Meta and The Cornerstones
Gig Seeker Pro

Meta and The Cornerstones

| MAJOR

| MAJOR
Band World Reggae

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


Born in Senegal, West Africa, Meta Dia grew up listening to the reggae legends like Gregory Isaacs and Bob Marley. It didn’t take long for him to discover his natural propensity to become a musician and over the course of his lifetime he has built and nurtured his love along side a supportive cast.
At the tender age of 14 he began performing in the streets of Dakar, and at the turn of the century we witnessed the formation of his debut band Yalla Suuren. Nominated for the best hip-hop/reggae group by the French Cultural Center shortly after their conception, Meta then began to be recognized as an individual; a pioneer of the voice and culture of hip-hop in West Africa. 2002 brought Meta to the U.S. where he collaborated with Sean Blackman and Toni Blackman, and shortly thereafter created Meta and the Cornerstones comprised of Adrian Djoman, Andre Daniel, Ian Joseph, Daniel Serrato and Shahar Mintz. Blending influences from Afropop, hip-hop, rock, soul, African, American, Middle Eastern and Caribbean music and enriching Meta’s beautiful Reggae multi-lingual song-stylings, the group channels the roots of Reggae while being credited as breathing new life into the genre.

Meta’s songs with The Cornerstones chronicle his life story from the moment he moved to the USA. His challenges with friends, family… not being able to speak english… and all of the emotions that come from these experiences. The band’s current roster consists of Meta, Ruber McKenzie, Aya Kato, wayne Fletcher, Daniel Serrato and Shahar Mintz (Shahar joined Meta for our Session performance.)

Recently releasing their second album, Ancient Power, Meta and the Cornerstones a tour roster that includes the likes of Luciano, Steel Pulse, Israel Vibration, Tanya Stephans and many others. Meta is currently trekking on a world wide tour. - Last.fm


S'il y a des artistes qui font actuellement la fierté de notre pays, c'est bien les reggaeman de la diaspora. Meta Dia et Natty Jean en sont les exemples les plus concrets. Le premier nommé est le premier Africain à avoir signé avec le label VP records et le deuxième a gagné le prix du meilleur album reggae africain avec ''Santa Yalla''.

Un souffle dans le mouvement reggae sénégalais fait espérer à une renaissance. EnQuête profite des lendemains du 32e anniversaire du décès de Robert Nesta Marley alias Bob Marley, le pape de la «discipline», en dépit du fait que ce sont plutôt les Sénégalais de la diaspora qui mènent la barque sur ce terrain.

Natty Jean s'est fait digne ambassadeur de la musique sénégalaise en remportant le prix du meilleur album reggae africain de cette année avec son opus ''Santa Yalla''. Enregistré à Abidjan, il est produit par l'une des icônes de la musique africaine, Manjul. Pourtant, Jean-Paul Pape Lamine Sy, de son vrai nom, a commencé par du rap dans les quartiers de la Sicap où il a grandi. Cependant, comme il le dit : ''Je faisais du hip-hop mais j'écoutais tout le temps du reggae''. Ainsi, la transition n'a-t-elle pas été difficile. L'amour pour cette musique était déjà là et la connaissance du style rendu populaire par Bob Marley, également.

Aujourd'hui, Natty Jean fait les plus grands festivals du monde, sous la bannière du drapeau sénégalais. Au-delà de son talent, ce qui émeut et frappe chez ce jeune, c'est qu'il n'a pas de dreadlocks. Non pas parce qu'il croit seulement en ce que disait Morgan Heritage à travers leur titre ''don't haffi dread'', mais surtout parce qu'il veut marquer la différence. Et il semble y arriver, car il ne passe pas inaperçu avec sa tête rasée. Mais cela n'affecte en rien ses convictions rastas.

Un autre Sénégalais qui est en train d'écrire les lettres de noblesse du reggae sénégalais, c'est Méta Dia aka Meta Crazy. Il est le «Akon» du reggae. Sauf que Méta a commencé ici au Sénégal. Établi à New-York depuis quelques années, il a lui aussi débuté en embrassant une carrière de rappeur à Dakar avant de déposer ses baluchons au pays de l'oncle Sam. C'est là qu'il découvre et se familiarise avec le roots-rock-reggae, ce style venu tout droit de la Jamaïque. Il se découvre une nouvelle passion et se trouve un penchant pour de nouveaux lyrics.

Avec patience, il arrive à monter un petit groupe avec divers instrumentistes venus d'horizons différents. Il met à profit toutes les sensibilités musicales qu'il a pu côtoyer au long de son périple. Un concept novateur qui lui permet de composer une musique originale dans son premier album réalisé avec son groupe ''Meta et les connerstones''. Il sort un premier album en 2008 et le baptise ''forward music''. Il l'a présenté aux Sénégalais au cours d'un point de presse tenu au Centre culturel régional de Dakar Blaise Senghor un peu après sa sortie officielle.

Cet essai se décline concluant. Il est bien accueilli dans le monde du reggae. C'est ainsi que l'un des membres du mythique groupe Black Uhuru a déclaré : ''Meta and the Cornerstones nous a ramenés à la fondation du reggae. Je suis de l'ancienne école et ça me rappelle les premières années. C'est un groupe excellent et sérieux, avec des paroles communicatives''. Le producteur jamaïcain Cliv Chin a donné ''5 étoiles'' à cet album juste pour dire qu'il est excellent.

Mais Meta Dia a de meilleurs jours devant lui. Il vient de signer un contrat avec le plus grand label mondial spécialisé dans la musique jamaïcaine, VP records. Des stars comme Bob Marley, Peter Tosh, Luciano ou encore Sizzla ont déjà travaillé avec ce label sis à Miami. Signe de sa bonne étoile, Méta Dia est le premier Africain à signer avec cette maison prestigieuse, ce qui renseigne sur les qualités de l'artiste. L'album en gestation est très attendu aux USA et en Jamaïque. Déjà que le Sénégalais a fait un duo avec Damian Marley, l'un des fils de Bob qui vend le plus de Cd depuis 5 ans dans le monde...

Un autre illustre Sénégalais qui a porté haut le flambeau de cette musique, c'est Naby Ibrahima Condé, établi jadis en Franc - Enqueteplus.com


"Ancient Power" est tout simplement le premier album reggae d'un artiste africain à sortir chez le géant VP Records. Et quand on l'écoute, on comprend rapidement pourquoi le leader mondial de la musique jamaïcaine a fait confiance à ce Sénégalais installé à New York. Accompagné par ses Cornerstones, Meta ne vient pas ici nous servir un album de reggae africain ; il fait bien plus que ça. L'opus rassemble la chaleur et la spontanéité du son africain, la rondeur et la simplicité du son jamaïcain, et la précision du son américain. Ça commence fort dès le début avec l'entraînant "Roaring Lions", qui rappelle les gros tunes de Morgan Heritage. Les comparaisons avec les plus grands du reggae ne manquent d'ailleurs pas ; la voix légèrement éraillée de l'artiste nous fait même penser à la famille Marley. Cette dernière est du reste représentée par Damian en personne qui s'invite sur "My Beloved Africa". Convaincant. Mais peut-être pas autant que la combinaison avec Capleton sur "Tijahni", où l'on retrouve un King Shango en grande forme, qui en fait juste assez pour nous filer des frissons. Comme souvent lors d'un featuring, le King of Fire pousse son acolyte à donner le meilleur de soi et la rencontre prend tout son sens. Autre featuring de prestige, celui avec le papa des deejays yardies, U-Roy, sur "Rooftop". Le modern roots de Meta ne déçoit pas une seconde ; on en redemande même ! On regrette juste de ne pas l'entendre chanter en Wolof ou autre dialecte ouest-africain (exceptés de rares passages sur "Bahia"), mais peut-être cet album n'était-il pas la bonne occasion... Enregistré à Tuff Gong sous la houlette de Sydney Mills (Steel Pulse), "Ancient Power" se rapproche plus d'un reggae jamaïcain progressif comme pourrait le faire Rootz Underground ; l'Anglais était donc sans doute la langue la plus appropriée. On place une mention spéciale au surprenant "Silence Of The Moon", où des mélodies orientales viennent agréablement perturber le récital reggae auquel nous assistions depuis le début de l'écoute. Et on s'arrête surtout sur le titre "Ancient Power" qui ne demande qu'à être joué, et rejoué encore, tant l'énergie qui s'en dégage est contagieuse. Reggae.fr ne saurait que trop vous recommander d'aller vous jeter dans l'univers de Meta Dia qui risque avec cet album de marquer les esprits des fans de reggae du monde entier.

Tracklist :
01. Roaring Lions
02. Mayan River
03. Price Of Everything
04. Tijahni feat. Capleton
05. Loneliest People
06. Beloved Africa feat. Damian Marley
07. Anywhere For Love
08. Without Heart
09. Rooftop feat. U-Roy
10. Silence Of The Moon
11. Bahia
12. Bound To Glory
13. Mankind
14. Ancient Power
15. Without Heart (Piano mix) - Reggae France


Discography

Forward Music - album 2008
"Somewhere in Africa" - single feat. Peter Morgan
Ancient Power - album 2013
"My Beloved Africa" - single feat. Damian Marley

Photos

Bio

Meta’s unforgettable vocals are complemented by the incomparable sounds of his band The Cornerstones. Meta and The Cornerstones’ music is warm and embodying, immensely addictive, and destined to forever change the dynamics of Reggae music. Through pure musical genius and humble spirits, the band successfully fuses Reggae, Afro-Pop, Hip-Hop, Rock, and Soul music with passionate lyrics in English, French, Wolof and Fulani.

Born in Senegal, West Africa, lead singer of Meta and The Cornerstones, Meta Dia, discovered his love for music and desire to be a musician at a very young age. Listening to Reggae greats Bob Marley and Gregory Isaacs helped nurture his admiration and true appreciation for all types of music. As a self-taught musician, by age 14 he was performing on the street and stages of his hometown Dakar, Senegal. In 2000, Meta formed his first band YALLA SUUREN (God Bless), which was nominated for Best Hip-Hop/Reggae Group by the French Cultural Center the same year. Within two years, Meta had become one of the premier pioneering voices of the Hip-Hop culture in West Africa. After relocating to the United States, Meta immediately began collaborating with artists such as Sean Blackman, and Hip-Hop Ambassador Toni Blackman. Shortly after settling in New York City, he formed his visionary band, Meta and The Cornerstones.

With varying ethnicity, religion, and musical influences, Meta & The Cornerstones’ sound is a melting pot rooted in diversity, strength, and unity. Lead singer Meta Dia hails from Senegal; Israeli Guitarist Shahar Mintz; Texas born Daniel Serrato, and Keyboard Player Aya Kato from Japan, join Jamaicans Wayne Fletcher on Drums and Rupert McKenzie on Bass, and combine their creative differences from Africa, the Middle East, the Caribbean, and America, which are clearly expressed in the repertoire of the band’s music.

Meta and The Cornerstones channels the roots of Reggae while simultaneously breathing new life into the genre, thus creating what critics have called a “soul-pounding spiritual experience” during their live performances. Inspired by Alpha Blondy and Lucky Dubee, they have shared the stage with Reggae stars Luciano, Steel Pulse, Clinton Fearon, Israel Vibration, and Tanya Stephens amongst others. In 2007, the band was personally invited by Senegalese-born international superstar, Youssou N’Dour to perform at his annual African Ball concert at the Nokia Theater in New York. The following year Meta and The Cornerstones proudly released its first album entitled “Forward Music”. Of this work Clive Chin; Jamaican producer for The Wailers, Dennis Brown, and Lee ‘Scratch’ Perry, notes, “Meta and The Cornerstones have taken us back to the foundation of reggae music”.

As he continues to establish new grounds, Meta is now the first African artist to be signed to the iconic record label VP Records, the#1 source for Reggae Music. Through VP, Meta and The Cornerstones released their second album 'Ancient Power' on April 30th 2013. Recorded at the infamous Tuff Gong Studio in Kingston Jamaica, 'Ancient Power' links Africa to Jamaica by paying tribute to the ageless sounds of reggae preserved by the history of its legends. The 15-track work features Reggae legend U-Roy, as well as today’s leading artists Capleton and Damian Marley.