Simon Walls
Gig Seeker Pro

Simon Walls

Montréal, Quebec, Canada | SELF

Montréal, Quebec, Canada | SELF
Band Folk Singer/Songwriter

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

This band hasn't logged any past gigs

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


SIMON WALLS: Klein Blue
2 juin 2011 | Auteur: Gilles Lévesque | Rubrique: Musique | Imprimer cet article



Si vous êtes un lecteur assidu du journal, vous connaissez sans doute Simon Walls, un artiste de Napierville qui s’est donné pour défi de traverser le Canada à pied, seul avec sa guitare et d’autres projets de vie en tête. Cette longue marche qui vous apparaît insensée aurait pu être de bien courte durée, mais non, ce jeune homme à la détermination inébranlable poursuit toujours sa longue marche à travers le Canada de Stephen Harper!

Bientôt, il remettra les pieds dans la province de Jack Layton! Il est attendu au Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean, le 8 juillet prochain, pour un spectacle au cours duquel il lancera son nouvel album intitulé Klein Blue. Jeffrey Piton sera aussi sur place pour lancer le sien.

Bien au fait que son exploit nous intéresse, Simon Walls nous a fait parvenir une copie de ce nouveau CD. Rapidement, nous avons compris qu’il manifeste autant de sérieux pour la musique que son éprouvante marche d’un océan à l’autre. La pochette de son album en témoigne de façon éloquente. On parle ici d’une pochette des ligues majeures qui détonne par rapport à celles de bien des artistes de la relève.

Le contenu est encore plus impressionnant. Il est clair que Simon Walls gagne en maturité. Ses textes, écrits en anglais, en témoignent. Sa façon de chanter aussi. Par rapport au CD précédent, il est clair qu’il a beaucoup raffiné son style. On ne sait pas trop comment il s’y prend, mais il s’est donné les moyens de ses ambitions. La production est impeccable, la qualité d’enregistrement aussi.

À quoi ça ressemble? Réponse: à du Jack Jonhson. C’est là une référence pour vous guider sur les influences de Simon Walls. Il a évidemment ses propres idées, ses propres couleurs, ses propres surprises. Sa musique folk est rythmée à souhait. Ça fait du bien en ces temps de grisaille un tantinet déprimants.

On ne sait pas où tout cela va le conduire, mais on espère qu’il ira aussi loin, artistiquement parlant, que cette longue marche qui lui permet de faire découvrir sa musique dans toutes les petites localités où il s’arrête. Il a toute notre admiration. Pour savoir où se procurer cet album, on vous invite à consulter son site Internet à l’adresse suivante: www.simonwalls.com.

Fiche technique

Simon Walls
Étiquette: Simon Walls
Producteur: J.Y. André
Genre: folk, pop, rock - Canada Francais



En ligne le 25 mai 2011
Simon Walls
Klein Blue

Indépendant
Canada – Québec
Note : 8/10

par Aurélie Lanctôt

Après avoir jeté un regard impressionné, le temps d’un portrait, sur Simon Walls, le jeune auteur-compositeur interprète qui s’apprête à compléter sa traversée du Canada à pied, la critique de son second album, Klein Blue, ne saurait être moins positive.

C’est jeudi soir dernier, dans l’intimité de l’Inspecteur Épingle que lancement de l’album aura eu lieu, en toute convivialité. Simon Walls, à peine plus d’une semaine avant son grand départ pour Toronto – le point de départ de la suite de sa tournée pédestre pancanadienne – aura livré une performance des plus généreuses en interprétant l’intégralité de Klein Blue devant la foule enthousiaste massée serré entre les tabourets éparpillés. Difficile de rester de glace devant ces ballades acoustiques d’éternel amoureux; ces ritournelles de pèlerin rêveur.

À mi-chemin entre les rythmes entraînants de Jack Johnson et les refrains aux saveurs folk de Ben Harper, on sent la route et les songes défiler au fil des notes de Simon Walls. Si le musicien ne réinvente pas son genre, les pièces de l’album demeurent tout à fait justes et chargées d’émotions palpables. On devine et ressent aisément dans la musique les méandres affectifs qui ont marqué la méga randonnée qui a inspiré Klein Blue. Véritable trame sonore relatant le voyage de ce dandy bohême, Klein Blue s’inscrit assurément dans la foulée des albums à écouter encore et encore, les soirs d’étés imprégnés de mélancolie.

Myspace - Feu à Volonté


The New Face – and Feet – of the Music Industry
MAY 29
Posted by Jamie-Leigh
Simon Walls



I first met Simon Walls three years ago when I was booking bands to play at the Paradise Restaurant patio on Toronto Island during Wakestock as part of a Rock For Humanity fundraiser. While I was looking for bands to fill the bill we got a press kit in the mail from Simon Walls – a singer/songwriter from Montreal – with a short note and his second EP “Don’t Ask Your Eyes What the End Looks Like”. His music was personal, the riffs catchy and his work ethic inspiring. Simon wanted to play Rock For Humanity shows in Toronto and we thought he was a perfect fit for the Wakestock bill. Simon has a hectic work schedule working at a youth house in Montreal and couldn’t take much time off so he drove overnight from Montreal and napped in his car while he waited to meet up with us at the ferry docks.

Fast forward to the present. Simon is walking across Canada. He’s no stranger to blistered heels; Walls walked over 1000 km across Spain in 2008 and used some of his footage to create the music video for “Things I Will Give Up”. While Simon may have experience in roughing it, nothing could prepare him for his newest venture. Clocking in at just over 9,000 kilometers if he sticks to the route he’s mapped out in advance, Simon’s journey has seen the western tip of the country and will continue all the way east to the ocean. Throughout his walk, Simon documents his journey via updates to the blog on his website, plays shows wherever he can and lets his travels inspire him. When he reached the halfway point of his walk in Toronto, Simon took his newfound inspiration to the studio and will resume his walk across the country on Tuesday with a new record titled “Klein Blue”. (Click on the link to buy).


Despite all of his planning prior to his departure, Simon continues to be surprised with what his walk brings. He couldn’t have anticipated the kindness of strangers he’s met who offer him food, money and sometimes even a place to stay. When he isn’t being hosted by someone he’s just met Simon sleeps in fields, parking lots, forests and campgrounds. He’s been surprised by a pack of coyote’s sniffing and snarling outside of his tent in the middle of the night and has endured sleeping in a field next to a tractor during a massive storm in the prairies. He’s spent lonely nights in his tent (which he carries on his back while he walks) recording new song ideas on his iPhone.

On the final leg of his walk, Simon is looking forward to swimming in the ocean when he reaches St. John’s, Newfoundland in September and meeting all the great people the east coast has to offer. He’s looking forward to walking through Montreal, his hometown, and is hoping to get a big group of people to walk with him there. Simon’s learned a few things from the first 4,800 he’s walked:

I really have to pace myself at first. Take it slow. I’ll have to really work on going slow all the way to Montreal, then I can pick up the pace. One of my goals is to meet more people, try and sleep in more houses as opposed to fields, in my tent.

The music industry certainly isn’t easy to make it into. With it’s future resting precariously in the hands of internet and new media, artists, management and labels are trying to find ways to still make a profit. With emerging artists like Simon, the future is clear. Imagine if all artists worked so hard at their art or traveled such great distances to promote their albums. No tour bus, no rider, no ego and no misplaced sense of entitlement; just pure, inspirational motivation and talent.

Whatever awaits him on the second and final part of his walk across the country, one thing is for sure – Simon will be charming the heart and ears of everyone he meets.

Simon is playing his last show in Toronto at the Cameron House on Monday, May 30, 2011 before he leaves for his walk on Tuesday morning. - Jamie Leigh


An Evening With Simon Walls by Maxime Vallières


One can’t deny the courage of an artist stepping onstage to spill his guts in front of a crowd.

It’s not an easy job.

Victor Cadoret from SCIOfilms and I met up with Simon Walls for an interview and acoustic performance prior to his show at the Grand Théâtre de Québec last Saturday. Jay and I had come up with just a few questions to ask Simon about his numerous travels and the personal issues he faced during his walk across Canada. Our man was more than generous of his time and the interview lasted about triple the amount of time I had initially expected. We’ll post the interview within the next couple of weeks, as well as a video of Walls’ backstage performance of the beautiful song Smell of Blue.

Back to the show – the emotions were overwhelming as Simon Walls slowly made his way to the stage. I couldn’t help but smile as I saw Victor tagging along – a 6'+ cameraman can’t go unnoticed even when he’s dressed in black from head to toe. The dude knows what he’s doing. Arms crossed, smile on my face, I was proud to witness these guys working for one another, each in their respective areas of work. We are lucky to have Simon and Victor onboard the Attic Collective & AtticTV projects.

Now, I’ve seen Simon perform a couple of times in the past few years and what hit me is the guy’s growing confidence – both in his voice and songwriting skills. Five songs in front of a harsh Quebec crowd – which he managed to warm up with no intent to let anyone down. They were all set for Pascale Picard Band’s impressive performance.

I have to admit that I hadn’t listened to Simon Walls’ latest album until Sunday morning when I figured I had to get my hands on the stuff.

If you haven’t bought, hacked, or stolen Klein Blue yet, do so right now.

For those of you who want to spend the evening with one of Quebec’s greatest indie performer, check out the Simon Walls/Pascale Picard Band tour dates right here. - Attic Collective


Vous êtes ici : Home » Spectacles » Musique (spectacles) »

Pascale Picard Band et son spectacle « A Letter To No One » au Grand Théâtre
20 NOVEMBRE 2011 1 H 58 MIN 0 COMMENTAIRE VIEWS: 144
Partager cet article
TWITTERFACEBOOKDELICIOUSDIGGSTUMBLEREDDIT
Auteur:

Marie-Josée Boucher
Tags:
A Letter To No Oneartistes québécoisClaude Ouellet photographeclub sodaGrand Théâtre de QuébecInfo-Culture.bizMarie-Josée Bouchermedia QuébePascale Picard BandSimon Walls

Pascale Picard Band

C’est dans la très belle salle Louis-Fréchette au Grand-Théâtre de Québec que le public de Pascale Picard Band s’est défoulé ce samedi 19 novembre. Pour l’occasion, une piste de danse au parterre a été instaurée afin que les gens puissent danser sur la musique entraînante de ce band dynamique.



Cet artiste québécoise est déjà très populaire au Québec et aussi chez nos cousins français. Ses compositions solides et son jeu de cordes étalant son folk-pop alternatif lui ont déjà procuré 300 000 copies vendues de son premier album (Me, Myself & Us) et 20 000 déjà de son nouvel album (A Letter
To No One) produit par Universal France.



Pour reprendre l’expression des français, « la bombe canadienne » Pascale Picard, notre auteure-compositrice-interprète s’est montrée à la hauteur de ce qualificatif avec toutes les explosions colorées
de ses nombreuses chansons. « Raw, A Letter To No One, Hide and Seek, The Gap » et toutes les autres de son deuxième album (A Letter To No One).



À son premier rappel, elle nous a dit qu’elle avait été approchée pour faire la musique de la série bien connue « Trauma ». On a eu droit entre autre, à une chanson en primeur de cette série.




Pascale Picard Band

Le deuxième rappel, où les applaudissements frôlaient le tremblement de terre, elle a cédée avec plaisir pour une dernière chanson. On a quitté tous très énergisé de cette belle soirée.

Pascale Picard : chant et guitares acoustiques

Simon Pedneault : guitares

Louis Fernandez : guitares électriques et voix

Philippe Morissette : basse et banjo

Marc Chartrain : batterie et percussions

Je me dois également de souligner ce soir particulièrement le bon travail de l’éclairagiste qui nous en a mis plein la vue et même chose pour le maître de son, pour les décibels juste parfait pour nos oreilles. Merci à Mme Lucie Cloutier aux relations de Presse ainsi qu’à toute l’équipe qui a fait de ce spectacle une très belle réussite.



Ne manquez pas Pascale Picard Band pour sa rentrée montréalaise les 24 et 25 novembre au Club Soda. Je vous invite à consulter son site pour sa tournée au Québec.




Simon Walls et votre chroniqueuse

PREMIÈRE PARTIE : Simon Walls, un gars à suivre, (mais pas à pied)

Une belle découverte ce jeune homme de Montréal, seul avec sa guitare qui a décidé de marcher le Canada pour se faire connaître. Un gars qui a du « guts.» On dit de lui qu’il est à mi-chemin entre Ben Harper et Jack Johnson. C’est de la musique pop-folk-rock. Il nous a interprétés cinq chansons de son deuxième album intitulé « Klein Blue ». Voici les titres en question qui ont sûrement été influencés par son long périple du Canada. « Dear Travelers, Beautiful, Down Down Down, Smell
of Blue, It Feels The Same ».

J’ai beaucoup aimé sa musique et j’ai eu la chance de lui parler de son voyage qui m’intriguait.
Il a marché seul pendant deux étés (neuf mois en tout) de Victoria à Terre-Neuve. Chapeau Simon pour ton courage et tes mollets d’aciers. Franchement, je suis très impressionnée.

http://www.pascalepicardband.com/

http://www.youtube.com/watch?v=o5X3BqPr8s0

www.grandtheatre.qc.ca/

http://www.clubsoda.ca/fr/spectacle.php?ids=488

Crédit photos : Claude Ouellet
- Infor-culture.biz



Simon Walls « Klein Blue » un album folk qui s’écoute bien
23 NOVEMBRE 2011 22 H 16 MIN
Partager cet article
TWITTERFACEBOOKDELICIOUSDIGGSTUMBLEREDDIT
Auteur:

Marie-Josée Boucher
Tags:
artiste québécoisfolkInfo-Culture.bizKlein BlueMarie-Josée Bouchermédia QuébecSimon Walls

Simon Walls - Klein Blue

J’ai été séduite par la chaleur musicale de cet artiste à la première partie de Pascale Picard Band au Grand-Théâtre à Québec. C’est son deuxième album que j’ai analysé pour vous. Les douze pièces en anglais s’écoutent merveilleusement bien, une belle harmonie entre chacun des titres. On dit de lui que son style est similaire à Jack Johnson.

Introduction : on entend des bruits de gare, d’autobus ou d’aéroport avec une chanson nous souhaitant Bienvenue sur la route.

Ses chansons nous raconte ses états d’âmes, des titres dédiés aux voyageurs, à la beauté, à l’amour, au sexe, à la terre qui ne tourne pas toujours rond, à notre perception de voir et d’apprécier les choses, aux situations qu’on peut ou on ne peut pas changer, aux personnes qui lui
manquent. Cet opus est comme un très beau roman poétique chanté avec une musique d’une réelle douceur.

Dear travelers (Chanson écrite à Saskatchewan)

Down Down Down

Beautiful

Such A Face (Chanson écrite en Espagne)

Up High

Smell Of Blue

It Feels The Same

Something I Can
Change

Any Day

Life’s Burn-in Time (Chanson écrite à Gaspé)

Heroes Don’t Fly

Heart Beats

Pour faire connaître son album et être plus près des gens, il a eu un projet très particulier et unique, soit marcher le Canada. Ce n’est pas rien. Il a marché seul pendant deux étés (neuf mois en tout) de Victoria à Terre-Neuve. Une moyenne de 40 km par jour et sa plus longue journée 56 km.
Ça c’est ce qu’on appelle faire un vrai Compostelle. Un gars dynamique, en forme qui a l’âge, l’énergie, le courage et la volonté de vivre une vie d’artiste vagabonde. Je l’admire pour ce qu’il est et ce qu’il a fait au nom de la liberté, d’une expérience de vie ou peu importe, pour son « guts ». Je vous invite à lire le lien plus bas sur sa biographie, vous verrez que Simon est une personne
engagée qui gagne à être connu.

Prochains spectacles

24 novembre : Club Soda à Montréal

3 décembre : Sherry Shack à Sherrington

17 décembre : Salle André Mathieu à Laval

Pour les spectacles de 2012, surveillez son site.



http://www.simonwalls.com

http://www.myspace.com/simonwallsmusic

http://www.youtube.com/watch?v=o5X3BqPr8s0

http://www.9evague.com/PagesFR/artistes/simon-walls-bio.html - Info-Culture.biz


Pascale Picard Band au Club Soda

Publié le 25 Novembre 2011

Un compte-rendu de Myriam Courville

Quatre semaines après la sortie du deuxième album du Pascale Picard Band, A Letter To No One, leur tournée québécoise s'est finalement arrêtée au Club Soda pour deux soirs, pour le plus grand bonheur des fans. Cette première médiatique s'est révélée haute en couleurs ; une soirée pleine d'énergie et qui a dû plaire à tous les spectateurs présents.
Sujets : Club Soda , Québec
Tout d'abord, ceux qui aimaient le Pascale Picard Band ne sont pas dépaysés avec ce deuxième album qui nous présente du rock avec des touches de country et de heavy metal. Le spectacle nous montre que l'album doit tout simplement bien s'écouter d'un bout à l'autre sans se poser de questions. Le son reste le même, mais les textes présentent plus de maturité.
Que ce soit sur la scène ou bien à l'écoute de l'album, la voix de Pascale Picard est la même. Sa voix puissante est à la hauteur pour toute la durée de la représentation. Elle est capable de bien jouer de la guitare et de pousser de hautes notes avec sa voix sans difficulté. Cette chanteuse de Québec a une attitude unique en son genre, une énergie créative qui fait qu'on aime l'observer dans tous ses mouvements. Son énergie se décuple dès qu'elle lâche sa guitare, ce qui n'est pas peu dire. Pascale Picard a vraiment son propre style et le son du band leur est propre, ce qui les démarque de ce qui se fait déjà au Québec.
N'oublions justement pas le band qui accompagne Pascale Picard. Les gars sont très présents et apportent un énorme soutien à leur chanteuse. On voit qu'ils ont besoin l'un de l'autre pour produire toute cette énergie. Ils sont une vraie famille et ils veulent que le public se sente intégré.
Pour terminer cette soirée animée, un petit clin d'œil pour l'artiste invité Damien Robitaille qui est venu pousser quelques notes avec le band. De plus, la première partie est occupée par Simon Walls, un jeune artiste extrêmement prometteur selon moi. - Montreal Express


Pascale Picard au sommet de sa forme
Taille du texte
Imprimer
Envoyer



À LIRE AUSSI

Les Cowboys Fringants poussés par le vent
Québec, capitale de la relève
André-Philippe Gagnon: une bête de scène tout en voix
Captivante Karina Gauvin
Jason Bonham: Led Zep dans le sang
SUR LE MÊME THÈME

Grand Théâtre | Pascale Picard | Pascale Picard Band | Rock | Chanteurs
DU MÊME AUTEUR

The Black Keys: droit devant ****
Amy Winehouse: pour une dernière fois **1/2
DVD musicaux: les choix de cadeaux de Nicolas Houle
Musique anglophone: les choix de cadeaux de Nicolas Houle
Bandes dessinées: les choix de cadeaux de Nicolas Houle

Agrandir
Fidèle à elle-même, Picard était un bâton de dynamite sur pattes, jamais à court d'énergie pour entonner ses textes, pour s'adresser à la foule avec humour ou pour danser derrière sa guitare.

PHOTO LE SOLEIL, ERICK LABBÉ


Nicolas Houle
Le Soleil
(Québec) C'était l'heure des retrouvailles entre Pascale Picard et son public de Québec, samedi, au Grand Théâtre. La chanteuse a mis fin à une longue absence scénique avec un concert des plus solides, accueilli par une foule entièrement gagnée à sa cause.

Certes, le Pascale Picard Band effec­tuait sa rentrée dans la ville natale de la leader, mais le groupe n'en était pas à son premier con­cert depuis la parution de A Letter To No One, au printemps. Ça paraissait, d'ailleurs : la trou­pe était synchro, la séquence des chansons efficace, les interprétations senties.

Pour ouvrir la soirée, la brunet­te a jeté son dévolu sur Five Minutes. Un titre nuancé, servi avec un crescendo efficace, réchauffant la foule en même temps que les cinq musiciens. Puis, elle a enchaîné sur le simple Shooting Star. En deux chansons, elle avait mis le public dans sa petite poche d'en arrière. Dès lors, qu'elle sorte l'incontournable Gate 22 ou Our Christmas Song, franchement réussie, l'accueil était invariablement enthousias­te, d'autant qu'el­le était très en voix.

Fidèle à elle-même, Picard était un bâton de dynamite sur pattes, jamais à court d'énergie pour entonner ses tex­tes, pour s'adresser à la foule avec humour ou pour danser derrière sa guitare. Elle a même troqué son instrument fétiche pour un tambourin le temps d'une Hell Is Other People appréciée. Derrière elle, sa section rythmique, composée de Philippe Morissette (basse) et Marc Chartrain (batterie) était un exemple de précision, tandis que les guitaristes Louis Fernandez et Simon Pedneault travaillaient davantage les textures que les riffs mordants, quoiqu'ils se sont laissés aller sur Annoying, en fin de programme.

Intimité relative

C'était la première visite de Picard au Grand Théâtre. Pour l'occasion, on avait eu la bonne idée de retirer les bancs des premières rangées, question de permettre à une portion des fans d'être debout. Toutefois, même s'il y avait environ 900 personnes, on avait l'impression que la vaste salle était passablement aérée. Ce qui a été gagné en qualité de sonorisation a peut-être été per­du en intimité...

Cela n'a quand même pas empêché Picard de répondre spontanément à ceux qui l'interpellaient ou lui lançaient des «on t'aime Pascale». Ni de se faire généreuse, avec deux rappels, pour un total de quatre chansons. Dans le lot, une surprise : Strangers, une reprise des Kinks destinée à la série télé Trauma.

En somme, c'est presque un sans faute que nous a offert le Pascale Picard Band. Vrai que Raw comptait quelques vides ou que The Right Rhyme n'a peut-être pas été sorti au bon moment, mais ce sont là les seuls repro­ches qu'on peut lui adresser. Picard et ses comparses étaient en pleine possession de leurs moyens et ont démontré que, si elle a mis du temps à paraître, la nouvelle cuvée de chansons fonctionne terriblement bien.

Simon Walls

Le Montréalais Simon Walls avait pour mission d'ouvrir le bal. Celui qui a marché d'un bout à l'autre du Canada afin de promouvoir son récent album s'est pointé, sa six cordes en bandoulière, flanqué d'un percussionniste. Walls privilégie une approche acoustique évoquant Jack Jackson. Il a une bonne voix, quoiqu'un chant maniéré, et défend son répertoire avec assurance. Cependant, ses compositions manquent d'originalité et de mélodies fortes. On sent néanmoins le potentiel qui sous-tend sa proposition. - Le Soleil


Retrouvailles chaleureuses
Cédric Bélanger


C’est une Pascale Picard dynamique, sexy, rockeuse et cabotine, qui a renoué, hier, avec son public de la Vieille Capitale. © Benoit Gariépy Ça faisait un bail qu'on n'avait pas vu Pascale Picard sur scène, presque trois ans, et il faut croire que la petite fille de Québec a profité de son absence pour recharger ses batteries à fond parce qu'elle avait de l'énergie à revendre, hier soir, au Grand Théâtre.
Devant environ 900 personnes dispersées dans la salle Louis-Fréchette, dont plusieurs membres de leurs familles et amis, le Pascale Picard Band a lancé sa tournée automnale de belle façon, six mois après la sortie du second album du groupe, A Letter to no One. Les retrouvailles ont été chaleureuses.

Étrenné d'abord sur le circuit du ROSEQ, cet été, le spectacle est déjà bien rodé et met de l'avant une Pascale Picard dynamique et sexy, cabotine quand elle s'adresse à la foule et résolument rockeuse même quand elle met sa guitare de côté pour chanter Hell Is Other People.

Encerclée par ses compères Philippe Morissette (basse), Marc Chartrain (batterie), Louis Fernandez et Simon Pedneault (guitares), Picard a d'abord misé sur ses nouvelles compositions. Très belle ouverture avec 5 Minutes, qui a été suivie de Shooting Star et Hide & Seek, occasion des premières acrobaties vocales de la chanteuse.

« On est le Pascale Picard Band. Merci d'être si nombreux. C'est grand. On va se dégêner. »

Du rock au country

En effet, offrant jusque-là une écoute polie, le public s'est manifesté avec ferveur quand le groupe a déterré Gate 22, extraite de My, Myself and Us, album qui a propulsé Pascale Picard en 2007. Le groupe a joué quatre autres chansons de ce premier album, dont une furieuse livraison de Annoying, placée judicieusement avant le rappel.

Quant au nouvel opus, il y est passé presque au complet. Même si les fans ne sont pas encore familiers avec toutes les pièces, ils ont réagi avec enthousiasme à plusieurs reprises, notamment pour Raw, de même que A Letter to no One et The Gap. L'intérêt est allé en crescendo grâce à un alignement des pièces fignolé et qui a permis au groupe de bien varier les ambiances rock, folk et même country (Nobody's Here to Break Your Heart).

Le groupe a aussi offert une reprise de Strangers, tiré du répertoire des Kinks. La chanson pourrait se retrouver sur l'album de la série télé Trauma, qui sera l'œuvre du Pascale Picard Band.

La mise en scène, sobre, se résumait à l'emploi d'un éclairage parfois dynamique, parfois discret. Curiosité, trois des membres du groupe, dont Pascale Picard, étaient postés sur des tapis.

Un marcheur

Simon Walls, celui qui avait la tâche de réchauffer la place en première partie, est un original. Pour promouvoir son récent album, Klein Blue, il a traversé le Canada à pied, de Victoria à Saint-Jean de Terre-Neuve. Son site Web nous apprend qu'il avait fait le même coup, en Espagne, pour son premier album.

Émule de Jack Johnson, ce Québécois qui chante en anglais a une voix intéressante. Son matériel manque cependant de punch et au bout de deux ou trois chansons, l'attention se perd. - Journal de Québec


L’unique Simon Walls en spectacle à Sherrington le 3 décembre
30 novembre 2011 | Auteur: Jacques Larochelle | Rubrique: Culture |


Simon Walls est très fier de son album Klein Blue.
Simon Walls est tout un phénomène. Le résident de Sherrington est auteur-compositeur-interprète. Il joue de la guitare, du piano, de l’harmonica et du violon, en plus de chanter bien sûr. Et il est son propre gérant.

Mais c’est aussi un globe-trotter qui adore marcher et aller à la rencontre des gens. Il vient de compléter une traversée à pied du Canada, de Victoria à Saint-Jean de Terre-Neuve, une randonnée de quelque 9000 kilomètres, effectuée en 2010 et 2011! Quelques années plus tôt, il a traversé l’Espagne à pied, une affaire de plus de 1000 kilomètres. Accompagné de son éternelle guitare et de sa caméra vidéo, il a chanté partout où il est passé, se faisant ainsi connaître de milliers de personnes. Il a aussi emmagasiné plein d’images inoubliables.

Durant sa randonnée à travers le Canada, il a profité de son passage à Toronto pour finir d’enregistrer son deuxième album « Klein Blue », un disque aux saveurs folk et reggae, qui comprend 13 chansons. Le disque a été extrêmement bien accueilli par la critique qui a souligné la qualité des textes et des musiques ainsi que la qualité sonore de l’enregistrement. Son premier album, lancé en 2007, lui aussi entièrement financé par lui-même, s’intitule « Don’t ask your eyes what the end looks like ». Multi-instrumentiste, Simon avait joué de tous les instruments entendus sur le disque ainsi que les voix d’accompagnement.

Un artiste engagé
Simon aime s’impliquer auprès des jeunes. Il a déjà été professeur de musique pour la « Fondation Tim Horton’s pour les enfants ». Une émission de 30 minutes lui a déjà été consacrée à Musique Plus.
Simon Walls donne aussi des conférences pour les jeunes sur des thèmes comme « L’accomplissement personnel », « Le dépassement de soi », « La poursuite de ses rêves », etc.

Il s’est beaucoup impliqué dans divers organismes comme Free the Children, la Maison des jeunes de Saint-Rémi, le Club des petits-déjeuners du Québec, Katimavik, en tant qu’intervenant, animateur et travailleur de rue.

Spectacles
Le samedi 3 décembre, Simon va se produire avec le groupe Hey Sugar au Sherry Bar de Sherrington. Ce sera un événement à ne pas manquer!

Par la suite, du 17 décembre au 17 mars 2012, il va faire la première partie du groupe Pascale Picard Band, dans une tournée à la grandeur du Québec. La jeune chanteuse fait fureur dans le monde du spectacle avec ses rythmes endiablés. C’est une belle reconnaissance du talent de Simon Walls que ce dernier ait été invité à faire la première partie de Pascale Picard.

Pour une expérience musicale inoubliable, allez à Sherrington le 3 décembre! - Coup d'Oeil


La vie en bleu de Simon Walls

Simon Walls a donné des spectacles d’un bout à l’autre du Canada pour faire la promotion de son nouvel album.(Photo: Courtoisie)

Publié le 10 Décembre 2011
Benoit LeBlanc

Sujets : Espagne , Canada , Terre-Neuve
Avec Klein Blue, Simon Walls signe son second album en carrière. Si un voyage en Espagne avait mené au premier, cette fois, c’est une traversée du Canada à pied qui lui a servi d’inspiration majeure.
L’auteur-compositeur-interprète a répété l’exercice d’un bout à l’autre du pays quand est venu le temps de faire la promotion de Klein Blue, lancé en mai dernier. Il a présenté des spectacles de Saint-John, Terre-Neuve, à Victoria, Colombie-Britannique.
«Je voulais voir le pays dans lequel on vit, raconte-t-il. Aller voir les gens dans leur village, dans leur foyer. J’ai découvert des tas de gens chaleureux. J’ai aussi réalisé que la musique est un excellent moyen de communication en voyage, dont l’intensité me nourrit quand vient le temps de faire un cd.»
Trois exemples
Les imprévus, la solitude et les rencontres fortuites que comportent tout bon périple imprègnent l’écriture du chanteur.
Sur Dear Traveler, la camaraderie des autres voyageurs croisés donne le ton, alors qu’avec Smell of Blue, Simon Walls témoigne de ces moments où l’on réalise qu’on est vraiment loin de tout notre monde, quand les choses tournent moins bien.
«Quand t’es pris au milieu de nulle part, que l’environnement se fait plus intense, tu t’ennuies vraiment et tu commences à trouver que t’es loin de la maison, observe Simon Walls. Mais sur Something I can change, je parle de la générosité de ces gens qui sortent des sentiers battus pour aider les autres.»
Avec Pascale Picard
Simon Walls viendra présenter plusieurs titres de ce nouvel opus le 17 décembre, à la Salle André-Mathieu, en première partie du Pascale Picard Band, dont il suivra la tournée jusqu’en mars 2012.
«J’ai un style aliant folk, reggae, dans un ton très acoustique qui a de bonnes similitudes avec ce que fait Pascale Picard», précise celui qui montera sur scène avec sa guitare, accompagné du percussioniste Jean-Yves André.
Une tournée avec une formation complète devrait suivre au printemps ou à l’été prochain, prévoit Simon Walls.
Simon Walls chantera en première partie du Pascale Picard Band, le 17 décembre, à 20h, à la Salle André-Mathieu (475, boul. de l'Avenir), accompagné du percussionniste Jean-Yves André. Information: 450 667-2040 ou www.simonwalls.com. - Courrier Laval


Pascale Picard Band et Simon Walls : Simplicité et complicité !

Soumis par Fanny Beaulieu-... le 29 novembre, 2011 - 15:05 dans la catégorie Musique Journalisme Montréal

Des tables munies de chaises et répandues un peu partout sur le plancher du Club Soda installaient une ambiance chaleureuse et conviviale.

Simon Walls, qui faisait la première partie de Pascale Picard Band, est entré sur scène confiant vêtu comme à son habitude de son foulard enroulé autour de son cou. Il nous a interprété les chansons de son deuxième album "Klein Blue" dont il a fait la promotion en marchant de Victoria, en Colombie Britannique, jusqu’à Saint-Johns à Terre-Neuve.

La première chanson qu’il a interprétée fut "Dear Travelers", bien reçue par le public qui tapait des mains au son de la musique. Durant l’une de ses interprétations, il a arrêté toute musique superflue pour se concentrer que sur sa voix qui résonnait dans l’écho de la salle au son de sa guitare qui l’accompagnait. Quand il reprit en chantant avec la musique, le tout semblait d’autant plus revigorant. La voix de celui qui l’accompagnait vibrait harmonieusement avec la sienne tout au long de ses chansons.

Il a quitté la scène sur des applaudissements soutenus après avoir entonné "It feels the same" qu’il chanta en duo avec sa propre voix enregistrée contrairement à son habitude où sa voix s’harmonise avec celle d’une de ses amies.

Durant les quelques minutes entre la transition de Simon Walls et Pascale Picard Band, des chansons de Malajube résonnaient au Club Soda ce qui fit en sorte de rester dans la thématique " musique d’ici ", ce qui fut bien apprécié.

Pascale Picard Band entra sur scène et y interpréta "Five Minutes" bien rythmée et entrainante, afin de s’assurer de bien débuter leur spectacle. La voix puissante, juste et franche de Pascale a su faire vibrer la foule et soutenir son attention. La scène était garnie de quelques éléments de décors très simples, ainsi qu’un jeu d’éclairage aux couleurs changeantes qui égayait le tout.

Pascale détient une aisance et un charisme naturel sur scène qui capte l’attention des spectateurs. Les chansons de son dernier album "A letter to no one" étaient à l’honneur sans oublier ses classiques "Gate 22", "A while" et "Smilin’" qui ont su souligner la complicité entre le groupe et le public. Ce dernier a su être participatif tout au long des 19 chansons qui comprenaient 3 rappels. Les gens assis depuis le début de la soirée n’ont pas hésité à se lever et danser lorsque les mélodies comme "the Gap" et "Smilin’ " se sont fait entendre.

Ce qui nous attache chez Pascale est que l’on sent qu’elle est honnête envers sa musique et elle-même. Elle s’amuse sur scène et cet amusement était contagieux pour tous ceux qui étaient présents. Tout en étant très expressive, elle nous transmet ses chansons à cœur ouvert avec une générosité particulière qui lui confère un aspect amical grandement apprécié par ses fans tout comme l’a fait Simon en première partie.

On peut ainsi dire que simplicité et authenticité constituaient les mots d’ordre de tout ce spectacle. « On se reprend n’importe quand », mentionné par Pascale, a été la phrase finale pour conclure cette belle soirée en beauté. Effectivement, avec la symbiose proférée par "Smilin’ "qui a été entonné en chœur par la foule et le groupe, on souhaite vivement revivre cette expérience conviviale!

Vous pouvez consultez ce site pour les dates de shows à venir de Pascale Picard Band :
http://www.pascalepicardband.com/amerique/spectacles.html - Pat White


Simon Walls est un musicien et explorateur qui aime partager sa musique avec les gens qu’il rencontre. Il est même allé jusqu’à traverser le Canada à pieds, afin d’aider sa musique à voyager! On vous présente le deuxième extrait de l’entrevue écrite avec cet artiste, alors qu’il est présentement dans le coin du Nouveau-Brunswick. Pour plus d’informations, lisez la première partie de l’entrevue!
Dans la chanson « Any day », tu t’adresses à ton père, est-ce que ça été dur d’être loin de ta famille et de tes amis ?
On s’habitue et même qu’on apprécie l’éloignement. Je me souviens qu’une partie de la chanson a été composé quand j’étais à Thunder Bay, j’ai eu un appel de la compagnie de disque pour me dire qu’ils ne pourront plus financer mon nouvel album à mon retour, ce qui m’a plutôt mit a terre. Je voyais l’endettement arriver et la deuxième partie de la traversée était en jeu. Finalement après avoir parlé à plusieurs personnes près de moi, ils m’ont décompressé et m’ont tous apporté leur aide à leur façon. Donc, la chanson s’adresse à mon père, mais aussi à ma mère, mes amis et tout le monde dans mon entourage. Même quand je dis God, je ne suis pas très croyant, mais ça évoque plus la signification spirituelle de justement faire confiance à ce qui s’en vient. Foncer et espérer que quelque chose se passe. Après un horaire de débile entre le studio et la job, je suis finalement reparti, mais ça l’a passé proche que je reste chez nous tout l’été, je me considère vraiment chanceux que tout soit entré dans l’ordre de façon très indépendante.
As-tu eu de la visite de proches durant ton voyage ou tu as tout fait seul à pieds ?
Quelques reprises, mon père est venu me rejoindre pour marcher une semaine entre Lake Louise et Calgary, mes chum de Hey Sugar étaient en tournée canadienne pendant que j’étais en Saskatchewan, alors on a trippé ensemble. Mon ami Stevens et mon père sont venus aussi quand j’étais à Sault Ste Marie et j’ai eu d’autres membres de ma famille et des amis qui ont marché avec moi près de Montréal. Sinon, mon frère est présentement avec moi à Fredericton pour faire quelques jours. Des fois c’était dur de communiquer par téléphone, je passais souvent dans des recoins reculés où il n’y avait aucun service, ni maison ni personne pendant quelques jours, mais ça fait partie de la game. Ça rend l’aventure plus intense.
Plusieurs de tes chansons ont été écrites sur la route, est-ce que le fait d’écrire et de composer devenait ta thérapie quand tu te sentais seul ?
Totalement, à force de penser et philosopher toute la journée, arriver le soir, je tiens un journal très détaillé de ce qui ce passe et souvent des brins de paroles commençaient là. Il y avait des temps morts en plein milieu de nulle part où il faut que tu occupes ta tête à quelque chose sinon tu deviens fou, écrire à toujours fait partie de mes occupations depuis des années. J’ai surtout commencé à utiliser l’écriture après avoir lu le livre “The artist’s way” de Julia Cameron, que je recommande fortement à toute personne ayant une démarche artistique quelconque.
Pour toi, c’est quoi le meilleur ingrédient pour réussir une chanson ?
Pour moi, il faut que ça vienne naturellement. J’ai déjà essayé de me forcer à écrire, prendre 3 ou 4 jours de suite à juste faire ça, mais quand l’inspiration ne vient pas, ca ne marche pas. Alors, je commence juste quand j’ai une étincelle et à partir de là, je peux faire que ça jour et nuit. Sinon, je pense qu’une histoire vécue m’aide toujours plus à écrire, ça rend l’écriture fluide, ça permet de vraiment mettre une trame sonore à l’intensité de ce qui est arrivé.
Tu as enregistré et autofinancé ton premier album, où as-tu trouvé tout l’argent nécessaire pour arriver à amasser cette somme ?
Les 2 albums ont été financés de ma poche. J’ai amassé l’argent nécessaire quand je travaillais comme intervenant à la Maison des Jeunes de St-Rémi. Je me sers la ceinture et je coupe mes dépenses au max. À mon appart, je n’avais pas d’internet, une tv qui n’était pas branchée donc pas de câble, un forfait téléphone au minimum. C’est un bel apprentissage au bout du compte. J’ai pu aussi emprunter de l’argent à mon père, j’allais jouer de la musique dans le métro, tous les moyens sont bons. C’est souvent tout le processus d’amasser de l’argent et finalement d’enregistrer qui est trippant. Quand tu regardes le résultat final entre tes mains, souvent tu n’en reviens pas tout ce que tu peux faire pour la musique.
Tu es professeur de musique pour la fondation Tim Hortons, pour toi, qu’est-ce que la musique représente ?
Oui mais plus maintenant, c’était une autre chose que j’ai fait pour payer l’enregistrement. C’était fou la bas, j’ai eu la chance de faire la musique avec des jeunes qui ne savait même pas qu’ils avaient un potentiel fou. Juste ce partage de connaissance était d’une inspiration tellement profonde. Beaucoup des jeunes venaient d’un milieu assez rough et j’essayais d’utiliser la musique envers eux de la même façon qu’elle m’aide à tous les jours. Je faisais des ateliers d’écriture de chanson et des cours de djembé. Donc pour moi, c’est une façon incroyable de s’exprimer, et pas obligé de la commercialiser, c’est vraiment en premier lieu une façon de communiquer, une langue comme une autre.
Qu’est-ce qui t’animes le plus dans le fait de la partager en étant sur la route, ainsi qu’en donnant des cours ? Veux-tu en quelque sorte redonner à la musique ce qu’elle t’a apporté ?
On pourrait dire ca oui. En fait ce que je trouve vraiment trippant, c’est de voir l’éveil, le développement et l’évolution du jeune dans le processus, j’ai l’impression de me voir à travers eux parfois. Et c’est drôle à quel point c’est vraiment un partage, donner des connaissances et t’en faire donner en retour. De plus l’art des jeunes que j’ai rencontré m’en a apprit beaucoup sur la personne que je suis sans qu’ils le sachent.
Et pour finir, quels sont tes prochains projets, vas-tu rester un temps à St-Jean ou tu vas revenir à Montréal pour donner d’autres spectacles cet automne ?… Pas de voyage à l’horizon ?
Je termine ma traversée milieu septembre, et on commence déjà à booker quelques spectacles au Québec et en Ontario pour octobre et novembre. Pour ce qui est des voyages, je garde le prochain projet secret pour l’instant, mais ça va toujours avoir rapport à la musique et cette fois, je ne traverserai pas de pays à pied, j’en ai eu ma dose je pense. Mais ça va être trippant!
Si on veut te rejoindre, on va sur myspace et on peut acheter ton album sur i-tunes est-ce exact ?
Oui, et sur mon site web où il y a aussi un blog et tout le kit, beaucoup plus complet que myspace. - Dans Tes Oreilles par Fanny Beaulieu Cormier


Selon Simon, chaque chanson a une histoire et chaque note, quelque chose à dire. Après la sortie de son premier album, Simon décida de partir en Espagne et de traverser tout le pays d’est en ouest, afin de tourner un vidéoclip. Cette fois-ci, il voulait traverser à pied le Canada en partant de Victoria jusqu’à St-Jean à Terre-Neuve. Il est présentement sur la route dans le coin du Nouveau Brunswick.
D’où te viens cette envie de faire voyager ta musique de façon non-conventionnelle ?
J’ai toujours eu la piqûre des voyages et je pense que dans le fond, la musique pour moi me sert à ouvrir des portes sur l’inconnu. Quand je suis revenu d’Espagne, je voulais vraiment trouver un moyen de combiner les deux, la marche et la musique, dans un seul projet. Quand j’ai présenté l’idée à mon ancienne étiquette de disques et à mon gérant actuel à Toronto, ils m’ont aidé à organiser le tout. Avec des personnes qui me supportaient, j’ai foncé. Et c’est vraiment qu’avec iTunes et CD Baby que je n’avais pas besoin de transporter des cd sur moi, ce qui aurait été impossible.
Est-ce que c’est important pour toi d’entrer directement en contact avec ton public ?
J’ai remarqué qu’en ayant l’approche du voyageur, c’est comme si c’était avoir un statut social égal à tout le monde, tout le monde me parle sans exception, plus que quand je fais de la tournée avec mon auto. J’entre souvent directement dans la vie privée des gens et c’est dans ces moments là qu’on peut vraiment voir la personnalité du monde, autour d’une table avec leur famille à manger la même bouffe qu’eux. Et j’aime surtout entendre les histoires de gens, pourquoi ils habitent là, ce qu’ils font dans la vie, alors oui, le contact est important, c’est souvent là que j’en tire mes inspirations et de nouveaux amis.
Si tu avais à choisir une péripétie qui t’es arrivé durant ton voyage, ça serait laquelle ?
Il y en a beaucoup trop pour dire qu’il y en a une plus importante que l’autre. C’est sûr que la fois où je me suis fait réveillé par des coyotes et des ours qui voulaient ma bouffe m’a marqué, mais sinon, une fois en Ontario, ma tente s’est cassée en plein milieu d’une tempête qui a dégénérée. J’ai du faire du pouce pour revenir à une grande ville et m’en acheté une autre petite tente une place qui m’a coûté 300$, même si mon budget ne me le permettait pas. En essayant de penser à la bouffe que je devrais économiser pour rebalancer mon budget, un gars et sa famille ont traversé la rue en me tapant sur l’épaule, et m’ont donné un total de 210$. La journée d’après un autre me donne 60$ à la condition de lui envoyer un livre si j’en écris un. J’ai apprit à faire confiance à la vie un peu.
Puisque tu as voyagé en Espagne, ton approche était-elle différente en Espagne?
En fait, en Espagne, c’était juste pour le tournage d’un vidéoclip. Je n’ai pas apporté ma guitare, seulement le nécessaire de la traversée avec une caméra vidéo. Mais les gens étaient aussi gentils, même si on ne parlait qu’avec les mains, mon espagnol était plutôt minable, juste assez pour manger, prendre une bière et aller à la toilette. Ça m’a surtout permis de composer des nouvelles chansons qui se trouvent sur le nouvel album Klein Blue.
Sur tes deux albums tu composes ta musique, écris tes textes et joues de tous les instruments qu’on peut y entendre. Cette passion pour la musique a commencé vers quel âge ? Y a-t-il eu un élément déclencheur qui t’as fait soudainement aimé jouer d’un instrument ?
J’ai commencé à 12 ans à jouer de la guitare et j’ai continué avec mes amis pendant l’adolescence et au secondaire, notre prof nous encourageait beaucoup à faire des compositions. Arrivé à 18 ans, j’ai fait Katimavik et c’est surtout là que j’ai prit goût à la composition de chansons. Chanter ce que tes trippes te disent et exprimer les hauts et bas d’être loin de chez moi et des nouvelles rencontres. Bref, c’est encore ca qui me fait tripper, mettre une couleur et une trame sonore sur certains événement que je vois et que je vis.
Tu as terminé l’enregistrement de ton deuxième album à Toronto. Sur ton myspace, on peut y lire que tu as été grandement influencé par tes rencontres à pied. Pourrais-tu nous en donner quelques exemples ?
En fait, l’enregistrement s’est fait à Montréal au Studio Parc, avec le réalisateur JY André, petite plug ! Je suis revenu à Montréal pour l’hiver et il fallait qu’un album sorte avant la deuxième partie. Dear Travelers en est l’exemple pure, en voyageant, tu rencontres souvent des voyageurs, de toutes sortes. Certains vraiment inspirant et d’autres qui ont complètement sautés une coche. « Smell of blue » parle plus de la solitude et de l’intensité du voyage d’une certaine façon, elle a été écrite entre Regina et Winnipeg, ça donne une idée. Souvent ce ne sont pas les personnes, mais plutôt tout ce que le voyage apporte et implique dans une vie.
La chanson « Dear travellers », leur rendrait-elle en quelque sorte hommage ?
Exact, je me souviens même d’avoir commencé à l’écrire quand je voyais des gens en bicycle et leur grosses sacoches me dépasser et ne pas s’arrêter pour parler, trop préoccupé à faire du millage et leur performance à toujours aller plus loin. Je me disais comment ils pouvaient manquer des choses et que le voyage perd tout son sens quand on ne considère plus ce qui nous entoure. Même chose quand nous sommes chez nous dans le fond, mais c’est juste ma façon à moi de voir le voyage, chacun sa manière de se sentir confortable.
Revenons maintenant à ton dernier album justement « Klein Blue » qui soit dit en passant est très bien réalisé. Tu abordes l’amour sur plusieurs formes. As-tu une muse qui t’inspire et si oui, est-ce qu’elle t’accompagne en voyage ?
Haha j’ai eu plusieurs muses au courant des années, disons le comme ça. J’ai écrit « Such a face » dans un petit village de l’Espagne, c’est surtout une hymne à une personne que l’on met sur un pied d’estal, notre personne idéale. Mais souvent, on fabule tellement pour se rendre compte que la personne est tellement loin de ce qu’on pensait, ce qui a été finalement le cas quand je suis revenu. J’ai l’âme plutôt solitaire disons et je n’ai pas rencontré personne qui était prêt à faire ce genre de trip, et c’est totalement correct. C’est vrai que je parle beaucoup d’amour, et il n’y a pas très longtemps, mon réalisateur m’a même fait remarquer que le thème de la souffrance revient souvent, même si la musique est joyeuse. Peut-être qu’une muse se joindra à de futurs projets un peu fou comme celui-ci, qui sait ! Ça l’air qu’il faut faire confiance à la vie et continuer à faire ce qu’on a toujours rêvé, le reste devrait suivre naturellement.
Pour la suite, ça va aller à vendredi ! C’est le cadeau de la fin pour la fin de semaine ! - Dans Tes Oreilles par Fanny Beaulieu Cormier


SIMON WALLS IS SITTING in the middle of the Saskatchewan prairies, knife in hand, as coyotes sniff at his tent. After 20 minutes, they scamper off and Walls (above) thanks his raunchy odour: the smell of a man who has walked more than 1,500 kilometres in about two months.

Over two summers, the Montréal musician will reach greater extremes of both distance and stench as he continues a gig-to-gig trek from Victoria to St John’s. Canada’s size seems to invite this kind of feat. Walls is promoting his music and looking for adventure; other marathon walkers in this country and beyond set forth for a range of reasons.

• 1921: Long before the Trans-Canada Highway paved the way, three teams raced from Halifax to Vancouver, fending off wolves and meeting Prime Ministers with equal temerity.

• 1974: German director Werner Herzog walked from Munich to Paris in a romantic if slightly incomprehensible bid to save dying friend, film critic Lotte Eisner.

• 1998-1999: To draw attention to wildlife conservation in the Rockies, a team led by Canadian Geographic contributor Karsten Heuer walked and paddled 3,400 kilometres up the mountain range.

• 2001-2004: Over three years, French newlyweds Alexandre and Sonia Poussin walked 14,000 kilometres across Africa. They contracted malaria, were almost killed by lions and got pregnant — just like any other honeymoon. - Canadian Geographic


link: http://www.groupelamachine.com/Graalrecords/artistes/SimonWalls/articles/L%27Entracte_juillet2009.pdf - L'Entract


Published: April 12, 2010 3:00 PM
An up-and-coming musician is hitting the road for a cross-Canada tour – by foot.
Simon Walls, a singer songwriter from Montreal, begins his journey in Victoria and plans to walk to Nanaimo and the rest of the country.
Planning for the epic journey began more than a year ago. Walls departs from Victoria Monday (April 19). “I’m really excited,” he said. It’s not the first cross-country trip Walls walked. In 2008 he traversed Spain, more than 1,000 kilometres, by foot, playing music the entire way. It was that journey which led to the inspiration for this journey across the third largest country in the world.
Walls will be carrying a 16-kilogram backpack, plus his guitar. “It’s a small one,” he quipped.
He plans to walk 27 km a day, for six days a week. Each day he will be walking from five to seven hours, with a budget of $30 a day for expenses, including accommodation. If anyone has a spare couch, he’s willing to sleep on it.
Walls picked up the guitar at age 12 and has been playing ever since. The music teacher worked with the Tim Hortons Children’s Foundation and a youth house in Quebec, introducing children to music.
He toured Ontario and Quebec, promoting his self-financed album don’t ask your eyes what the end looks like.
During the cross-Canada tour, he has a few dates booked at major centres. For any towns he stops in without shows, he’ll simply busk on the streets. His schedule has him in Nanaimo for April 22 or 23. Walls will be blogging about his experience as often as possible.
For information, please visit www.simonwalls.com.
arts@nanaimobulletin.com - Nanaimo News


PUBLICATION: PunkMeUp.com
BY: Julien
STYLE: Acoustic
REVIEW: Directly from Sherrington, Quebec, Simon Walls is a young author/songwriter/performer who offers his first full length album called “Don't ask your eyes what the end looks like”. The first thing that shook me is the quality of the recording. Once again, this is the perfect exemple of a musicien from Quebec who knows how to give a professional sound to his CD. We can only applause the result and congratulate him for the emotion brought to the songs. We can feel right away that Simon has guts and the music proposed comes right to our hearts because we can feel that he is trying to reach us when we listen. On the music side, we got some acoustic music (and sometimes with some piano) that let us think about our good friends “Confessional” and “Sundowner”. It's relaxing, well produced, well written and well performed, so what else can we ask for? I am certain that songs like “Above everything else”, “I'll leave them behind” and “Things I will give up” will make the road to success, so it's almost sure that you will hear about Simon in a very near future..
FOR FANS OF: Dashboard Confessional, Sundowner, Federal
RATING: To buy within the next month
- Punk Me Up


When I had the offer to meet up and interview the French Canadian free spirit that is Simon Walls, I couldn’t pass it up.

I met up with him at the Cameron House last Friday to have a pint and discuss his nomadic life. Since the 2007 release of his debut album, Don’t Ask Your Eyes What The End Looks Like, he’s been travelling to and fro, to explore not only the world but himself as well. Something I can easily relate to.

The 24-year-old Montrealer began a 9,000 km walk across Canada – from Victoria B.C. to St. John’s N.L. on foot. Yes, Walls has been walking the whole way, currently taking a winter break before moving on east. He calls it the You Can’t Measure Your Own Heart Tour.

“I got the count this morning. I’m at 4,860 [km]” he says, laughing at my silly comment about how he probably carries around a Kellogg’s Step Counter from a cereal box.

As most people our age continue to rot in a selfish Generation-Me, Walls is amazed at the generosity of the locals he has met along the way.

“Every day you got people stopping to give you water, lunch, cooking a barbeque for you at night, giving you money!” he says with a big smile hidden in his thick beard.

I asked him if there was any one specific act of kindness that sticks out to him. He takes a quick sip of his beer and recalls the night he endured a heavy storm in the small town of Kenora, Ontario.

“My tent broke, so I’m all wet and had to get back to a major city to get a new tent... I walk down a street a little mad, and a random dude just came up to me and gave me $50.” He continues to sing praise of this one giving individual, claiming he was given more money when they met again. Together, we lament at the lack of generosity amongst strangers here in the city.

Meeting with such genuine, inspirational people across Canada has lead Walls to pen some personal songs and excel in his song writing abilities. To me, he’s both a songwriter and a storyteller.

“All the songs are pretty much songs about travel. Most of them I wrote when I was in Spain or when I was walking across Canada. I tell lots of stories about people I meet,“ he says. His video for “Things I Will Give Up” was independently filmed during his exploration of Spain.

“Being by yourself is the main challenge,” he says.

He tells me he did prepare months before his excursion by going on day-long walks each week before succumbing to minor injuries.

“I knew Canada was really good but not that good. It makes you proud that this is your country,” he says when I label him patriotic.

It’s been 3 years since his album was released. Walls tells me he’s back recording his new album in the winter in his hometown, then coming back to Toronto to promote the album and finish his walking tour.

Walls appears as one that has his heart and soul set on music. It’s his fuel, his refuge. He tells me his experience with Katimavik, a Canadian youth volunteer program, when he was 18 inspired him to be a grab a guitar and write songs, even when everyone around him was pressuring him to be a dentist or lawyer.

“On the road I’ve been listening to a lot of CBC podcasts. I learned Spanish too which is pretty sweet,” says the newly trilingual.

Walls loves reading and writing in his native tongue, French, but don’t expect him to sing any songs in the language. Walls only started speaking English six years ago, and he’s more comfortable singing in that language.

As the jazz band sets up inside The Cameron House and our pints are looking more half empty than half full, he wraps up the warm conversation by giving me the inside scoop on his musical itinerary; homecoming shows in Montreal as well as a future show with Gentleman Husbands – a favourite of mine – but he’s still planning that one out.

I shook his hand and left the bar feeling invigorated. If we can just see half the beauty of Canada that Simon Walls has seen this year alone, we’d be so lucky. - Sticky Magazine


Discography

Troubadour des temps modernes (Book) 2012
Tour across Canada on foot (Documentary) 2012
Klein Blue - 2011
Down Down Down (single) - 2010
Don't Ask Your Eyes What the End Looks Like- 2007
What should I do (EP) - 2006

Photos

Bio

Musician, multi-instrumentalist, travel-writer, documentarist, adventurer. It is difficult to provide a single label for the work of Simon Walls. Since 2007, Simon has successfully managed to blend the sounds, the pictures and the stories of his travels to his music.

After releasing his first album “Don’t Ask Your Eyes What The End Looks Like” to critical acclaim in 2007 , Simon traveled to Spain with the goal of crossing the country from east to west using only his feet to navigate the 1,050 km between the French border and the Atlantic Ocean. Along the way Simon filmed the music video for his single “Things I Will Give Up”. With his unique brand of folk-rock and Reggae, his new album “Klein Blue” is largely influenced by the people he met on his walk across Canada and will make you travel with him as far as he did.

Simon has been sharing his music for the past 7 years with intensity on the roads of America. As an emerging artist on the Canadian musical scene, Simon is also the writer of the book "Troubadour des temps modernes", the producer of a documentary, he has opened for the Pascale Picard Band on the biggest stages across Quebec, performed for Canada Day in Ottawa and is touring constantly across America.