Passwords
Gig Seeker Pro

Passwords

Montréal, Quebec, Canada | MAJOR

Montréal, Quebec, Canada | MAJOR
Band Rock Folk

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

Music

Press


"Les Inrocks: Cinq Groupes À Suivre"

PASSWORDS
Les plus belles chansons sont souvent celles qui, entre racines terrestres et excroissances atmosphériques, ne savent pas choisir. Comme de celles de Midlake, pour des raisons similaires, on tombe assez vite amoureux des chansons tempétueuses des Montréalais Passwords, menés notamment par Emmanuel Ethier et Thomas L'Allier. Ambivalentes et tout simplement belles, elles ont les pieds dans l'humus mais la tête dans les étoiles, leur classicisme boisé ou électrique ne fait jamais d'ombre au technicolor de leurs circonvolutions psychédéliques, leur folk épineux et électrique progresse de l'ombre à la lumière ou de la lumière à l'ombre, jamais en ligne droite, toujours bourré de pièges et de trésors cachés. Un album est déjà sorti : il va nous accompagner un bout de temps. - Les Inrocks (France)


"Les Inrocks: Cinq Groupes À Suivre"

PASSWORDS
Les plus belles chansons sont souvent celles qui, entre racines terrestres et excroissances atmosphériques, ne savent pas choisir. Comme de celles de Midlake, pour des raisons similaires, on tombe assez vite amoureux des chansons tempétueuses des Montréalais Passwords, menés notamment par Emmanuel Ethier et Thomas L'Allier. Ambivalentes et tout simplement belles, elles ont les pieds dans l'humus mais la tête dans les étoiles, leur classicisme boisé ou électrique ne fait jamais d'ombre au technicolor de leurs circonvolutions psychédéliques, leur folk épineux et électrique progresse de l'ombre à la lumière ou de la lumière à l'ombre, jamais en ligne droite, toujours bourré de pièges et de trésors cachés. Un album est déjà sorti : il va nous accompagner un bout de temps. - Les Inrocks (France)


"Year In Review: The Best Sounds Of 2011"

Top 5 albums

1. Passwords, Passwords (Mercy)
What can I say? I’m a sucker for Britpop-inspired, Wolf Parade-infused indie rock! - Hour


"Year In Review: The Best Sounds Of 2011"

Top 5 albums

1. Passwords, Passwords (Mercy)
What can I say? I’m a sucker for Britpop-inspired, Wolf Parade-infused indie rock! - Hour


"Year In Review: The Best Sounds Of 2011"

Top 5 albums

1. Passwords, Passwords (Mercy)
What can I say? I’m a sucker for Britpop-inspired, Wolf Parade-infused indie rock! - Hour


"Year In Review: The Best Sounds Of 2011"

Top 5 albums

1. Passwords, Passwords (Mercy)
What can I say? I’m a sucker for Britpop-inspired, Wolf Parade-infused indie rock! - Hour


"NME: Five New Bands Tip"

Passwords
There were a lot of Francophonic bands at the M. Most of whom were not the better bands. You kinda make your bed and lie in it when you go Francophonic. It’s basically like you’re openly admitting that you’re never going to be Coldplay, or even Foals, or in any way a Big Fucking Deal. Thankfully, Passwords are French-Canadians who’ve gone down la route Anglais. Good for them, and good for us, because their understated Magazine-style new wave is chock with clever nuances, sprinkled with a whiff of the mordant romanticism of their Montreal forebears The Dears, and in ‘The Fire We’ve Made’, they own the best song The Shins never wrote. - NME Magazine


"NME: Five New Bands Tip"

Passwords
There were a lot of Francophonic bands at the M. Most of whom were not the better bands. You kinda make your bed and lie in it when you go Francophonic. It’s basically like you’re openly admitting that you’re never going to be Coldplay, or even Foals, or in any way a Big Fucking Deal. Thankfully, Passwords are French-Canadians who’ve gone down la route Anglais. Good for them, and good for us, because their understated Magazine-style new wave is chock with clever nuances, sprinkled with a whiff of the mordant romanticism of their Montreal forebears The Dears, and in ‘The Fire We’ve Made’, they own the best song The Shins never wrote. - NME Magazine


"Passwords: Life After Summer"

Home
DOWNLOAD: PASSWORDS - Life After Summer + Idaho

Posted by Hillary Kaylor

Tags: psych, indie

“Life After Summer,” by Canadian young guns and avant psych-rockers PASSWORDS is luxuriant and noodling, with a milky vocal timbre that’ll take root in your psyche, along with painfully beautiful bridges and lamenting lyrics. Even more lush and unassumming is "Idaho." And yet, if you catch these dudes live, they gleefully skitter and crash about as if they’re playing the biggest stadium in town, alternating between melodic English trilling and calling to the crowd to start flailing along in French. Layers! We love to see that. And we will, during CMJ, where the soon-to-be Dan Deacon and The Antlers-supporting band will be working concert-goers into a lather Québécois-style, before they go back to tweaking their textural, guitar-and-keys-driven LP. - RCRD LBL


"PASSWORDS: LIFE AFTER SUMMER"

Home
DOWNLOAD: PASSWORDS - Life After Summer + Idaho

Posted by Hillary Kaylor

Tags: psych, indie

“Life After Summer,” by Canadian young guns and avant psych-rockers PASSWORDS is luxuriant and noodling, with a milky vocal timbre that’ll take root in your psyche, along with painfully beautiful bridges and lamenting lyrics. Even more lush and unassumming is "Idaho." And yet, if you catch these dudes live, they gleefully skitter and crash about as if they’re playing the biggest stadium in town, alternating between melodic English trilling and calling to the crowd to start flailing along in French. Layers! We love to see that. And we will, during CMJ, where the soon-to-be Dan Deacon and The Antlers-supporting band will be working concert-goers into a lather Québécois-style, before they go back to tweaking their textural, guitar-and-keys-driven LP. - RCRD LBL


"Akron/Family, Elliott Brood, Passwords, Electrify at Quebec's Emerging Music Festival"

"Montreal rockers Passwords took to the outdoor space, where locals congregated. Both young and older audience members were taken by the aggressive, lush set, which served as an impressive introduction of what to expect in the upcoming days..."

- Billboard Magazine


"Your Next Favorite LP: Passwords"

Versatile. Catchy. Original. These are all adjectives that can be used to describe Montreal’s indie/folk/psych/rock group Passwords. Their debut self titled LP is relatively short (8 songs clocking in at about 35 minutes) but oh so sweet. Recorded way back in 2009 but just seeing a general release earlier this year, these 8 songs have quickly become my favorite collection of tunes put out by a new band. Also, having not recorded anything in quite some time and having just made a well-received big stage performance at the Osheaga festival a few weeks ago, I believe its safe to say we can be expecting new music and big things from this Canadian outfit in the very immediate future. Video below is live from Osheaga, not the best sound quality but it gives you an idea of the energy these guys are bringing live. - Maimed and Tamed


"Your Next Favorite LP: Passwords"

Versatile. Catchy. Original. These are all adjectives that can be used to describe Montreal’s indie/folk/psych/rock group Passwords. Their debut self titled LP is relatively short (8 songs clocking in at about 35 minutes) but oh so sweet. Recorded way back in 2009 but just seeing a general release earlier this year, these 8 songs have quickly become my favorite collection of tunes put out by a new band. Also, having not recorded anything in quite some time and having just made a well-received big stage performance at the Osheaga festival a few weeks ago, I believe its safe to say we can be expecting new music and big things from this Canadian outfit in the very immediate future. Video below is live from Osheaga, not the best sound quality but it gives you an idea of the energy these guys are bringing live. - Maimed and Tamed


"Osheaga 2011: Passwords"

Montreal orchestral rockers Passwords don’t actually need much in the way of, er, orchestration to produce the big beautiful, noise they played during their Day 2-opening set on the Green stage. The tightly coiled five-piece – whose stirring self-titled album was released earlier this year – know how to soar without seeming to try to hard to, and deliver a kind of celebratory, slightly enigmatic music that makes them a current standout on the local scene. A lovely scene-setter for Saturday. - Montreal Gazette


"Un début d'été // Passwords"

Après un interlude plutôt bref, la belle bande de Passwords atterrit sur scène. Ils sont plus nombreux que leurs prédécesseurs scéniques : deux guitaristes-vocalistes (les fondateurs du groupe Thomas l’Allier et Emmanuel Éthier), une claviériste-vocaliste (Carmel Scurti-Belley), un bassiste (Maxime Castellon) et un batteur (José Major). Ils agrippent leurs instruments avec soin, les ganses chevauchent les épaules, les doigts effleurent les touches de clavier, les pieds de microphones sont ajustés. Quelques regards se rencontrent sur scène. Puis, à l’unisson, dans une cohésion irréprochable, les six membres du groupe bondissent, plongeant dans un morceau mélodique. D’une chanson à l’autre, ils nourrissent la foule à satiété grâce à un son complexe et étudié. On sent beaucoup de pratique derrière tout ça, ainsi qu’un goût de donner à l’indie-rock un côté un peu garage, un peu sale. Chaque morceau explose de puissance vocale, alors que les trois voix d’Éthier, l’Allier, et Scurti-Belley entonnent des airs parfois accrocheurs et égayants, parfois intenses, voire un peu épiques. Les solos pleuvent, surtout ceux pondus par l’un ou l’autre des guitaristes, et ils débordent de distorsion et d’un bon dosage d’effets.

Ce qui me fait énormément plaisir–et je ne semble pas être le seul à qui cela plaît!–c’est que l’indie-rock de Passwords ne permet pas d’oublier qu’il s’agit bien de rock, et pas seulement d’indie. Trop de musiciens sans vision excusent leur son fade en prétendant jouer de l’indie-rock, alors que leur musique manque bien souvent de la dose d’énergie qui fait toute la beauté du rock. Or, Passwords est aux antipodes de ce phénomène. Le public entassé sur le plancher de danse du Divan Orange a droit à des sonorités bien ficelées, à des chansons qui transcendent le modèle couplet-refrain-couplet, à des idées auditives innovatrices, et surtout à un psychédélisme auquel l’indie-rock ne sous absolument pas habitué. La troupe ne s’est pas mérité une place dans l’incroyable alignement du festival Osheaga de cette année pour rien, cela est clair pour l’ensemble des fêtard(e)s présent(e)s.

À la fin du spectacle, la salle se vide en un éclair, comme si tous devaient aller quérir leur dose d’air printanier. Même la fumée des cigarettes se consumant dans la nuit naissante ne gâche pas le paysage olfactif fleurissant dans l’atmosphère montréalaise.

Et ce n’est qu’un début… - Dans Tes Oreilles


"Passwords"

Après deux ans d’existence, Passwords s’offre un premier album homonyme devant une salle montréalaise bondée.La formation de Thomas L’Allier (voix, guitare, harmonica), Emmanuel Éthier (voix, guitare), Maxime Castellon (basse) et Carmel Scurti-Belley (claviers) nous avait fait belle impression au festival Pop Montréal l’année dernière avec son rock recherché. Passwords n’avait pas encore lancé d’album, mais ses pièces étaient toutes déjà prêtes et ses fans, déjà nombreux. Il aura fallu attendre encore plusieurs moins avant la sortie de Passwords, premier disque complet avec 8 pièces (chantées en anglais) totalisant 35 minutes. Ce retard expliqué par les projets parallèles d’Éthier (Cœur de pirate, Jimmy Hunt) et de Castellon (Jimmy Hunt) n’a fait qu’augmenter les attentes.

La hâte était bien palpable à la Sala Rossa pour ce premier concert de Passwords en tête d’affiche. Après un long retard, la formation a été acclamée sur scène et a présenté un « set » solide, dominé par des guitares bien appuyées. Les pièces « Watery Blue », « Controller » et « Idaho » ont particulièrement bien établi une ambiance presque mystique (notons que c’est Éthier qui a chanté ces deux dernières). L’Allier a pour sa part fait un petit saut à l’harmonica (utilisant le support à harmonica de Jimmy Hunt, nous a-t-il dit en le remerciant). Le groupe s’est même offert des cordes pour l’accompagner. Une belle fête qu’Éthier a comparée à « un party de Noël », visiblement heureux qu’il y ait plus d’amis et de fans que de membres de l’habituel gratin médiatique. - Longeur d'Ondes


"Passwords [PASSWORDS]"

Cette superbe pochette appartient au tout nouveau groupe montréalais Passwords. D’abord remarqué pendant la dernière édition de Pop Montréal en ayant joué avec Chinatown et Sunfields au Rialto, il a tranquillement fait son chemin pour en arriver à sa sortie d’album qui se produira le 26 avril prochain. Déjà sans les connaître, on remarque la présence d’Emmanuel Éthier qui collabore avec Jimmy Hunt, mais aussi avec Cœur de pirate. Tout ça fait qu’on écoute l’album avec une grande curiosité.

Plutôt indie rock, on flirte aussi avec des notes psychédéliques et des accents tout à fait rock progressif. La guitare a réellement la part belle dans ce quatuor où l’un des chanteurs possède une voix qui me rappelle légèrement DM Stith (particulièrement dans Watery Blue), un peu Paul Simon aussi. Il y a aussi quelque chose de new wave dans cet univers musical, particulièrement les chansons plus rythmées. De part la voix, la charge musicale et l’ajout, évidemment, du synthétiseur qui donne un aspect un peu vintage à tout cela. En ce sens, The Fire We Made servirait très bien de single pour le groupe. La pièce Controller me rappelle Karkwa, Idaho plus Monogrenade. Dans une chanson comme Hold On, on admire le début grandiloquent avec la chorale qui répond à l’un des deux chanteurs. Très belle pièce aux intonations légèrement inquiétantes et qui penche même vers une guitare très post-rock. Vous trouvez qu’ils touchent à tous les styles? En effet. Mais ils connaissent manifestement leur affaire, car c’est loin de sonner n’importe comment: ils savent de quoi ils parlent. Ou plutôt de quoi ils jouent.

Ce groupe a été la révélation locale de Pop Montréal et on comprend pourquoi. D’abord, il y a une maturité musicale évidente. Ensuite, on se prend au jeu de les comparer à des groupes majeurs: on les a associé à Wolf Parade et The Dears, entre autre. Pas mal quand même. De plus, on y entend des échos – comme je l’ai déjà souligné – de plusieurs styles musicaux amalgamés, ce qui n’est pas sans déplaire: on s’y retrouve inévitablement.

Un bel album où l’on retrouve un ensemble de petits et grands éléments qui en font un groupe qu’il faut définitivement surveiller. Pour l’excellent son, pour la qualité d’interprétation, la maturité musicale et la solidité quoi. Ça tient la route et, pas que ça: ça ira se balader probablement loin. On leur souhaite en tous cas.

MySpace, last.fm et bandcamp

*La sortie de leur album physique se fait le 26 avril, mais leur lancement aura lieu le 28 avril à la Sala Rossa. - ma mère était hipster


"Passwords"

Usually this is where I’d bore you with an obligatory biography of Passwords, but since there’s either no bio to be found on the trusty interwebs or my search methods aren’t sophisticated enough to locate it, you’ll have to settle for a simple mention and a half-assed attempt at genre categorization. I was able to surmise that Passwords is a Montreal-based band that just released a self-titled debut. Judging by the general lack of information and a cryptic album teaser, they also seem keen on maintaining some semblance of mystery. Musically, they combine elements of folk, psychedelia, progressive, and even post-rock, sometimes all in the course of one song (exhibit A: “Life After Summer”). Their self-titled LP is a sonically varied tapestry of influences weaved and stitched together with delicate ease. Ear worms for days. — Capt. Obvious - Captain Obvious


"Passwords"

Usually this is where I’d bore you with an obligatory biography of Passwords, but since there’s either no bio to be found on the trusty interwebs or my search methods aren’t sophisticated enough to locate it, you’ll have to settle for a simple mention and a half-assed attempt at genre categorization. I was able to surmise that Passwords is a Montreal-based band that just released a self-titled debut. Judging by the general lack of information and a cryptic album teaser, they also seem keen on maintaining some semblance of mystery. Musically, they combine elements of folk, psychedelia, progressive, and even post-rock, sometimes all in the course of one song (exhibit A: “Life After Summer”). Their self-titled LP is a sonically varied tapestry of influences weaved and stitched together with delicate ease. Ear worms for days. — Capt. Obvious - Captain Obvious


"Osheaga: Passwords"

This local band’s eponymous debut LP took the long way from the studio to our sound systems, having been recorded in 2009 and released by the new Montreal label Mercy this spring. But it was worth the wait. The quintet, with Emmanuel Ethier (Coeur de Pirate, Jimmy Hunt) and Thomas L’Allier at its centre, has a pastoral pop sound that integrates the tender tones, choppy guitars and elegant strings of lovelorn folk, prog-rock and chamber pop, respectively. - Osheaga


"PASSWORDS"

A promising liftoff for the highly touted locals, who demonstrate a varied classic rock range on their nine-track debut. The quartet rock earnestly (“Living Walls”), jam with either a spatial, psychedelic tinge (“Controller”) or a country one (“Idaho”), and even drop a Spencer Krug-ian keyboard interlude (“The Fire We’ve Made”), pushing in each direction with con­viction. Ambitious in scope, with unpretentious results. - Montreal Mirror


"BLARE’s 5 Best New Artists (May 2011)"

Virtually unknown to the Canadian public that pretends they know en francais by over-exaggerating words such as “croissant”, Montreal’s Passwords are a hidden gem. Their candid, indie rhythms shake with the same vigor as a Sub Pop signee, tying folk strings with hipster howls that sound overdone and overused, but the local roots flavour dipped in alt rock (wait for the latter half of “Life After Summer” below) makes you want to throw up all over yourself in delight. Merci beaucoup for the raw psychedelia. - Blare Magazine


"BLARE’s 5 Best New Artists (May 2011)"

Virtually unknown to the Canadian public that pretends they know en francais by over-exaggerating words such as “croissant”, Montreal’s Passwords are a hidden gem. Their candid, indie rhythms shake with the same vigor as a Sub Pop signee, tying folk strings with hipster howls that sound overdone and overused, but the local roots flavour dipped in alt rock (wait for the latter half of “Life After Summer” below) makes you want to throw up all over yourself in delight. Merci beaucoup for the raw psychedelia. - Blare Magazine


"Passwords : aux douches, les influences!"

Avec un indie rock éclaté, doublé d’un folk assumé, Passwords envahit les ondes et propose un premier album homonyme. Forgé autour d’Emmanuel Éthier et de Thomas L’Allier, le groupe a pris son temps pour nous présenter son premier album enregistré… en 2009!

« En fait, on ne savait pas avec qui le lancer! », rigole Thomas L’Allier, chanteur et guitariste du groupe. « On “sur-pensait” peut-être un peu trop les trucs. », ajoute Emmanuel Éthier (guitare, voix). Finalement lancé sous Mercy, une nouvelle étiquette fondée par Anthony Ayotte, le groupe prend les jours un à la fois, avancent tranquillement sans pression. Ayant peu de spectacles derrière la cravate en tant que Passwords, mais comptant tout de même de belles expériences avec d’autres musiciens et artistes locaux et internationaux, les membres de Passwords tentaient d’huiler les rouages du spectacle, avant de lancer leur album tant attendu, précise Thomas : « Quand le monde ne t’a jamais vu performer, il ne sait pas si t’es juste un freak dans sa chambre qui n’est pas capable de jouer ça live. » On s’en doutait, ils sont capables!

Les premiers balbutiements de Passwords remontent à l’adolescence d’Emmanuel et Thomas, lorsqu’ils enregistraient de petits démos, sans vraiment les jouer devant public. Inspirés par le classic rock des années 60 et 70, puis par celui des Bowie et compagnie, les deux compères ont vu leur style évoluer au fil des années, pour en arriver à un heureux mélange d’indie rock et de folk parfois progressif. « C’est clair que ce sont eux, les main brains! », lance Maxime Castellon, bassiste du groupe. « Mais tout le monde amène quand même son petit truc. », tempère-t-il. Éthier et L’Allier abondent dans le même sens : « On est plus là pour les laisser aller et “spotter” ce qu’on veut dans ce qu’ils vont nous amener. », nous dit L’Allier, avant d’ajouter « C’est moi qui chante les trois quarts des tounes, donc les couplets et refrains, ça vient pas mal de moi, mais Emmanuel amène toujours des bridges et d’autres choses. Il va même challenger mes accords. » Éthier saisit au vol cette affirmation et en profite pour se donner le rôle du trouble-fête : « Thomas arrive souvent avec un sketch, pis moi mon rôle après, c’est de “fucker l’chien”, un peu, de compliquer les trucs. Quand j’écris une “toune”, c’est peut-être plus compliqué à la monter en band, donc je finis par la “scraper”. Puis, j’en écris une autre, puis je la “scrape”, etc. »

Bien que le groupe ne le laisse pas se débarrasser de toutes ses compositions – « Il y en a auxquelles on s’attache plus, donc on ne le laisse pas toutes les “scraper”! » -, Éthier rappelle l’importance des compositions simples : « On croit beaucoup au fait d’écrire une “toune” qui a du sens avec juste une guitare acoustique et une voix. C’est cliché, tout le monde dit un peu ça, mais si une toune sonne bien avec une base folk… souvent, c’est bon signe! » On peut d’ailleurs entendre quelques exemples de pièces aux arrangements plus simples sur le premier-né de Passwords. « Les plus élaborées, c’est certainement celles qu’on a le plus tournées à l’envers sans arrêt. Jusqu’à temps de trouver quelque chose qui gardait l’essence, mais qui n’était pas du folk plate. », conclut L’Allier.

Avec Carmel Scurti-Belley aux claviers et un batteur qui «alterne selon les saisons», Passwords se crée un son bien à eux, tranchant avec le commun des mortels, ne cédant pas aux préceptes habituels. Enregistré à l’été 2009 au studio de Sébastien Blais, à Montréal, l’album a aussi bénéficié des conseils de Simon Landry, ami et coréalisateur pour l’occasion…

Emmanuel : C’est un peu ça, un réalisateur, c’est comme le papa d’un band.
Thomas : Ouais, pis il coupait où on ne savait pas où couper.
E : C’était vraiment l’oreille extérieure.
T : Il accentuait le potentiel pop avec des trucs qu’on avait déjà dans certaines parties, etc.
Maxime : Il a vraiment amené le recul qu’on n’avait pas.

« On n’a pas eu le compte à rebours habituel, pour l’enregistrement. », se rappelle Emmanuel. « Mais je ne sais pas si je le referais comme ça. C’est bien d’avoir un peu de stress, des fois. Dans le fond, c’est un peu notre problème. À un moment donné, on ne sait plus ce qu’on aime! Y’a l’approche très travaillée, léchée, et en même temps, on aime les trucs vraiment lo-fi et garrochés. » Il semble que la complicité entre les deux copains du secondaire soit toujours là puisque le sentiment demeure le même chez Thomas : « En fin de compte, on ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, mais on est tout de même arrivés à un résultat surprenant. Mais, en même temps, on le ferait vraiment différemment le prochain, je pense. » - Bang Bang


"Passwords: chercher sa voie, fuir le prog"

Ça a presque l’air arrangé avec le gars des vues: des musiciens de Cœur de pirate (le guitariste-claviériste-violoniste Emmanuel Éthier) et de Jimmy Hunt (Éthier et le bassiste Maxime Castellon) à la tête d’une opération indie-rock anglophone, assez au goût du jour.

Le fait est que Passwords existait bien avant que ses musiciens aillent prêter main-forte à d’autres. «L’album était déjà enregistré quand on a mis deux chansons sur Internet, à l’automne 2009», signale Éthier. Mais voilà: quand Passwords explore, il explore en grand. C’est ce qui a poussé Éthier, 23 ans, à partir en tournée avec les deux interprètes de «Pour un infidèle», retardant ainsi la progression du projet, qui n’a finalement donné son premier concert qu’en octobre 2010. «C’était un peu pour savoir ce que je voulais faire et ne pas faire», précise Éthier, déterminé à laisser plus de place à Passwords dans son horaire à l’avenir.

Le clan a tenté pendant ce temps de trouver: a) un moyen de sortir l’album; b) une réponse à savoir s’il pouvait encore vivre avec ces chansons composées alors que L’Allier et Éthier avaient tout juste 20 ans, et c) un batteur.

Le point c est encore en suspens, mais l’affaire éponyme a finalement vu le jour fin avril via Mercy Records, label piloté par Anthony Ayotte (gérant de Jean Leloup et de Chinatown). S’il constate que «musicalement, on n’est peut-être plus au même endroit aujourd’hui» (dixit Emmanuel), le groupe endosse encore la chose. «On dirait que vu que c’était notre premier album, on avait envie de mettre toutes nos influences là-dedans», note Thomas.

Le début de la quête remonte à il y a un peu plus de deux ans. Thomas avait fait ses classes dans un groupe de reprises et Emmanuel, formé en violon classique mais converti à la guitare rock, commençait à composer en solo. «J’étais comme écœuré de jouer du blues pis du rock cocky et Manu me faisait découvrir des trucs comme les Unicorns, The Shins… On avait comme le goût de blender nos deux univers», raconte Thomas. La paire fait la connaissance de l’ex-Beluga et ex-Le Husky Simon Landry lors du lancement de l’album de Cœur de pirate. C’est lui qui réalisera l’album. «Il avait une belle vision, ne cherchait pas à nous imprégner de ses expériences passées, pis grâce à ses contacts, on a pu faire un album sans avoir à payer 20 000$», précise Thomas.

On n’arrête pas le progressif
Évidemment, la croisade est aussi musicale. Thomas et Emmanuel ne savent cependant trop que faire du qualificatif «progressif», constamment appliqué à la musique de Passwords. «Le monde utilise le mot ‘‘prog’’ dès que la structure harmonique d’une toune n’est pas linéaire. Mais pour moi, le prog, c’est un solo de flûte traversière de 20 minutes. J’aime peut-être mieux le mot ‘‘épique’’ que ‘‘prog’’», commente Emmanuel.

«C’est sûr que de mon bord, il y avait un élément de réaction, une envie de se débarrasser du rock à deux accords, ajoute Thomas. Il reste quand même que ma toune, elle était folk, quand je l’ai écrite. C’est juste qu’après ça, Manu apporte des éléments, des sons, son gear, et puis ça dégénère. Mais de la bonne façon.» - NIghtlife Magazine


"Passwords: chercher sa voie, fuir le prog"

Ça a presque l’air arrangé avec le gars des vues: des musiciens de Cœur de pirate (le guitariste-claviériste-violoniste Emmanuel Éthier) et de Jimmy Hunt (Éthier et le bassiste Maxime Castellon) à la tête d’une opération indie-rock anglophone, assez au goût du jour.

Le fait est que Passwords existait bien avant que ses musiciens aillent prêter main-forte à d’autres. «L’album était déjà enregistré quand on a mis deux chansons sur Internet, à l’automne 2009», signale Éthier. Mais voilà: quand Passwords explore, il explore en grand. C’est ce qui a poussé Éthier, 23 ans, à partir en tournée avec les deux interprètes de «Pour un infidèle», retardant ainsi la progression du projet, qui n’a finalement donné son premier concert qu’en octobre 2010. «C’était un peu pour savoir ce que je voulais faire et ne pas faire», précise Éthier, déterminé à laisser plus de place à Passwords dans son horaire à l’avenir.

Le clan a tenté pendant ce temps de trouver: a) un moyen de sortir l’album; b) une réponse à savoir s’il pouvait encore vivre avec ces chansons composées alors que L’Allier et Éthier avaient tout juste 20 ans, et c) un batteur.

Le point c est encore en suspens, mais l’affaire éponyme a finalement vu le jour fin avril via Mercy Records, label piloté par Anthony Ayotte (gérant de Jean Leloup et de Chinatown). S’il constate que «musicalement, on n’est peut-être plus au même endroit aujourd’hui» (dixit Emmanuel), le groupe endosse encore la chose. «On dirait que vu que c’était notre premier album, on avait envie de mettre toutes nos influences là-dedans», note Thomas.

Le début de la quête remonte à il y a un peu plus de deux ans. Thomas avait fait ses classes dans un groupe de reprises et Emmanuel, formé en violon classique mais converti à la guitare rock, commençait à composer en solo. «J’étais comme écœuré de jouer du blues pis du rock cocky et Manu me faisait découvrir des trucs comme les Unicorns, The Shins… On avait comme le goût de blender nos deux univers», raconte Thomas. La paire fait la connaissance de l’ex-Beluga et ex-Le Husky Simon Landry lors du lancement de l’album de Cœur de pirate. C’est lui qui réalisera l’album. «Il avait une belle vision, ne cherchait pas à nous imprégner de ses expériences passées, pis grâce à ses contacts, on a pu faire un album sans avoir à payer 20 000$», précise Thomas.

On n’arrête pas le progressif
Évidemment, la croisade est aussi musicale. Thomas et Emmanuel ne savent cependant trop que faire du qualificatif «progressif», constamment appliqué à la musique de Passwords. «Le monde utilise le mot ‘‘prog’’ dès que la structure harmonique d’une toune n’est pas linéaire. Mais pour moi, le prog, c’est un solo de flûte traversière de 20 minutes. J’aime peut-être mieux le mot ‘‘épique’’ que ‘‘prog’’», commente Emmanuel.

«C’est sûr que de mon bord, il y avait un élément de réaction, une envie de se débarrasser du rock à deux accords, ajoute Thomas. Il reste quand même que ma toune, elle était folk, quand je l’ai écrite. C’est juste qu’après ça, Manu apporte des éléments, des sons, son gear, et puis ça dégénère. Mais de la bonne façon.» - NIghtlife Magazine


"PASSWORDS: Sur-penseurs repentis"

Éthier et L'Allier, cela ferait un excellent nom de duo, mais Emmanuel Éthier et Thomas L'Allier ont plutôt voulu faire voler leurs compositions au sein du groupe Passwords. Un quatuor montréalais qui plaira aux amateurs de folk des années 70, d'arrangements de cordes riches et d'harmonie vocales parfois psychédéliques.

«Je les ai achalés un bon bout de temps pour jouer avec eux. C'est la dimension créative du groupe qui m'attirait», explique le bassiste Maxime Castellon, dernier membre à compléter le groupe montréalais Passwords.

L'arbre généalogique de Passwords? Emmanuel Éthier est ami avec Thomas L'Allier depuis le secondaire, époque où il a aussi rencontré la pianiste Carmel Scurti-Belley dans un parc. «C'était ma blonde», lance le jeune homme de 23 ans.

Éthier et Castellon sont les musiciens de tournée de Jimmy Hunt. Emmanuel Éthier a aussi beaucoup partagé la scène avec Coeur de pirate. Mais il a hâte d'être plutôt associé à Passwords. «Sans Coeur de pirate et Jimmy Hunt en parenthèse après mon nom, dit-il en riant. Passwords existait avant que je commence à faire des shows avec Coeur de pirate. En même temps que la tournée avec elle, j'enregistrais l'album de Passwords», précise le multi-instrumentiste.

Le disque éponyme de Passwords est en chantier depuis deux ans. «On l'a commencé en juin 2009 et on l'a terminé l'automne suivant», indique Thomas L'Allier.

Et pourquoi toute cette attente avant la sortie? «On voulait les bonnes circonstances, explique Emmanuel Éthier. On est un peu sélectif et perfectionniste sur les bords.»

Nouvelle étiquette de disque

En tournée en France, Emmanuel Éthier a rencontré Anthony Ayotte, gérant du groupe Chinatown, qui réchauffait la salle pour Coeur de pirate. «Il nous a approchés pour faire la première partie de Chinatown au Rialto pendant Pop Montréal.»

Entre-temps, l'idée de fonder une étiquette de disque a germé dans la tête d'Anthony Ayotte (qui gère aussi la carrière de Jean Leloup). Après réflexion, c'est le premier disque de Passwords qui allait jeter les bases indie rock anglophones de Mercy Records. «C'était attrayant pour nous qu'il lance un label, souligne Emmanuel Éthier. La direction du label part avec notre album. Ce n'est pas safe, mais excitant!»

En entrevue, il y a deux semaines, Anthony Ayotte nous avait dit vouloir s'inspirer des «labels-boutiques des années 60 et 70». C'était dans la mise en marché plus que dans la musique, mais les huit premières chansons de Passwords respirent justement le rock de cette époque. «C'est une synthèse de tout ce qu'on fait. Il y a des pièces plus folk à la Neil Young, d'autres plus David Bowiesques. L'album est très chargé, il y a beaucoup de cordes», note Emmanuel Éthier.

«On a tellement tourné nos chansons maintes et maintes fois. On a vraiment beaucoup d'idées et on a tendance à "sur-penser". Il y a des pièces qui auraient pu virer hip-hop», poursuit à la blague Thomas L'Allier, mentionnant que la chanson Life After Summer, par exemple, a eu ses premières notes il y a environ quatre ans.

«Thomas a une approche plus traditionnelle de songwriter et moi, je fucke le chien! lance Emmanuel Éthier. Je ne suis pas un fan des bands qui font leur album exactement pareil live.»

En studio, Simon Landry -guitariste à temps partiel des Cowboys fringants et ex-moitié de Beluga- a donné un coup de main à la réalisation, assisté de Sébastien Blais-Montpetit à l'enregistrement et au mixage. «À un moment donné, Le Husky m'a approché pour un spectacle pour jouer du clavier et Simon joue avec Le Husky, raconte Carmel Scurti-Belley. Après, Simon a écouté nos démos sur MySpace.»

«Il était super relax en studio, dit Thomas. Il n'a pas touché à notre son, mais il tranchait quand on sur-pensait trop.»

«C'était comme un coach de vie», renchérit Emmanuel.

Le lancement du disque éponyme de Passwords aura lieu jeudi à la Sala Rossa. Un spectacle au Divan orange est aussi à l'agenda, le 19 mai, et une participation au festival Osheaga. Les membres du groupe ne s'en cachent pas: il sont prêts à partir en tournée en Europe et aux États-Unis. «Live, c'est moins calculé que sur l'album. Il y a un côté jam band», conclut Emmanuel Éthier.
- La Presse


"FEATURE ARTICLES | INTRODUCING: PASSWORDS"

Due to the contemporary invasion of pretentious musical beatniks, artists attempt to charm by exercising their sonic experimentation beyond the fringe of recognition. Too often has the perception of "cool" been directed towards audile absurdity. Montreal's Passwords have managed to disseminate divergently chic tunes without apprehensively neglecting their earliest influences. We spoke to Passwords' vocalist/guitarist, Thomas L'Allier, who acquainted us with the band's humble approach to musical eccentricity.

Hip bands don't always discover one another strumming in the catacombs of Penn Station. "We all met in high school, back when I was part of a blues rock band. I eventually got bored of 3 chord riffs, and started to write songs with Emmanuel, who was studying classical violin at the time," said L'Allier. "We sort of combined sounds and influences, to create something more challenging and substantial. The others, Max and Carmel, kind of just tagged along."

Passwords' self-titled debut was released April 26, and it's evidently a fusion of diverse sounds. "Considering that this is our first record, I think that pretty much all our musical baggage is in there," L'Allier said. "From Neil Young to Bowie, the Stones to the Velvet Underground. I guess we can also say we're influenced by the hardships of living in the city versus the loneliness of the country-side."

Alternative sound isn't always achieved via innovative production techniques. Passwords found individualism through simple juxtapositions.

"I guess the way the album came along is pretty unique. Emmanuel (Guitar/Vox) came up with all the drum parts, which is odd considering he's not really a drummer. It gave the whole thing a very "guitary" approach. We then recorded with a 'real' drummer to make everything work. Also, we tend to go all-out with arrangements, no-holds-barred. Finally, I'd say the fact that we fully commit to our folk/rock influences, but without sticking to the standard forms and structures of those genres," L'Allier said.

Passwords' 8-track opus is a scenic and haunting patchwork of sounds. L'Allier's vocals fluctuate from the depths of ethereal, Daniel Rossen lows up to the heights of garage rock, rambunctious bellows. The track, "Life After Summer", follows a Shins-ian tone and cascades through an enchanting melody of gripping riffs.

L'Allier said about the song, "I think it reflects both our dreamy folk side, and also that 'raw' rock and roll which we're all about."

- Baeble Music


"NXNE Dick-Approved – Passwords"

One thing is a certainty, and it is that I don't know a lot about Passwords. Neither does a lot of the blogosphere. Stumbling around the interwebs, I came across "Life After Summer" and let it rip in the background of my desktop. I suppose it's a simple to label this as indie-pop with a folk tilt, but what is astonishing is what this song wanders into by its close. A relatively sunny aura slow burns into this epic and spiraling, awe-inspiring second half. In fact, you'll be absolutely stunned once the guitar soloing intensifies into an almost haunting similarity to the Cliff Burton/Kirk Hammet tandem noodling in "Orion." Seriously. Listen to the first 30 seconds of this track and then figure out if you can imagine the song somehow going into old-school Metallica mode. Then just sit back and listen. I've also included "Idaho" to give you a feel of what concertgoers are in for. I'm throwing out my ace in the hole. I think this is a sleeper pick for NXNE, especially if you're into the style. "Life After Summer" is well worth bypassing a lot of the acts playing during that hour. You can catch Passwords at The Garrison on Friday at midnight. - Citizen Dick


Discography

Passwords - Passwords (Mercy Records 2011)

Photos

Bio

The hardships of the city vs the loneliness of the countryside.