Rosh Bantu - Borrina Mapaka
Gig Seeker Pro

Rosh Bantu - Borrina Mapaka

Band World

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


This band has no press

Discography

Wivu sana (1994)
Rendez-vous avec l'histoire (1996)
Yula (1998)
Sans issue (2000)
Natural human (2002)
Oza Africa (2003)
Le silence est d'or (2005)
Let it play (2008)
Et maintenant(2008)
Dreams of human (2008)
A few of us (2009)..........................

Photos

Bio


Après avoir flirté avec le théâtre, à 11 ans Guy Saturnin Mbemba Minkala, alias Rosh Bantu décide d'intégrer un groupe vocal.
À l’époque, il se plait à écouter différents genres musicaux avant de se tourner, dans un premier temps vers le reggae.
À 14 ans, il commence à écrire ses premiers textes.Quelque temps après, lors d'un concert au C.C.F (centre culturel français), il rencontre de jeunes danseurs de break-dance ( danse en vogue dans les années 80-90), avec qui il se lie d'amitié et forge ses premiers pas dans le milieu du hip-hop.

En 1992, autre rencontre une des figures de proue du rap congolais, Scherzo.Avec J Nkechi (danseur), le trio décide alors de créer un groupe: " Warriors for the peace ", vite rejoint par DJ Arthiste et 02 (chanteur).
Le succès et immédiat. Le jeune groupe très sollicité se met vite en exergue dans de nombreux spectacles donnés de Brazzaville à Pointe-Noire.
Après avoir décroché la platine d'or, lors d'une compétition de DJ (1993), ROSH participe avec "Warriors for the peace", entre 1993 & 1996 à toute une série de concerts organisés par la jeune chambre économique du Congo.
En 1996, le jeune groupe de rap marque la première édition du FESPAM à Brazzaville (festival panafricain de musique).
La sortie du premier opus du groupe: "Rendez vous avec l'histoire" qui se vend à plusieurs milles d'exemplaires marquera un point important dans la carière artistique de Rosh Bantu. S'en suivront; une tournée à Pointe-Noire la première partie du célèbre groupe Sénégalais: Positive Black Soul, et une participation avec brio au concert donné par le chanteur Suisse Stéphane Eicher (C.C.F).
Parallèlement, il fait des scènes avec les Tambours de Brazza. Malheureusement, les idées de Paix, d'Amour et d'Unité nationale que Rosh Bantu & et ses collègues distillent n'empêche pas la guerre civile d'éclater au Congo, en 1997, ce qui bien évidemment va marquer un coup d'arrêt au succès croissant du jeune groupe.
Durant cette partie de sa vie Rosh va passer par Libreville (Gabon), ou il entament sa carrière solo, qui sera ponctuée de nombreux spectacles. En quête de stabilité, il part pour Abidjan en 1998 et participe la aussi à de nombreux concerts et événements comme la première partie d’Oxmo Puccino à l'Hôtel Ivoire & au M.A.S.A (Marché des Arts et des Spectacles Africains), au cotés de ses compatriotes et amis des Tambours de Brazza...
Le globe trotteur met ensuite les voiles pour le Sénégal, puis en 1999 Rosh arrive enfin en France, à Grenoble, puis finalement à Trappes (78).
Sa rencontre avec son cousin BORRINA MAPAKA va être déterminante. Car l'artiste avait baissé les bras depuis peu. ils mettent ensemble sur pied différents projets. En 2000, il participe à l'enregistrement du 2éme album des Tambours de Brazza, & et joue entre la France et les USA avec Borrina Mapaka.
En 2005, il s'attaque à son album solo "Le silence est d'or" produit par BORRINA Records. (...)
En 2008, année de toutes les attentes, il monte son propre label indépendant, "Réel label - Borrina Records", qui lui permettra de sortir "Et maintenant". Qui les emmèneront dans une tournée à travers la France & d'autre continents.
ROSH BANTU EST UN GRIOT DES TEMPS MODERNES SACHANT MANIERS LES MOTS ET DIRE EXPLICITEMENT LE CHOSES RELEVER D4UN SOUPSON DE VULGARITE S’EFFANCANT DEVANT LE REALITE.
Tout petit déjà, il rêve de devenir un grand musicien. Tous les samedis, son père qui adore la musique l’emmène à Parafifi, une nganda de Bacongo où passent des musiciens comme Pamelo Mouka, Youlou Mabiala. A six ans, il fabrique une guitare à une corde qu’il emporte partout avec lui. Un jour, son professeur le surprend en train d’en jouer au lieu d’assister à son cours. A partir de ce moment, on le surnomme « le griot de l’école » et on lui demande de jouer le samedi matin après le travail manuel. Les professeurs et les élèves sont son premier public. Il reste quatre ans dans cette école. Au cours de ces quatre ans, son spectacle s’enrichit de mouvements de danse et de 3 percussionnistes qui jouent sur de grosses boîtes de conserve. On fait appel à eux pour des animations dans les rencontres inter-écoles. Au fil des années, il cherche à apprendre plus dans le domaine de la musique A dix ans, il part à Pointe-Noire et il doit laisser sa guitare à Brazzaville. En effet, le fait qu’il passe tout son temps avec cet instrument n’est pas du goût de ses parents. Mais là-bas, on ne peut pas l’inscrire dans une école et il passe donc une année à chanter et à danser au bord de la mer. Quand il revient à Brazzaville, sa guitare a disparu et il se consacre plus à la danse pour montrer à ses parents que ce séjour l’a changé. Mais ayant toujours envie de jouer de la guitare, il commence à chercher des endroits où l’on pourra lui prêter un instrument pour répéter. Il écoute les répétitions de chant dans les écoles; à la fin il emprunte leur guitare pour travailler. Il assiste aussi aux chorales dans les églises. A la fin des répétitions, on l