Saint-Polaire

Saint-Polaire

 Montréal, Quebec, CAN
BandRock

Saint-Polaire surfe sur la vague des contrastes sans ciller. Influences hétéroclites, multiples sans toutefois perdre de sa cohérence. Des guitares rauques, une section rythmique solide et précise, une voix authentique sur des textes francophones engagés, grinçants.

Biography

SAINT-POLAIRE signe un rock québécois franc et pur, un amalgame musical qui n’est pas sans nous rappeler les Pink Floyd, Metallica, Malajube Karkwa et Noir Désir de ce monde.

Guillaume Pelletier, Maxime Paquette, Bruno Lavigne et Colin Bacroix cassent la baraque ensemble depuis 2008. Un son dynamique et énergique. Une musique qui déménage, grafigne, accroche. Des rythmes qui prennent au corps. Une présence sur scène sans équivoque.

Depuis la sortie de son premier album DISCO, en octobre dernier, le groupe à la plume à la fois poétique et engagée connaît une
belle ascension. Il faut se le dire, le quatuor fascine grâce à un univers sonore qui lui est propre! Quand un texte richement travaillé souvent qualifié de solide prose côtoie l’intensité délirante d’un rock affiné, le
tout se nomme Saint-Polaire et vous fera déjanter!

Vérités percutantes, ambiances sonores enivrantes, on se rappellera
que le premier extrait CARCAJOU, qui a reçu un fort accueil
sur les ondes de MusiquePlus, navigue habillement dans ces eaux. Saint-Polaire a le vent dans les voiles! Découvrez une nouvelle facette enflammée du rock québécois.

Lyrics

Carcajou

Written By: Saint-Polaire

Tu es toujours sapée comme une star
Tu as le string qui te remonte tard le soir
Tu te fais toujours offrir à boire
Tu es la déesse du bar L’Espoirs

Ta démarche est contrecarrée par ton ego éméché
Ah oui des têtes t’en fais tourner
Ah oui des têtes t’en fais tourner

C’est enfin la matinée les portes viennent tout juste de fermer
Encore une autre soirée amère
Où tu as laissé ton orgueil au fond d’un verre

Tes vêtements eux sont tout fripés
Toutes les nuits ils ont macéré
Être jolie ce n’est pas assez
Encore faut-il savoir s’aimer

J’en ai marre de toi et de ta souffrance
Va te refaire une beauté sur le dos du vent
Et n’oublie pas que ton cœur lui, n’est pas étanche

La musique elle coule sur toi
Comme la sueur de tes ébats
Sur le plancher de danse t’es jamais toi
Tu pousses des soupirs d’existence sans émoi
Tu te la joues, carcajou
Tu te fous en l’air
Ils en ont tous après ta chair
La vie n’est pas qu’une vente aux enchères
Tu t’emmerdes
Reviens au monde!!!

Encore une fois tu t’es réveillée
Dans le lit d’un illustre étranger
Tu te demandes toujours quoi faire te sauver ou te servir un verre

Ton amour propre te fait défaut
Comme l’ensemble de tes idéaux
Peut-être est-il temps de changer?
Ou mieux encore de ne plus se réveiller

T’en as marre de toi et de ta souffrance
Tu veux te refaire une beauté sur le dos du vent
Mais il semble que ton cœur lui, soit trop intense

La Tempête

Written By: Saint-Polaire

La tempête fait rage et emporte avec elle
L’essence même de ta rage
Et l’incertitude de l’appel

Que tu te lances, que tu penses
Que tu miroites et fais miroiter
Aux yeux couleur prunelle de ta liberté

Reviens-moi et brise-toi la tête
Sur le massif de ma bête
Reviens-toi et laisse-toi tomber
De ta décrépitude pour enfin me soulager

La tempête fait rage
Comme un baume tout usage
La tempête fait rage

Elle emporte tout, même toi
Sur son passage

C’est le massacre du vent
Qui te souffle à la face
C’est le massacre du temps
Qui fait de toi une farce

C’est le changement du temps
Qui t’assume qui t’efface
C’est l’arrogance des éléments
Qui remet à ta place

La tempête fait rage
Comme un baume tout usage
La tempête fait rage

Elle emporte tout, même toi
Sur son passage

L’arrache-cœur

Written By: Saint-Polaire

Tu te meurs trop souvent de temps en temps
Tu te meurs trop dans le tourment t’es tellement sans bon sens
Le sens de ta vie mené à l’échafaud
Sous la hache sous la loupe
Comme un insecte on te fait bruler

Tu t’enfarges dans les barreaux de ta prison
Ceux de ta cellule, celle sans fond
Réfractèrent humanitaire tu te prends les pieds
En effet tu scouates laisse tomber

Ton cœur pourquoi tu te l’arraches?
Quand tu sais très bien que se morfondre pour rien ça tache

Tu pleurs comme une poussière sans vent
Tu pleurs comme ta mère qui te dit : « reviens donc, de temps en temps »
Et c’est là que tu sors, que t’apparais
Les yeux verts le cœur meurtrit tanné de vivre au crochet

Tanné de mordre dans des nuages qui te semblent si bouffants

Tanné de te faire dire : « mords donc dans la vie c’est si trippant »

Ton cœur pourquoi tu te l’arraches?
Quand tu sais très bien que se morfondre pour rien ça tache

Tu te meurs trop souvent de temps en temps
Il ne te reste plus rien, il ne te reste plus rien

Tu pleurs trop souvent de temps en temps
Il ne te reste plus rien, il ne te reste plus rien

Au sang

Written By: Saint-Polaire

Le costard te va, mais pas à moi
Je préfère les tranchées interlopes sans fausseté

La sueur de la ville coule, elle te salie
Moi elle me rassasie
Tu brilles, tu brilles
Et draine mais veines au « sang » tuple
De ta tronche de voie lactée
Tu brilles, tu brilles

Le costard te va, mais pas à moi
Je préfère les tranchées interlopes sans fausseté

Faire le trottoir en un sens c’est méritoire
Toi tu t’y colles pour que l’on voie
Au fond de toi
L’étrange purgatoire

Tu brilles, tu cash back ton pourboire
Sur les déboires annoncés
De tes belles années

Tout le monde danse

Written By: Saint-Polaire

Le sol crève et soulève le vent de l’inconscience

La mer se vide et prend le pouls de l’indifférence

Le feu brûle tout et redemande le sens de l’inconstance

Je te sens si loin de moi
Je te sens si éprise mais lasse
Je ne comprends rien la terre tourne
Dans le mauvais sens
Mais on s’en fout car tout le monde danse

Les choses changent
Le temps file
Tout plein de jolis minois que je vois et ressens
Semblent s’entrelacer dans un sourire d’indifférence

Je vois le ciel s’ouvrir éclairer de bonheur toute la ville
Je sens le souffle épicurien nous sommes habiles
Tout le monde danse

Les choses changent
Le temps file
Le plancher tremble
On reste immobile

Ton regard me démange
Ton sang se glace
On reste immobile

Pendant
Que tout le monde danse

Il ne reste plus rien si ce n’est nos cœurs vides

Les fous chantent et dansent ensemble
Ils refont un monde d’une telle brillance

Les fous chantent et dansent ensemble
Et refont l’histoire sans l’ignorance

Je te sens si près de moi
Je te sens si éprise et là
Je comprends tout la terre tourne
D’une telle mouvance
Allez, allez il faut que tout le monde danse

Les choses changent
Le temps file

Le temps file
Tout plein de jolis minois que je vois et ressens
Semblent s’entrelacer dans un sourire d’indifférence

Je vois le ciel s’ouvrir éclairer de bonheur toute la ville
Je sens le souffle épicurien nous sommes habiles
Tout le monde danse

Les choses changent
Le temps file
Le plancher tremble
On reste immobile

Ton regard me démange
Ton sang se glace
On reste immobile

Pendant
Que tout le monde danse

Il ne reste plus rien si ce n’est nos deux cœurs qui vibrent

Pissenlit

Written By: Saint-Polaire

Tu reviens d’ores et déjà de loin
Tu rebrousses chemin tu te construis
Un étui un étreint
Contre les lendemains

Tu t’embriques étanche
Dans ton cœur dans ta panse
La relique du souvenir éclabousse le plancher de danse
Tu es seul sous le ciel
Mais entouré dans l’éternel

Lance-moi ta ritournelle
Fonce au chevet du gouffre
L’essentiel te manque
Comme le temps du temps
Qui s’installe et t’étouffe

Tu ne conçois plus rien
Si ce n’est le néfaste du ressac
Qui t’embrasse lui au soleil
Du vent de face

Tu fuis, c’est mieux que d’être épris
Tu fuis, c’est mieux que d’être incompris
Tu fais fi, c’est mieux que d’en vouloir à la vie
Tu fais fi, tout comme le pissenlit

La balade de l’immonde te chevauche
Comme une escalade de prix
Celui que l’on fixe à ta vie
L’étiquette de ton inébranlable foi
Ce père au sens figuré
Trop près de toi

Le souffle court tu t’installes
Ton visage s’intercale de remords
Qui te poussent inlassable
Sur le bord de la remise de ta caution
De ta conscience et de ton cœur rond

Cours sans aile et cache-toi dans un slogan épuré sans idée sans cervelle

Lance-moi ta ritournelle
Fonce au chevet du gouffre
L’essentiel te manque
Comme le temps du temps
Qui t’étouffe

Tu ne conçois plus rien
Si ce n’est le néfaste du ressac
Qui t’embrasse lui au soleil
Du vent de face

À l'eau

Written By: Saint-Polaire

J’ai l’âme à l’eau
Parce qu’ici ça m’énerve y fait chaud
Le soleil est moins beau

La terre brûle et recule là où on dicte la météo
La terre brûle et recule là où le désert se prend pour un héros

On défiche le vice on ensable la mer
On court dans la boue on cherche de l’eau
On crie le temps on regarde l’histoire
On se perd vaguement dans le désespoir

Toutes les mères en mer pleurent
Lorsqu’elles voient le désert
Face aux tourments d’une pelle pleine de sable
On se demande pourquoi on est tous des lâches!

Le désert c’est comme la vie
Il n’y a rien qui pousse on y aime la pluie
Le désert c’est comme l’ennui
On s’y enivre on y survit

Il est temps que les lumières s’éteignent
Le souffle du monde me donne trop chaud
On creuse, on creuse, à quoi bon?
J’ai mal au dos

Oh j’en peux plus
Oh j’en peux plus
Le traverser devient trop gros
Ah oui, souris-moi
Je ferai le beau

Oh j’en peux plus
Je t’attends ici
Jusqu'à ce que le désert devienne comme de l’eau
Oh j’en peux plus
Je m’en vais d’ici
Jusqu'à ce que me revienne l’amour du beau!

Le désert c’est comme la vie
Il n’y a rien qui pousse on y aime la pluie
Le désert c’est comme l’ennui
On s’y enivre on y survit

Les bars ferment à la tombée de la nuit
Les filles sont belles, mais pas jolies

Discography

Album: "Disco" 2010

Extrait Radio & Vidéoclip:
"Carcajou"
"La Tempête"