

En quatre, par sa cadence augmentée et son ton plus ravi, Passé derrière, tire un trait définitif sur la grisaille et laisse bien entrevoir le soleil à l’horizon.

Puis c’est la paix! La cinquième et dernière pièce, L’accalmie est un instrumental où le piano se retrouve presque seul. Simplicité et apaisement viennent ainsi clore l’histoire.

Au final, l’EP de L’Estrade est un album «Scotch solitaire» à l’arôme principale douce avec de subtiles nuances. On le savoure un bref instant d’après-midi pour vaguer à des rêveries, éveillé. L’œuvre est un peu unidimensionnel, mais on ne le sent pas tant vu la courte durée du EP et la légèreté du contenu qui ne demande pas un effort d’attention particulier. - www.rreverb.com


Dehors, la canicule, le bruit des voitures, les cris des déménageurs qui constatent la dangereuse inclinaison d’un appareil électroménager. À l’intérieur, une tout autre atmosphère : des haut-parleurs coule une musique aérienne, véritable brise fraîche pour oreilles malmenées. Avec seulement cinq chansons, le premier EP du groupe l’Estrade arrive à créer une ambiance introspective grâce à une superposition de sonorités et de rythmes qui se complémentent et forment un tout équilibré. Pas surprenant, donc, que ce premier essai à saveur intimiste s’intitule l’Accalmie.

Le groupe montréalais est composé de Mikaël Rondeau (synthétiseurs et programmation), d’Émile Poulin (voix et claviers) et de Sebastian Michon (guitare), auquel s’ajoute Vincent Yelle qui assure les lignes de basse et de violoncelle. Dès les premières mesures de la chanson Fil de fer, on prend connaissance du son caractéristique sur lequel se bâtit tout l’album. Aux accords plaqués de piano se combinent des sons de synthèse rythmés et une voix au timbre clair. Les motifs nerveux de la guitare électrique viennent sceller la dynamique entre les instruments.

On enchaîne avec La trêve, qui se démarque par une rythmique irrégulière. Les paroles, rêveuses, sont portées par une mélodie fluide qui s’accommode des contretemps sans jamais faire ressentir de cassure. Deux choses s’ouvre sur une introduction de piano aux accents jazz, piano qui sera plus tard soutenu par le timbre riche du violoncelle. Plus mélancolique, la chanson propose un texte qui utilise des symboles facilement reconnaissables – le sablier, le coffre-fort, la dualité du centaure – et qui dessine avec peu de mots les contours du malaise des « jours noirs ».

Les sons électros et le retour des motifs répétés de la guitare assurent à Passé Derrière un esprit art rock que vient confirmer la voix, plus énergique. Enfin, L’accalmie, composition acoustique, clôt l’opus. Balade qui rappelle un peu la musique féérique du jeu The Legend of Zelda : Ocarina of time au Nintendo 64, la chanson apaisante possède une richesse harmonique qui nous change des sempiternelles chansons à quatre accords.

En bref, on aime ce tout petit premier EP de l’Estrade pour la beauté des lignes mélodiques, l’équilibre entre les textures acoustiques et électros et les paroles en français qui restent éloignées des lieux communs. Une musique idéale pour accompagner les après-midis d’été qui s’étirent nonchalamment. L’Accalmie est disponible sur la page bandcamp de l’Estrade.

- Chloé Leduc-Bélanger - Les Méconnus


Discography

Still working on that hot first release.

Photos

Bio

L’Estrade est le fruit d’une longue collaboration entre la plume de Mikaël Rondeau et la voix d’Émile Poulin. Le groupe prend vie à Montréal, en novembre 2013, lorsque le guitariste Sebastian Michon se joint à eux.



Band Members