Malick Pathé Sow & Maoba
Gig Seeker Pro

Malick Pathé Sow & Maoba

Band World Acoustic

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


"Press reviews and quotes 2008-2009"

Perhaps the Senegalese equivalent to Bassekou Kouyate. (Charlie Gillet, BBC)

Malick Pathé Sow "weaves a web of acoustic entrapment so subtle that it's a pleasure to get trapped in it". (Ben Thompson, The Observer)

Senegal's Malick Pathe Sow, master of the hoddu, a scratchy, but wonderfully resonant lute, is the kind of act of whom there are a few at every Womad, whose music carries you into another landscape - in this case an arid Africa of the mind that felt crowded of echoes of ancient myth. (The Telegraph, Womad 2009 review)

Maayo Men sees Malick returning to a pure traditional acoustic style. Malick plays guitar and hoddu and is clearly an outstanding musician. He also has a startlingly sympathetic voice, wich really stands out on this release. Accompanying his beautiful vocals is a group with kora, acoustic guitars and percussion. The music reflects the culture of the Fula people and his region of birth, the semi desert area in the north of Senegal near the border with Mauritania... (Martin Sinnock, Songlines)

Full of seductive melodies and top-class musicianship (Con Murphy, Froots)

A brilliant album (Wlodzimierz Kleszcz, Polskie Radio)

The best concert of Sfinks Festival 2001 (Ton Maas, the Dutch daily newspaper De Volkskrant)

"C'est quand j'entends Malick Pathé Sow chanter ses racines et sa culture peulh que je me sens le plus proche de lui. Sa musique est à la fois, simple et forte, touchante et frissonante. Maayo men est à ce jour, son disque le plus aboutit". (Didier Mélon, RTBF)

"'Maayo Men' besticht nicht durch Virtuosität, sondern durch eindringlich schlichte Arrangements traditioneller Melodien. (...) Es fällt aus, dass es in letzter Zeit oft Debütalben sind, denen eine derartige Unmittelbarkeit gelingt." (Riddim)

‘Malick Pathe Sow bouwt mee aan Brussel als metropool van de wereldmuziek’ (Catherine Vuylsteke, De Morgen, 2008)

‘Malick Pathe Sow, zanger en luitspeler, keert na drie moderne albums terug naar zijn traditionele, Senegalese boodschap.’ (De Standaard, 2008)

‘Veel talent, weinig kansen’. Muziekpublique debuteert als platenlabel met werk van Senegalees Malick Pathe Sow. (Binjamin Tollet, Brussel Deze Week, 2008)

3-sterren cd-bespreking : Malick Pathe Sow - Maayo Men (La Libre Belgique, 2008)

Choix musicaux 3 etoiles - Malick Pathe Sow - Maayo Men (Le Soir, 2008)

Malick Pathe Sow, Maayo Men - 23th place for the year 2009 in the World Music Charts Europe.

Small documantary on Malick Pathé Sow on Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=f8FEBjVzJfg




- BBC, The Observer, Songlines, Froots, The Telegraph, Polskie Radio, RTBF, Volkskrant, Riddem, Le Soi


"Review by Ibrahim Saaandi Kemba (2010)"

MALICK PATHE SOW : «Je suis prêt à battre le macadam la Tv de You»
Écrit par IBRAHIM SAAANDI KEMBA
Lundi, 25 Janvier 2010

Né dans la région du Fouta Toro, Malick Sow est surtout connu pour être un des meilleurs joueurs de «hoddu» de sa génération. Artiste musicien, M. Sow fut, durant dix ans, le compagnon de route de Baaba Maal avec qui, il fera le trio «Yelitaare Fouta» avant de s’installer en Europe. Le maître du «hoddu» estime que «la télévision fait partie de nos mœurs, elle est partie intégrante de notre culture et de notre mémoire collective. Pour M. Sow, c’est dommage que Youssou, homme de Culture, n’arrive pas à l’avoir. Bref, il dira : «Je suis prêt à battre le macadam pour que Youssou ait sa télévision.»

Il fait partie des quarante professeurs qui enseignent la culture noire au Théâtre Molière de Bruxelles. Son groupe, créé en 1995 à Bruxelles, mêle les mélodies traditionnelles et modernes tout en respectant les styles et rythmes typiques des grands espaces de la région du Fouta Toro. Dans ses textes, il chante la culture peulh, la nostalgie du pays, le sort des moins nantis, les difficultés engendrées par l’exil hors d’Afrique, mais aussi et surtout ceux qui voient leurs projets ignorés ou mis dans les «paniers». À ce propos, il soutient que «Youssou est un grand, pas par sa taille, mais par ses qualités. Il nous a montré le bon chemin. Je le respecte beaucoup. C’est un travailleur». Malick Pathé Sow, surnommé par ses frères et amis «le maître du hoddu», ajoute que la télévision fait partie de nos mœurs, elle est une partie intégrante de notre culture et de notre mémoire collective. Pour lui, c’est dommage que Youssou, homme de Culture, n’arrive pas à avoir sa télé. «Le roi du Mbalax a investi beaucoup de milliards pour avoir une télévision. Sincèrement, je suis prêt à battre le macadam jusqu’aux grilles du Palais de la République pour réclamer la télé de You», déclare M. Sow.

Qui est Malick Pathé Sow?
Le maître de «hoddu» est à son 4e album. Intitulé «Maayo Men» (notre fleuve), cet album a été produit par «Muziekpublique». Il est sorti en janvier 2009. Il marque également un retour à une orientation acoustique privilégiant les sonorités à la fois douces et puissantes de la voix de Mellick. L’album rend un hommage à une frontière aquatique redevenue, après des années, une source de conflit.
Né dans la région du Fouta Toro, Malick Sow est surtout connu, à ce jour, pour être un des meilleurs joueurs de «hoddu» de sa génération. M. Sow fut durant dix ans le compagnon de route de Baaba Maal avec qui, il fera le trio «Yelitaare Fouta» avant de s’installer en Europe. Il a été initié dès son plus jeune âge à la pratique du chant et du «hoddu» qui lui ont permis de révéler rapidement toutes l’étendue de son talent. Ses chansons font également référence à des personnalités marquantes du Sénégal et de l’Afrique. Il s’agit, entre autres, de Cheikh Ahmadou Bamba, Abdoul Aziz Sy Dabakh, Baydi Kaccé. Chaque interprétation se veut riche d’enseignements et conserve l’esprit de l’adage d’Amadou Hampatè Bâ, selon lequel, «un vieillard qui meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle».
Pathé Sow aime diversifier ses chansons. Pour lui, il ne faut pas se focaliser sur le Mbalax seulement. «Il faut évoluer dans tous les domaines.» Rythmée au son lancinant de sa guitare ou de son «hoddu», la voix douce de M. Sow ne cesse d’envoûter l’auditeur. Ce blues acoustique et paisible issu des guitares, basse et batterie, veille à redonner une place de choix aux superbes instruments traditionnels que sont le «hoddu», la «kora», le «nianiooru» etc. Pathé Sow déplore la manière dont les Sénégalais dansent. «On a une mauvaise réputation par rapport au Mbalakh.» Notre interlocuteur a fait presque les 5 continents. Il a participé à de grands projets dans le monde : une compilation Amnistie International, Festival couleur Café Bruxelles, Paradisio d’Amsterdam, Festival Blues sur Seine... - Observateur (Senegal, National Newspaper)


"Malick Pathé Sow & Maoba on tour in December last year in Senegal (2009)"

Interview TOP FM (privat national radio, Senegal)
Interview AFIA FM (community national radio, Senegal)
Interview Radio Oxy-jeunes (community national radio, Senegal)
Interview Radio DUNYAA (community national radio, Senegal)
Interview Xeew Xeew FM (privat national radio, Senegal)
Interview SENEWEB RADIO (diaspora radio, Senegal)
Interview la RTS (national radiostation, Senegal)
Interview Radio Futurs Médias (RFM, radio group, Senegal)
- List of interviews for the Senegalese national radio stations


"Malick Pathé Sow & Maoba in the studio with Lucy Duran (2009)"

Under the following link you will find a live recording of Malick Pathé Sow and Maoba in the BBC Radio 3 studio. Lucy Duran interviewed Malick Pathé Sow about his roots and his music:

http://www.bbc.co.uk/programmes/b00l0rht - BBC Radio 3 - World Routes


Discography

Baaba Maal : Baayo (1991)
Baaba Maal : Souka Nayo (1998)
Malick Pathé Sow & Welnere : Danniyanke (1998)
Malick Pathé Sow & Welnere : Diariyata (2001)
Malick Pathé Sow & Welnere : Miin E Mah (2005)
Malick Pathé Sow & Maoba : Maayo Men (2008)
Issa Sow : Doumale (2009)
Malick Pathé Sow & Emre Gültekin : song release - Haré Haré (2010)

Photos

Bio


ENG :

Malick Pathé Sow comes from a large family of laawbe (like griots) and has been brought up with the music of the Peul, nomadic people from the north of Senegal. Following loyal service as one of Baaba Maal's main musicians, he embarked on a solo career after he arrived in Belgium. He has toured in Belgium, the Netherlands, UK, France, Germany, Italy, Czech Republic and Canada and has built a growing reputation thanks to shows at Sfinks Festival (Belgium), Womad (UK), Couleur Café (Brussels), Blues sur Seine (Paris) and Busura Festival (Zanzibar).

On his latest album Maayo Men Malick captures all the warmth, beauty and authenticity of Senegalese music. It has a calm, timeless presence. Indeed, the soothing ensemble sound of guitar, hoddu (ngoni-lute), kora and nianiooru (violin) could surely have been recorded at any point in the last few centuries. The album pays tribute to the laawbe, instrument makers and musicians who have traditionally taken responsibility for the oral transmission of knowledge between generations. Malick's CD paints a vivid picture of the everyday life and culture of the Fula people. "Malick Pathé Sow weaves a web of acoustic entrapment so subtle that it's a pleasure to get trapped in it." (Observer, UK)

FR :

Malick Pathé Sow est issu d’une famille de menuisiers-chanteurs de la famille des Laawbe, l’une des quatre caste des Griots. C’est dans ce contexte que Malick fut, dès son plus jeune âge, initié à la musique traditionnelle. Il révéla très tôt toute l’étendue de son talent autant dans l’art de jouer du hoddu que dans l’art d’en fabriquer. Si ses proches l’ont vite honoré du prénom flatteur de « surdoué », le reste du monde ne tardera pas à le reconnaître comme l’un des meilleurs joueurs de hoddu de sa génération.

Dés 1978, il fut le compagnon de route de Baaba Maal pendant plus de 10 ans avec lequel il forma le trio Yellitaare Fouta rebaptisé par la suite Daande Lenol, groupe avec lequel ils sortirent en 1991 ‘Baayo’ sur le label Island. Forts de ses qualités de chanteur-guitariste-compositeur, Malick est parti en 1991 à la rencontre de l’Europe. Quatre ans plus tard, c’est dans notre capitale multiculturelle que Malick créa le groupe Malick Pathé Sow avec une panoplie d’admirables artistes africains résidant tous en Belgique. Au cours des années suivantes, Malick se consacrera principalement à son projet tout en collaborant occasionnellement avec Baaba Maal et Ernest Ranglin.

En 1998, le premier CD Danniyanke d’abord distribué en format K7 au Sénégal, l’album fut ensuite pressé sur cd chez Island Record avec le concours de Baaba Maal et de son producteur Jumbo Vanrenen, tous deux convaincu de la qualité de cet album qui reçu nombre de critiques vivement positives dans la presse spécialisée (World, Le Disque Africain, etc.).

Deux autres albums suivirent : Diariyata en 2001 sur le label Robert Falk, album traditionnel et plus mature. En 2005, Miin E Mah chez Zuiderpershuis, album sur lequel les sonorités acoustiques se mêlent à celles des synthétiseurs. Ces deux albums demeurent quelque peu dans l’ombre faute de moyen et de distributeur. En 2008, Malick désire renouer avec l’acoustique, la pureté du son et les traditions musicales de ses racines culturelles. Ce projet rejoignant la vision musicale de Muziekpublique, la collaboration vit rapidement le jour. Sous l’égide de Muziekpublique, l’album ‘Maayo men’ fut produit quelques mois plus tard. Les avis sont unanimes au niveau de la qualité de cet album qui recèle de très beaux morceaux et qui séduit déjà les oreilles de la presse. Les textes parlent de la culture Peulh, sa vie d'africain en Europe, le sort des moins fortunés en Afrique et en Afrique raconte les mythes et les légendes.