Mauves
Gig Seeker Pro

Mauves

Québec, Quebec, Canada | Established. Jan 01, 2009 | INDIE

Québec, Quebec, Canada | INDIE
Established on Jan, 2009
Band Pop Progressive

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


"Mauves - Le Faux du soir"

Après quelques culbutes musicales anecdotiques (les EPs Mauves en Cinélaboratoire et Rebrousser les indes), les gars de Mauves plaçaient leur premier album Cinéma plymouth dans la chambre froide. Pas de complaisance, exit le confort cyclique d’un succès d’estime : Mauves dit basta à la routine pop et rejette toute forme de zonage imposée par la tendance indie.

Cinq ans déjà qu’Alex (voix, guitares, claviers) et Cédric Martel (basse) partagent avec Julien Déry (voix, guitares, claviers) et Jean-Christophe Bédard-Rubin (batterie) ce périple créatif enraciné dans les citations musicales soigneusement choisies et avalisées sans complexe. Le tout dernier du groupe de Québec, intitulé Le Faux du soir, souligne sans prétention une nouvelle direction musicale éclectique, tout à la fois prog, psychédélique, Beatlesque et Harmonium-euse. Les contrastes musicaux se multiplient, comme si la formation jouait à l’alchimiste du rock qui apprivoise un magma instable. Cela donne le ton à ce recueil de portraits musicaux suggestifs (au sens poétique), avec des syncopes qui tranchent, et des montées rock libellées 70’s. Place donc à l’effet «band», et non aux délires de solistes.

La pièce Portrait, divisée en segments rythmiques bien distincts, serait l’exemple parfait pour décrire le caractère prog-psychédélique décliné avec audace par Mauves, dont les deux principaux auteurs, Alex Martel et Julien Déry, dirigent ici l’écriture avec circonspection. On y suggère des tableaux, des perceptions quasi sensorielles (le tout avec des harmonies vocales soigneusement travaillées) sans tomber dans le "jeu des cadavres" abstrait. Il y a bien les chansons Cléo et Citron-limes (plus frondeuses) qui se distinguent du lot, fait auquel leur collègue-guitariste Shampouing (Benoit Villeneuve, dans le rôle du cinquième Mauves en studio) n’est sans doute pas étranger.

Mais à peine sorti de ce diptyque musclé, Nuits américaines évoque une direction artistique issue d’Harmonium (version l’Heptade) : à la fois simple par sa facture acoustique et complexe vu son développement raffiné et expansionniste. Ajoutons à cela un exercice stylistique de taille, La roue et le mouvement, tout droit inspiré de Blackbird (Beatles-McCartney), et la lyrique Montréal, qui elle flirte avec le son West-Coast. Pas de doute, cet album est une fresque stylistique audacieuse. - Antoine Léveillée, BRBR TFO


"Disque - Mauves, Le faux du soir"

Ils doivent avoir des vieilles âmes, les gars du groupe Mauves. Depuis Cinéma Plymouth, le premier disque de la bande de Limoilou, on les sait fans de vieux stock, de musiques que les moins de cinquante ans n’ont connues qu’après coup. Les quatre musiciens ont progressé depuis 2011, et ce Faux du soir les révèle en grand contrôle de leurs instruments. Ce n’est pas une histoire de prouesses techniques, mais d’énergie, de textures, d’ambiance. À travers des sonorités qui vont plaire aux fans du Genesis époque Foxtrot, aux amateurs de Neil Young et aux fadas des Beach Boys, Mauves commence à trouver sa voix. Le disque évolue beaucoup de la piste un à la pièce dix, même que ça bouge souvent au sein même des morceaux. Si on ne comprend pas toujours ce qu’ils nous racontent par leur poésie éclatée, on replonge volontiers dans leur rock acoustico-psychédélique le temps d’un trip. - Philippe Papineau, Le Devoir


"Mauves et Le faux du soir: expérimentation pop-prog"

Deux ans après Cinéma Plymouth, un premier disque de pop-folk somptueuse qui avait connu un bon succès critique, Mauves nous propose Le faux du soir, album à la facture plus expérimentale. Si ce deuxième disque de la part du groupe de Québec confirme en partie l'orientation esthétique et mélodique du quatuor, il s'en démarque également de belle façon, avec des morceaux plus progressifs, psychédéliques. Mauves s'est permis de prendre des libertés avec le son qui l'a mis au monde. Le résultat est une réussite sur toute la ligne.


Sans jamais dénaturer sa personnalité musicale originale, Mauves réussit à se redéployer avec davantage de mordant, avec une forte identité urbaine aux impressions nocturnes. On a droit à des chansons plus longues, où le groupe semble avoir eu beaucoup de plaisir à se laisser aller à de grandes envolées planantes teintées de fumée bleue, exprimées par des guitares corrosives et lancinantes, par des claviers et un piano oniriques, expressions claires de l’intention psychédélique derrière Le faux du soir.

Réalisé par Mauves, en collaboration étroite avec Benoît « Shampouing » Villeneuve, musicien et réalisateur incontournable de la capitale, Le faux du soir est un album très réussi qui va plus loin que les influences beatlesques qu’on a souvent associées au groupe. On peut y percevoir également des influences bien assimilées telles que Harmonium (notamment notamment pour ce qui est des voix) et le Gershwin de Rhapsody in blue, par moments.

Fin, harmonieux, bien construit, avec ce qu’il faut d’énergie rock, de mélodies accrocheuses, et d’harmonies vocales toutes en douceur, Le faux du soir de Mauves est un album qui se laisse prendre doucement, et qui saura assurément charmer les plus réticents. Sans faute.

Mauves – Le faux du soir (Abuzive Muzik, 2013) est lancé le 12 novembre 2013. - Tony Tremblay, ICI MUSIQUE Radio-Canada


Discography

Still working on that hot first release.

Photos

Feeling a bit camera shy