Solo Montana
Gig Seeker Pro

Solo Montana

Montréal, Quebec, Canada | Established. Jan 01, 2000

Montréal, Quebec, Canada
Established on Jan, 2000
Solo Hip Hop World

Calendar

This band has not uploaded any videos
This band has not uploaded any videos

Music

Press


"coast2coast mag 40"

Death threats did not silence rapper Solo Montana
In 2008, the young Algerian rapper Solo Montana stopped performing, left Algeria and took refuge in Canada after he had received death threats against his family in the end of 2007 because of his song-writing.
Solo Montana also suffered several incidents of harassment following his outspokeness and daring to criticize the power in place and to condemn injustice, corruption and despotism.

Three years later now, news come from Montreal that on 15 September 2011, Solo Montana will return to stage as a rap artist and performer at a high profile concert in the Canadian metropol.

In December 2010, five young Algerian dancers from the National Ballet also requested political asylum in Canada. - coast2coastmixtapes


"Le rappeur Algérien Solo Montana"

Le rappeur Algérien Solo Montana est de retour sur scène. Exilé au Canada ces dernières années après avoir subi plusieurs tentatives d’agressions et des menaces de mort suite à ses chansons très critiques vis-à-vis des autorités militaires et politiques en Algérie, Solo reprend son flambeau de rappeur combattant et engagé et animera un concert le 15 septembre prochain à Montréal au théâtre Tellus. Plusieurs autres artistes Canadiens et Français participeront aussi à ce méga concert, a appris également Algérie-Focus. On peut citer à titre d’exemple le célèbre rappeur Français d’origine Algérienne “L’Algerino”.
Pour rappel, L’Algerino a fait ses débuts sur la scène marseillaise où il a rencontré Akhenaton en 2003. Il a également collaboré avec Soprano, Shurik’N et les Psy 4 de la rime. Quant à Solo Montana, il est parmi les fondateurs de la 1ère association de rap et hip-hop en Algérie : peace and love. Solo s’est battu longtemps en Algérie pour promouvoir la musique Rap en animant divers concerts au moment où l’Algérie vivait un contexte politique tendu et violent.
Au début des années 2000, il décide de s’attaquer aux milieux politiques en dénonçant leur corruption. Ses chansons commencent à lui attirer des ennuis et des menaces de mort à l’encontre de sa famille surgissent à la fin de l’année 2007. Une année plus tard, en 2008, il décide de quitter l’Algérie et se réfugie au Canada. Invité au congrès mondial des jeunes au Québec, il a réussi à se faire remarquer avec un show et une conférence de presse où il déballe tout ce qu’il a sur le cœur. Aujourd’hui, son nouvel album, “Solo Montana Is back”, est en vente dans le marché au Canada. Après ce méga Concert, Solo Montana n’a qu’un seul rêve : faire une tournée en Algérie. Mais le laissera-t-on chanter et s’exprimer librement dans son pays ?
- See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2011/08/le-rappeur-algerien-solo-montana-rompt-le-silence-et-revient-sur-scene/#sthash.eoluwUX5.dpuf - algerie-focus


"LA VICTOIRE le nouveau prochain album de Solo Montana"

Le rappeur Solo Montana d'origine algérien qui réside en ce moment au canada a la ville de Montréal il enchaîne directement pour son prochain album intitulé LA VICTOIRE qui rassemble des collaborations internationale avec des artiste de New York Montréal Marseille et L’Algérie, solo Montana a décidé de faire cette album dans studio planet a Montréal et studio Allrounda a New York des studios reconnu par les passages des grand artistes tell que Rihanna, corneille, Céline Dion ...., ont N'oublier pas que solo Montana a déjà produit 4 albums entre L’Algérie, la Tunisie, la France et canada et son dernier c'était IAM BACK, qui est disponible sur les distributions digital tell que iTunes, dans ce nouvelle album LA VICTOIRE ont trouve une grands variété de style musicaux et de productions, le manager de solo Montana déclare que la sortie de cette album et prévu pour l'été 2012 en attendant de finir les contrat avec les artistes qui vont collaboré dans ce projet - scoop.it


"Belkacem Benchohra alias Solo (Rapeur)"

Le rap est la poésie de la rue. » C'est par ce raccourci que le jeune Belkacem Benchohra, alias Solo, se livre sans détour aux lecteurs d'El Watan. Rencontré dans sa ville natale, Mostaganem, où il séjourne actuellement en attendant la sortie imminente de son prochain album, cet écorché vif dissimule mal une très profonde sensibilité. Ayant connu la gloire et l'exil au pays de Ben Ali, il en revient plus décidé que jamais pour casser la baraque. Mais cette fois-ci, à partir de l'Algérie. Retour sur un parcours atypique et gros frissons en attendant le prochain album qui sera « 100% politique ».
Comment un milieu conservateur a-t-il accueilli votre conversion au rap ?
A mes débuts, en dehors de mon défunt père et de ma famille, c'était un véritable cataclysme autour de moi. Mais la plus grosse déception est venue de la direction de la culture de l'époque (1998). Ayant demandé à participer aux différentes manifestations culturelles, je reçois un niet catégorique de la part de ce directeur qui ira jusqu'à me refuser une symbolique subvention ministérielle. J'ai tout de même réussi à organiser, dans une quasi-clandestinité, le premier festival rap de l'ouest algérien.
Pourquoi ce nom Solo ?
En réalité je ne travaille seul que mes textes. Pour tout le reste je suis très ouvert au travail de groupe. J'ai d'ailleurs débuté ma carrière en formant mon propre groupe ou en travaillant avec des groupes déjà présents sur la scène, à l'image de MBS, NJA ou SDP dont j'étais l'initiateur. Ce n'est qu'une fois à Alger, après le départ de MBS en France que j'ai choisi ma propre voix avec Solo comme nom d'artiste. Actuellement, mes frères Samir dit NGA (21 ans) et Billal, alias Billal MC, âgé d'à peine 11 ans, m'ont rejoint afin d'assurer la relève. Désormais, le groupe s'appellera All Style.
Déjà la relève alors que vous n'avez que 26 ans…
Dans le domaine de la chanson engagée, tout est possible. Je ne vous cache pas que j'appréhende énormément la sortie de mon prochain album. Car il parle des choses de l'underground du système. Des vérités que le peuple algérien ne connaît pas et qu'il sera stupéfait d'entendre. Au niveau de l'ONDA, certains titres pourraient être censurés en raison de la teneur de certains textes. Il est d'ailleurs curieux de constater que des morceaux de raï, qui ne véhiculent que de la vulgarité, ne froissent nullement ces censeurs de l'ombre, alors que mes textes risquent de passer à la trappe.
Pourquoi ne pas faire de textes consensuels ?
Ça ne correspond nullement à l'idée que je me fais de l'artiste et de l'intellectuel. Surtout dans le monde du rap où il serait incongru de parler un langage aseptisé. Le public n'est pas dupe. Tout le monde aura remarqué l'alignement de certains chanteurs sur les thèses officielles. Pour eux, — je le déplore amèrement pour mes collègues — la chute sera terrible et ce ne sera que justice, car ce genre musical est né dans les quartiers où la misère trône à coté de la drogue, l'alcool et de toutes les autres déviations humaines. Comment rester insensible aux fléaux sociaux qui nous envahissent avec ostentation ?
A ce rythme, vous risquez d'avoir des ennuis…
Durant deux années et demie passées en Tunisie, j'ai pu apprécier le sens de l'hospitalité de la police tunisienne. C'est peu dire que d'affirmer que chez ce voisin, la liberté d'expression est totalement confisquée par le système. Ce sont les tunisiens eux-mêmes qui nous envient notre franc-parler et notre presse indépendante. C'est très curieux pour un jeune algérien de s'entendre dire à chaque coin de rue, au détour du moindre concert, que de tunisiens moyens souhaitent vivre en Algérie. Uniquement pour la liberté d'expression que tout le monde nous envie. C'est pourquoi, j'ai de suite bénéficié d'un véritable courant de sympathie qui se muera très rapidement en véritable consécration. Mon éditeur et quelques amis me feront rapidement savoir que si je voulais faire carrière, il fallait que j'évite de parler de la politique du régime. J'ai résisté pendant un certains temps mais le succès aidant, un soir que je chantais à Hammamet, je me suis laissé entraîner par mes vieux démons. A la fin du concert, alors que je n'avais pas encore quitté ma loge, je reçois la visite de la police tunisienne. Après un long interrogatoire, je suis relâché, non sans avoir signé un engagement de ne plus aborder les problèmes qui dérangent. Mes interlocuteurs m'avaient suggéré de ne parler que des maux sociaux drogue, alcool et de faire un peu le moraliste.
N'y a-t-il pas une autre alternative ?
En fait j'ai deux alternatives : aller en France et reprendre contact avec des groupes comme le marseillais Iam et produire là-bas. Mais je sais d'avance que ce ne sera pas une sinécure. Lorsque j'étais plus jeune, je rêvais de visiter l'Italie. Mais une fois sur place, ce rêve s'est transformé en un véritable cauchemar. J'ai alors compris que quelle que soit votre statut, vous êtes toujours considéré comme un étranger. C'était évident pour la France, ça l'est également pour l'Italie ou pour tout autre pays. C'est pourquoi ma préférence va à la seconde alternative, celle de rester ici et de prendre le risque de déranger en dénonçant toutes les dérives.
Pourquoi cet entêtement qui peut paraître suicidaire ?
Plutôt que d'aller en France, produire des albums, accepter qu'ils soient distribués sous le manteau dans son propre pays, je préfère prendre le risque ici. Tout en sachant que j'ai derrière moi des personnes qui ne me laisseront pas tomber si j'ai des ennuis avec le pouvoir.
Encore faut-il que ces appuis soient solides…
En réalité j'ai confiance en la presse libre de mon pays qui ne me laissera pas tomber. Dans le cas où un malheur m'arrivait, je suis prêt à l'accepter sachant que l'information ne pourra pas passer sous silence. Je fais confiance à mes amis journalistes qui ont fait preuve de beaucoup de courage. Si je venais à disparaître, je suis persuadé que mes amis ne se tairont pas.
A vous entendre, la Tunisie serait un moindre mal. Pourtant, à vous en croire, les tunisiens ne partagent pas cet avis…
En Algérie, la liberté d'expression et la démocratie existent mais elles sont limitées. Chez nous, en vérité, « ils n'ont pas osé » (Hachmou hada ma kane). Au Maroc, ils ont la royauté, en Tunisie, ils ont la république tunisienne et en Algérie, ils n'ont pas osé retirer « démocratique et populaire ». c'est tout !
Que mettre à la place ?
Imbratoria (empire) (éclats de rires) Djazaïria. Un point, c'est tout !
C'est le titre de votre prochain album ?
Inchallah ! - djazairess.com


Discography

Still working on that hot first release.

Photos

Feeling a bit camera shy

Bio

As a committed hip-hop artist and writer, Algerian artist from canada Solo Montana has worked on his craft for years. He began taking a career in the music industry seriously at 14 years old which is the same time he joined his first group MIA (Made In Algeria) under the name SOLO.


Determined to promote the rap in his country as another form of expression, Montana used his network full of collaborations with other artists to help spread his message. He went on to join the NDR (National Democratic Rally) political party where he moved himself up to the position of vice-president.

In 2001, he left the political community because of corruption and found his way back to his love of making music. Since then, he has performed on stages in several countries, released projects and even created an international festival of rap and hip-hop. 

In 2008, he decided to leave his country because of the pressures and threats with his political involvement and his lyrics. He was invited to the World Youth Congress in the Quebec, Canada. After the event, he decided to seek political asylum there.

in 2010 he produced his 3rd album in Canada with badaboom, in 2010 he produced his 3rd album in Canada with badaboom, and in 2011 he returned to the studio planet, one of the best studio in north america to launch its project victory this project and Colaborations with international artists and producers in June 2013 he released his album internationally walk with Colaborations of Coast2Coast

Band Members