SuperFudgeChunk
Gig Seeker Pro

SuperFudgeChunk

Saint-Étienne, Rhône-Alpes, France | INDIE

Saint-Étienne, Rhône-Alpes, France | INDIE
Band Rock EDM

Calendar

Music

Press


"SuperFudgeChunk: "The First And The Last""

Super Fudge Chunk est un groupe de Saint-Etienne qui regroupe en son girond trois frangins. Ils auraient limite pu s'appeler les frères Thomas. Il s'agit d'un trio : un batteur, un bassiste, qui, de temps en temps, troque son instrument contre des machines électro, et un guitariste chanteur. Le groupe existe depuis un peu plus de 5 ans. Ils ont d'abord sorti “zoanthropy”, un EP très prometteur aux influences plutôt metal/rock, puis ont enregistré un premier album : “Raising From Ashes” plus mature et personnel avec, cette fois, un genre plus pop et une tendance électro qui se confirmera par la suite. La formation disparait un peu de l'actu underground française pour tenter sa chance chez nos voisins anglais. Et c'est forts de cette expérience qu'ils nous reviennent et sortent leur nouvel album.

Au premier abord, il n'est pas forcément facile de se plonger dans le rock des stéphanois tant il est riche. Mais c'est justement là que réside tout l'intérêt : “The First and The Last” est le genre de disque que l'on prend plaisir à écouter et réécouter car il est possible d'y découvrir des choses quasiment à chaque fois, si l'on tend bien l'oreille. Au petit jeu des références, on pourra noter des idées que l'on rapprochera de la pop de Muse sur certains titres, certainement pour le côté électro, mais on pourra aussi y voir un peu de Radiohead sur les passages plus calmes ou des groupes rock un peu plus rêches des années 90 lorsque ça s'énerve un peu. Voilà donc un panel très large qui peut perdre l'auditeur ou le ravir suivant ce qu'il est venu chercher.

L'album a été réalisé en interne. Il n'a pas bénéficié d'une tête connue pour sa production et l'on peut saluer le savoir-faire de Jonathan qui s'y est collé. En effet, la prod reste sans reproche, ça sonne comme ça doit : un vrai bonheur. Tout est là pour mettre en valeur le moindre arrangement, et il y en a ! Les mélodies sortent un peu des canons commerciaux, on peut le vérifier sur un titre comme “Heal” qui reste en tête sans se perdre dans du déjà entendu. Certains titres sont plus immédiats que d'autres, mais tous méritent leur place, il n'y a pas de remplissage ou de temps mort. Super Fudge Shunk confirment donc tout le bien qu'on a pensé d'eux lorsqu'on les a découverts sur scène lors d'un concours qu'ils ont gagné, organisé par le Hard Rock Café. Cet album est à découvrir de toute urgence pour tous ceux qui aiment le rock diversifié.
- ultrarock


"Chronique EP / The first... short stories"

Depuis un peu plus de 5 ans et Raising from ashes les Super Fudge Chunk étaient un peu sortis de nos écrans radars... Ils sont allés draguer en Angleterre (et ont pour cela sorti l'EP The fall of Babylon en 2008) mais c'est bien sur notre territoire qu'ils préparent leur retour : l'album The first and the last étant prévu pour les semaines à venir (fin mars si tout va bien). Histoire de refaire parler d'eux en amont, ils proposent un EP un peu particulier parce qu'il comprend 3 titres qui seront sur l'album dans des versions "short radio edit", un quatrième en version "acoustic mix" et un dernier remixer option "dance together". Cette déclinaison du LP intitulée The first... short stories reprend ses belles couleurs et permet de nous faire patienter ou plutôt saliver...
Alors même si on prendra certainement plus de plaisir à écouter les versions retravaillées en connaissant les titres originaux, "Blood red sky" en acoustique est très accrocheur grâce à la chaleur dégagée par la guitare et les sons environnants. Le bidouillé pour les dance-floors "Together we cry" est plus qu'intéressant car ce n'est pas un simple remix avec du "boum boum" bonus, il y a un gros travail sur les sons électroniques et c'est un plaisir de découvrir le morceau comme cela... Il faut certainement féliciter Jonathan pour cela car c'est lui qui en plus de son travail de musicien, compositeur, chanteur s'est également chargé d'enregistrer, mixer et produire les galettes ! Les trois premiers morceaux sont moins retouchés, ils sont présentés en format "short radio edit" et donc certainement écourtés. On a quand même bien le temps de profiter des ambiances qui oscillent entre Faith No More (effets, bidouillages) et Filter (attaques du rythme, clarté du chant, impact des mélodies) avec pour moi un titre qui se détache du lot en l'occurrence "The sky is open" tout simplement rendu fabuleux par une construction qui permet au chant comme aux instruments de se mettre en valeur avec une grande pureté (ce qui me rappelle les grandes heures de Title of record).
Te voilà prévenu, Super Fudge Chunk est de retour et il y a fort à parier que The first and the last nous impressionnera encore, en tout cas, c'est ce que laisse penser cet EP éclaireur...
Oli
Mars 2012 - Oli W-fenec


"Chronique EP / The first... short stories"

Depuis un peu plus de 5 ans et Raising from ashes les Super Fudge Chunk étaient un peu sortis de nos écrans radars... Ils sont allés draguer en Angleterre (et ont pour cela sorti l'EP The fall of Babylon en 2008) mais c'est bien sur notre territoire qu'ils préparent leur retour : l'album The first and the last étant prévu pour les semaines à venir (fin mars si tout va bien). Histoire de refaire parler d'eux en amont, ils proposent un EP un peu particulier parce qu'il comprend 3 titres qui seront sur l'album dans des versions "short radio edit", un quatrième en version "acoustic mix" et un dernier remixer option "dance together". Cette déclinaison du LP intitulée The first... short stories reprend ses belles couleurs et permet de nous faire patienter ou plutôt saliver...
Alors même si on prendra certainement plus de plaisir à écouter les versions retravaillées en connaissant les titres originaux, "Blood red sky" en acoustique est très accrocheur grâce à la chaleur dégagée par la guitare et les sons environnants. Le bidouillé pour les dance-floors "Together we cry" est plus qu'intéressant car ce n'est pas un simple remix avec du "boum boum" bonus, il y a un gros travail sur les sons électroniques et c'est un plaisir de découvrir le morceau comme cela... Il faut certainement féliciter Jonathan pour cela car c'est lui qui en plus de son travail de musicien, compositeur, chanteur s'est également chargé d'enregistrer, mixer et produire les galettes ! Les trois premiers morceaux sont moins retouchés, ils sont présentés en format "short radio edit" et donc certainement écourtés. On a quand même bien le temps de profiter des ambiances qui oscillent entre Faith No More (effets, bidouillages) et Filter (attaques du rythme, clarté du chant, impact des mélodies) avec pour moi un titre qui se détache du lot en l'occurrence "The sky is open" tout simplement rendu fabuleux par une construction qui permet au chant comme aux instruments de se mettre en valeur avec une grande pureté (ce qui me rappelle les grandes heures de Title of record).
Te voilà prévenu, Super Fudge Chunk est de retour et il y a fort à parier que The first and the last nous impressionnera encore, en tout cas, c'est ce que laisse penser cet EP éclaireur...
Oli
Mars 2012 - Oli W-fenec


""Hard Rock Rising", la finale"

En ce mois de mars 2012, j'ai eu l'honneur de faire partie du jury d'un concours/tremplin rock : le "Hard Rock Rising - Battle of the bands" organisé par le Hard Rock café Paris.
3 soirées, 3 groupes par soir, et une finale avec un groupe gagnant qui participera avec les 85 autres groupes gagnants des hard Rock café du monde à la finale pour faire la 1ere partie de Bruce Springsteen à Hyde Park cet été lors du Hard Rock Calling Festival à Londres.

Cette année, étaient en finale : les Consolers of the Lonley (Paris), Ashes Warriors (région parisienne) et Super Fudge Chunk (St Etienne).



J'étais entouré d'une belle brochette de spécialistes et membres influents de l'univers rock français : Arnaud Delbarre (Président Directeur Général de l’Olympia), Xavier Bonnet (Journaliste à Rolling Stone), Lionel Girardon (Directeur Marketing de Fender), Nicolas Le Bouëdec (Responsable Marketing Gérard Drouot Productions), Olivier Bas (Directeur Artistique « CD’aujourd’hui »), Karine Sancho (Attaché de presse Roadrunner/Warner), Yazid Manou (Attaché de presse musique) et Julien (Animateur sur Ouï FM).
(...)

Enfin Super Fudge Chunk et leur post-pop, new wave, à la fois indus et Rock. De loin le groupe le plus original et le plus 'en place'.
Mais, la musique ce n'est pas une compétition...
Super Fudge Chunk a gagné (enfin remporté le plus de faveurs du jury), et la soirée fut vraiment sympa, avec une excellente ambiance. Bravo aux 3 groupes ! - Spark


""Hard Rock Rising", la finale"

En ce mois de mars 2012, j'ai eu l'honneur de faire partie du jury d'un concours/tremplin rock : le "Hard Rock Rising - Battle of the bands" organisé par le Hard Rock café Paris.
3 soirées, 3 groupes par soir, et une finale avec un groupe gagnant qui participera avec les 85 autres groupes gagnants des hard Rock café du monde à la finale pour faire la 1ere partie de Bruce Springsteen à Hyde Park cet été lors du Hard Rock Calling Festival à Londres.

Cette année, étaient en finale : les Consolers of the Lonley (Paris), Ashes Warriors (région parisienne) et Super Fudge Chunk (St Etienne).



J'étais entouré d'une belle brochette de spécialistes et membres influents de l'univers rock français : Arnaud Delbarre (Président Directeur Général de l’Olympia), Xavier Bonnet (Journaliste à Rolling Stone), Lionel Girardon (Directeur Marketing de Fender), Nicolas Le Bouëdec (Responsable Marketing Gérard Drouot Productions), Olivier Bas (Directeur Artistique « CD’aujourd’hui »), Karine Sancho (Attaché de presse Roadrunner/Warner), Yazid Manou (Attaché de presse musique) et Julien (Animateur sur Ouï FM).
(...)

Enfin Super Fudge Chunk et leur post-pop, new wave, à la fois indus et Rock. De loin le groupe le plus original et le plus 'en place'.
Mais, la musique ce n'est pas une compétition...
Super Fudge Chunk a gagné (enfin remporté le plus de faveurs du jury), et la soirée fut vraiment sympa, avec une excellente ambiance. Bravo aux 3 groupes ! - Spark


"Cinéma La Planche d’Actu Évènements PariZiens Musique Ecrivains contemporains Coups de coeur LA FINALE DU HARD ROCK RISING 2012 AUX COULEURS DE SAINT-ETIENNE"

Le 29 Mars 2012, au Hard Rock Cafe de Paris, s’est déroulée la finale tant attendu du Hard Rock Rising 2012.

C’est Vanessa Miller-Beneteau, Sales and Marketing Manager du Hard Rock Cafe Paris, qui a organisé cet évènement réussi.

Le jury était constitué d’experts de la musique, parmi lesquels, Karine Sancho (attachée de presse de Warner Music France) , Robin Ruttun (Responsable éditorial et achats concerts/documents musicaux Groupe M6), Xavier Bonnet (Journaliste à Rolling Stone), Arnaud Delbarre (Président Directeur Général de l’Olympia), Lionel Girardon (Directeur Marketing de Fender), Nicolas Le Bouëdec (Responsable Marketing Gérard Drouot Productions), Olivier Bas (Directeur Artistique « CD’aujourd’hui »), Yazid Manou (Attaché de presse musique) et Julien et Thomas Caussé (Animateurs sur Ouï FM) qui ont également animé les soirées.

3 groupes se disputaient cette finale.
- Les Consolers of the Lonely
- Ashes Warriors
- Super Fudge Chunk

Les Consolers of the Lonely, favoris de Planche.com, 2 guitares-chant, 1 guitare,1 basse et 1 batterie, ont ouvert les hostilités en chauffant la salle de leur énergie. Ils ont une fois de plus, lors de cette finale, prouvé que le talent peut être créatif en dehors des shémas convenus et à un très haut niveau.
Les Ashes Warriors, 2 guitares chant, basse-choeurs, batterie-choeurs, ont transformé le Hard Rock Café en un concert Mettalliqueux des plus réussi, avec une grande virtuosité tant sur le plan de l’écriture que de l’interprétation.
Les gagnants de cette finale sont les SUPER FUDGE CHUNK, venus de St Etienne, 3 frères, guitare-chant, batterie et clavier-basse, 3 looks et du Rock bien foutu.
Ce groupe émergeant nous a gratifié d’un rock pêchu et conforme à la pure tradition du Hard Rock Café.

Maintenant, une nouvelle étape attend les gagnants. Grâce aux suffrages reccueilis sur le facebook du Hard Rock Cafe Paris du 9 au 20 Avril 2012, ils feront ou pas partie des10 finalistes mondiaux qui se disputeront l’honneur de faire la 1ère partie de Bruce Springsteen à Londres,
Bonne chance les SUPER FUDGE CHUNK !
- http://blogscotchrouge.com


"Cinéma La Planche d’Actu Évènements PariZiens Musique Ecrivains contemporains Coups de coeur LA FINALE DU HARD ROCK RISING 2012 AUX COULEURS DE SAINT-ETIENNE"

Le 29 Mars 2012, au Hard Rock Cafe de Paris, s’est déroulée la finale tant attendu du Hard Rock Rising 2012.

C’est Vanessa Miller-Beneteau, Sales and Marketing Manager du Hard Rock Cafe Paris, qui a organisé cet évènement réussi.

Le jury était constitué d’experts de la musique, parmi lesquels, Karine Sancho (attachée de presse de Warner Music France) , Robin Ruttun (Responsable éditorial et achats concerts/documents musicaux Groupe M6), Xavier Bonnet (Journaliste à Rolling Stone), Arnaud Delbarre (Président Directeur Général de l’Olympia), Lionel Girardon (Directeur Marketing de Fender), Nicolas Le Bouëdec (Responsable Marketing Gérard Drouot Productions), Olivier Bas (Directeur Artistique « CD’aujourd’hui »), Yazid Manou (Attaché de presse musique) et Julien et Thomas Caussé (Animateurs sur Ouï FM) qui ont également animé les soirées.

3 groupes se disputaient cette finale.
- Les Consolers of the Lonely
- Ashes Warriors
- Super Fudge Chunk

Les Consolers of the Lonely, favoris de Planche.com, 2 guitares-chant, 1 guitare,1 basse et 1 batterie, ont ouvert les hostilités en chauffant la salle de leur énergie. Ils ont une fois de plus, lors de cette finale, prouvé que le talent peut être créatif en dehors des shémas convenus et à un très haut niveau.
Les Ashes Warriors, 2 guitares chant, basse-choeurs, batterie-choeurs, ont transformé le Hard Rock Café en un concert Mettalliqueux des plus réussi, avec une grande virtuosité tant sur le plan de l’écriture que de l’interprétation.
Les gagnants de cette finale sont les SUPER FUDGE CHUNK, venus de St Etienne, 3 frères, guitare-chant, batterie et clavier-basse, 3 looks et du Rock bien foutu.
Ce groupe émergeant nous a gratifié d’un rock pêchu et conforme à la pure tradition du Hard Rock Café.

Maintenant, une nouvelle étape attend les gagnants. Grâce aux suffrages reccueilis sur le facebook du Hard Rock Cafe Paris du 9 au 20 Avril 2012, ils feront ou pas partie des10 finalistes mondiaux qui se disputeront l’honneur de faire la 1ère partie de Bruce Springsteen à Londres,
Bonne chance les SUPER FUDGE CHUNK !
- http://blogscotchrouge.com


"super fudge chunk : zoanthropy"


Super Fudge Chunk est un groupe stéphanois formé en 1996. Leur 6 titres "Zoanthropy" vous fait pénétrer dans un univers émo-rock-métal où émotion et énergie se marient agréablement et vous transporte dans un monde parallèle un peu à la manière d'un "White Pony" mais en moins braillé. C'est donc avec une oreille tout attentionné que j'écoute cet album qui pour moi est une découverte aussi bien au niveau du groupe que du style puisque n'écoutant pas du tout d'émo ou assimilé. Et bien ce qui est surprenant avec ce groupe c'est qu'il n'y a pas de barrière à leur musique, les frontières du rock sous toutes ses formes sont franchies avec une maîtrise incroyable .En effet,le groupe n'hésite pas à intégrer dans ses compos des styles aussi divers que le métal pour certains riffs de guitare,la pop pour ses refrains entraînants et voir même l'indus et le trip hop avec des samples du meilleurs effets, créant ainsi une sorte de "boule" où fusionne les différents genres,et où l'on se retrouve enfermé sans vouloir en sortir tant la musique est envoûtante.
En définitif j'ai trouvé cet album "frais" et décalé par rapport à tout ce que l'on peut entendre actuellement et personnellement je trouve que c'est une véritable prouesse puisque d'habitude je ne suis pas très réceptif à ce genre de musique préférant les choses plus "rentre dedans".Ce qui m'amène à dire que tous le monde peut se retrouver dans leur musique tant les influences sont diverses, il y en a pour quasiment tous les goûts. En un mot "surprenant".

Kronik Julien
- spiritribe.com


"super fudge chunk : zoanthropy"


Super Fudge Chunk est un groupe stéphanois formé en 1996. Leur 6 titres "Zoanthropy" vous fait pénétrer dans un univers émo-rock-métal où émotion et énergie se marient agréablement et vous transporte dans un monde parallèle un peu à la manière d'un "White Pony" mais en moins braillé. C'est donc avec une oreille tout attentionné que j'écoute cet album qui pour moi est une découverte aussi bien au niveau du groupe que du style puisque n'écoutant pas du tout d'émo ou assimilé. Et bien ce qui est surprenant avec ce groupe c'est qu'il n'y a pas de barrière à leur musique, les frontières du rock sous toutes ses formes sont franchies avec une maîtrise incroyable .En effet,le groupe n'hésite pas à intégrer dans ses compos des styles aussi divers que le métal pour certains riffs de guitare,la pop pour ses refrains entraînants et voir même l'indus et le trip hop avec des samples du meilleurs effets, créant ainsi une sorte de "boule" où fusionne les différents genres,et où l'on se retrouve enfermé sans vouloir en sortir tant la musique est envoûtante.
En définitif j'ai trouvé cet album "frais" et décalé par rapport à tout ce que l'on peut entendre actuellement et personnellement je trouve que c'est une véritable prouesse puisque d'habitude je ne suis pas très réceptif à ce genre de musique préférant les choses plus "rentre dedans".Ce qui m'amène à dire que tous le monde peut se retrouver dans leur musique tant les influences sont diverses, il y en a pour quasiment tous les goûts. En un mot "surprenant".

Kronik Julien
- spiritribe.com


"super fudge chunk"

Super Fudge Chunk
Les Nuits de Fourvière sont devenues une scène de référence parmi les grands festivals internationaux, cette année l'amphithéâtre a accueilli des pointures telles que dEUS, Dionysos, Franz Ferdinand, Sting, The Strokes pour ne citer qu'eux..., parmi eux Super fudge Chunk formation de 4 musiciens ont pu ravir le 29 juillet 2009 lors de la session Lyon rugit la Nuit, les amateurs du genre. Au bout d'un show pour lequel le groupe s'est offert sans la moindre retenue, le pari est rempli et le public conquit car déjà les titres sont reconnus et sur les lèvres.
Avec Raising from Ashes, The Super Fudge Chunk délivre des titres rock industriels mélodiques nappés de sonorités et de passages ambients. L'album sorti le 14 avril 2006 présente un groupe à fleur de peau avec la volonté de faire partager ce qu'il a en lui en variant les genres, tout en distillant une forte tension émotionnelle. L'atmosphère qui s'en dégage est à la fois d'une simplicité confondante et d'une effroyable efficacité. Les riffs tranchants se supperposent aux élans lyriques de John dont le chant calme et clair, variant parfois vers le cri déchirant ajoute à la puissance du son du groupe, un bon calibrage. Les surrounds utilisés et les basses viennent soutenir la dynamique et ne sortent jamais de leur rôle pondéré. La centrale est remarquable de clarté et d’intelligibilité. Raising from Ashes, album clair-obscur, offre à l'auditeur des ambiences oppressantes, tout en nuances de sombres, la musique exposerait les angoisses au milieu desquelles la voix du chanteur serait la clef vers une forme de catharcie. A l'instar de ce qu'a pu faire Vincent Price, figure emblématique de la Hammer, l'univers de Super Fudge Chunk est unique et original, sombre et féerique.
A découvrir absoluement
sypho - Rock in Chair


"super fudge chunk"

Super Fudge Chunk
Les Nuits de Fourvière sont devenues une scène de référence parmi les grands festivals internationaux, cette année l'amphithéâtre a accueilli des pointures telles que dEUS, Dionysos, Franz Ferdinand, Sting, The Strokes pour ne citer qu'eux..., parmi eux Super fudge Chunk formation de 4 musiciens ont pu ravir le 29 juillet 2009 lors de la session Lyon rugit la Nuit, les amateurs du genre. Au bout d'un show pour lequel le groupe s'est offert sans la moindre retenue, le pari est rempli et le public conquit car déjà les titres sont reconnus et sur les lèvres.
Avec Raising from Ashes, The Super Fudge Chunk délivre des titres rock industriels mélodiques nappés de sonorités et de passages ambients. L'album sorti le 14 avril 2006 présente un groupe à fleur de peau avec la volonté de faire partager ce qu'il a en lui en variant les genres, tout en distillant une forte tension émotionnelle. L'atmosphère qui s'en dégage est à la fois d'une simplicité confondante et d'une effroyable efficacité. Les riffs tranchants se supperposent aux élans lyriques de John dont le chant calme et clair, variant parfois vers le cri déchirant ajoute à la puissance du son du groupe, un bon calibrage. Les surrounds utilisés et les basses viennent soutenir la dynamique et ne sortent jamais de leur rôle pondéré. La centrale est remarquable de clarté et d’intelligibilité. Raising from Ashes, album clair-obscur, offre à l'auditeur des ambiences oppressantes, tout en nuances de sombres, la musique exposerait les angoisses au milieu desquelles la voix du chanteur serait la clef vers une forme de catharcie. A l'instar de ce qu'a pu faire Vincent Price, figure emblématique de la Hammer, l'univers de Super Fudge Chunk est unique et original, sombre et féerique.
A découvrir absoluement
sypho - Rock in Chair


"Chronique de Raising From Ashes"

Je viens de découvrir Super Fudge Chunk, avec leur premier vrai album « Raising from ashes » et je dois dire que leur album est véritablement génial.
Sur cet album on peut réellement voir leurs influences tels que : AQME, Watcha ou encore Mickey 3d pour ne citer qu'eux.

Parlons un peu de l'album maintenant, et c'est la grande surprise, pratiquement un sans faute.
L'album s'écoute sans problème, les 50 min je ne les ai pas vu passer. Les intros de chacune des chansons sont sublimes, les instruments sont très bien en place, les riffs sont déments et les parties de synthé de beats et de sounds sont très bien intégrées.
On peut vraiment voir qu'ils n'ont pas pris la composition de cet album à la légère. Le point en plus pour moi, c'est que cet album est aussi bien composé de chansons en français que de chansons en anglais et pour ma part ça été vraiment été sensationnel, surtout pour les chansons « conte de fée » et « les larmes ».Quant au chant, je ne peux rien lui reprocher, j'ai complètement adhéré.

Raising From Ashes est un album qu'on peut écouter du début jusqu’à la fin sans se lasser.
Je le recommande fortement.
Ajouté par Le p'tit.
- RockMuZiK


"Raising From Ashes"

A l'instar de MOK, dont nous vous parlions voici quelques semaines - chronique CD par ici et chronique concert par là ! - Super Fudge Chunk fait partie de l'écurie du dynamique tourneur-promoteur lyonnais Caravelle Prod. Et ce dernier sait, visiblement, choisir ses poulains, car SFC fait preuve, une nouvelle fois, d'une belle personnalité.

Ce groupe stéphanois n'en est pas véritablement à son coup d'essai : il existe depuis 1996, a déjà sorti une démo en 1997, un EP ("L'Instinct Eternel") en 2001, et un maxi en 2003, "Zoanthropy", sans compter plusieurs apparitions sur des compilations ou des samplers de magazines. Côté scène, grosse expérience également, avec de nombreux concerts, dont certains sur la même scène que Watcha, Aqme, ou encore Eths.

A la découverte des premières mesures du premier morceau, "A Song For The Lost", on peut redouter d'avoir affaire à un clone de Rage Against The Machine (le riff d'intro), ou de Faith No More époque "King For A Day..." (le refrain). Pourtant, il n'en est rien, et il s'avère rapidement que les titres recèlent plusieurs niveaux de lecture, plusieurs couches de son qui se révèleront au fil des écoutes. De plus, SFC ne se cantonne pas à un seul style musical. Si le groupe se définit lui-même comme émo-rock, il n'hésite pas à faire le grand écart, du gros riff métal urbain aux bidouillages électroniques, du trip-hop à la pop, de la voix mélodique à la scansion (presque) rap, de l'usage du français à celui de l'anglais. Et il parvient à proposer des alliances pertinentes et non anachroniques en de nombreuses occasions : un "Yael" qui monte en puissance, un "Oneyed Crowed" vindicatif, un "Pushing Away" groovy et dansant.

C'est dans les ambiances tendues et osées que SFC me semble le plus percutant, sur "The Fall Of Babylon", sur "Liquid Emotions" aux relents de Muse, plus encore sur le long titre final, "Miracle", hypnotique jam électronisante de seize minutes vingt !
A contrario, certaines lignes de chant plus soft font preuve de moins de maturité et d'assurance, comme sur "Conte de Fée", ou sur "Les Larmes", où la voix de Jonathan apparaît comme étonnamment plus "juvénile". C'est là, peut-être, le seul point sur lequel le groupe semble posséder une marge de progression, avec, pour chercher la petite bête, l'accent anglais qui n'est que "presque parfait" ("Titanium") !

Car du côté de la mise en son, le groupe réalise un travail phénoménal, les astuces de production le disputant à la versatilité des ambiances. Les années de galère et d'apprentissage n'auront pas été vaines, et Super Fudge Chunk se permet de fêter ses dix ans avec un album remarquablement mûr.

par Mitch
le 12 juin 2006 - musicaljam.com


"Raising From Ashes"

A l'instar de MOK, dont nous vous parlions voici quelques semaines - chronique CD par ici et chronique concert par là ! - Super Fudge Chunk fait partie de l'écurie du dynamique tourneur-promoteur lyonnais Caravelle Prod. Et ce dernier sait, visiblement, choisir ses poulains, car SFC fait preuve, une nouvelle fois, d'une belle personnalité.

Ce groupe stéphanois n'en est pas véritablement à son coup d'essai : il existe depuis 1996, a déjà sorti une démo en 1997, un EP ("L'Instinct Eternel") en 2001, et un maxi en 2003, "Zoanthropy", sans compter plusieurs apparitions sur des compilations ou des samplers de magazines. Côté scène, grosse expérience également, avec de nombreux concerts, dont certains sur la même scène que Watcha, Aqme, ou encore Eths.

A la découverte des premières mesures du premier morceau, "A Song For The Lost", on peut redouter d'avoir affaire à un clone de Rage Against The Machine (le riff d'intro), ou de Faith No More époque "King For A Day..." (le refrain). Pourtant, il n'en est rien, et il s'avère rapidement que les titres recèlent plusieurs niveaux de lecture, plusieurs couches de son qui se révèleront au fil des écoutes. De plus, SFC ne se cantonne pas à un seul style musical. Si le groupe se définit lui-même comme émo-rock, il n'hésite pas à faire le grand écart, du gros riff métal urbain aux bidouillages électroniques, du trip-hop à la pop, de la voix mélodique à la scansion (presque) rap, de l'usage du français à celui de l'anglais. Et il parvient à proposer des alliances pertinentes et non anachroniques en de nombreuses occasions : un "Yael" qui monte en puissance, un "Oneyed Crowed" vindicatif, un "Pushing Away" groovy et dansant.

C'est dans les ambiances tendues et osées que SFC me semble le plus percutant, sur "The Fall Of Babylon", sur "Liquid Emotions" aux relents de Muse, plus encore sur le long titre final, "Miracle", hypnotique jam électronisante de seize minutes vingt !
A contrario, certaines lignes de chant plus soft font preuve de moins de maturité et d'assurance, comme sur "Conte de Fée", ou sur "Les Larmes", où la voix de Jonathan apparaît comme étonnamment plus "juvénile". C'est là, peut-être, le seul point sur lequel le groupe semble posséder une marge de progression, avec, pour chercher la petite bête, l'accent anglais qui n'est que "presque parfait" ("Titanium") !

Car du côté de la mise en son, le groupe réalise un travail phénoménal, les astuces de production le disputant à la versatilité des ambiances. Les années de galère et d'apprentissage n'auront pas été vaines, et Super Fudge Chunk se permet de fêter ses dix ans avec un album remarquablement mûr.

par Mitch
le 12 juin 2006 - musicaljam.com


"zoanthropy"

SuperFudgeChunk, voilà un nom qui mériterait d’être plus connu ! Le groupe vient de St Etienne et sort chez Musicast « Zoanthropy » un Ep 6 titres des plus intéressants, une très agréable surprise pour moi, espérons que vous serez nombreux à être convaincu par SFC !

6 titres pour ½ heure de plaisir, voilà ce qui vous attend à l’écoute de « zoanthropy », subtil mélange de très nombreuses influences, du rock au metal, pour simplifier... Aucun titre ne se ressemble même si l’âme de SuperFudgeChunk se ressent à travers toutes les chansons. « the fall of babylon » pourrait faire penser à Coal Chamber pour la voix rauque tout en retenue, l’ambiance gloque, l’émotion qui monte petit à petit, mais les passages mélodiques nous éloigne vite de la comparaison… Dit comme cela, rien de bien original, mais c’est bigrement bien fait ! A l’opposé, « dunes (calling you) » sonne vraiment moins metal, plus atmosphérique à la manière d'un "white pony", le titre est réellement touchant. Quelques machines et samples viennent légèrement agrémenter la chanson, mais c’est bien le chant, limpide qui mène la danse…

Autre aperçu du talent de SuperFudgeChunk, un excellent « black mood », ou la revanche des guitares et de la batterie qui instaurent un rythme saccadé, limite mécanique, industriel. Murmures, cris déformés, le chant prend une nouvelle fois une autre forme… Super Fudge Chunk chante en anglais, langue qui semble parfaitement maîtrisée tant tout coule de source… « Closer to god » termine en douceur cet Ep, les mélodies empruntent aussi bien au rock, à la pop ou à l’emo, et une fois encore les ambiances sont très travaillées !

Que dire de plus sinon vous conseiller d’écouter, SuperFudgeChunk fait très forte impression, quelques écoutes suffisent à être accro… La production est aussi d’excellente qualité, que demander de plus ? Un album ? Oui ! Mais attendant, on se content de « Zoanthropy » qui une fois de plus place la barre très haut !



Par Pierrot, le 07/05/2005 - santagore.com


"zoanthropy"

SuperFudgeChunk, voilà un nom qui mériterait d’être plus connu ! Le groupe vient de St Etienne et sort chez Musicast « Zoanthropy » un Ep 6 titres des plus intéressants, une très agréable surprise pour moi, espérons que vous serez nombreux à être convaincu par SFC !

6 titres pour ½ heure de plaisir, voilà ce qui vous attend à l’écoute de « zoanthropy », subtil mélange de très nombreuses influences, du rock au metal, pour simplifier... Aucun titre ne se ressemble même si l’âme de SuperFudgeChunk se ressent à travers toutes les chansons. « the fall of babylon » pourrait faire penser à Coal Chamber pour la voix rauque tout en retenue, l’ambiance gloque, l’émotion qui monte petit à petit, mais les passages mélodiques nous éloigne vite de la comparaison… Dit comme cela, rien de bien original, mais c’est bigrement bien fait ! A l’opposé, « dunes (calling you) » sonne vraiment moins metal, plus atmosphérique à la manière d'un "white pony", le titre est réellement touchant. Quelques machines et samples viennent légèrement agrémenter la chanson, mais c’est bien le chant, limpide qui mène la danse…

Autre aperçu du talent de SuperFudgeChunk, un excellent « black mood », ou la revanche des guitares et de la batterie qui instaurent un rythme saccadé, limite mécanique, industriel. Murmures, cris déformés, le chant prend une nouvelle fois une autre forme… Super Fudge Chunk chante en anglais, langue qui semble parfaitement maîtrisée tant tout coule de source… « Closer to god » termine en douceur cet Ep, les mélodies empruntent aussi bien au rock, à la pop ou à l’emo, et une fois encore les ambiances sont très travaillées !

Que dire de plus sinon vous conseiller d’écouter, SuperFudgeChunk fait très forte impression, quelques écoutes suffisent à être accro… La production est aussi d’excellente qualité, que demander de plus ? Un album ? Oui ! Mais attendant, on se content de « Zoanthropy » qui une fois de plus place la barre très haut !



Par Pierrot, le 07/05/2005 - santagore.com


"ZOANTHROPY"

Vous connaissez la glace au Super Fudge Chunk ? nan ? bah c'est bon, devriez gouter… vous connaissez le groupe d'emo rock Super Fudge Chunk ? nan ? bah c'est sympa, devriez écouter… C'est donc sur ce début en blague de merde que je vais vous parler de Zoanthropy, le maxi 6 titres de SPC (ça va plus vite de dire SPC). Donc SPC est un groupe assez jeune venant de Saint Etienne et qui délivre un emo rock avec quelques petites touches « metal atmosphérique » ma foi fort plaisant. En sort un cocktail bien sympa qui peut tout aussi alterner entre mélancolie et puissance, passant d'une grosse guitare a des passages plus posés et clames, voir atmosphériques. Le chant lui aussi passe par des moments posés et melodiques à des moments plus énergiques (oui enfin, c'est quand même pas du brutal death, mais on s'est compris hein). On a ainsi droit à de très bonnes compos sur ce maxi, qui laisse présager de bonnes choses pour le futur. Les ambiances sont assez bien travaillées, avec des petits samples bien trouvés, on pourra ainsi noter par exemple deux chansons sympathiques à écouter comme « The Fall Of Babylon » ou « Dunes (Calling You) ». On pourra aussi noter que le titre « Dune (Calling You) » est présent sur la BO du DVD de snowboard Rip Curl sorti en septembre 2003… excusez du peu ! SPC délivre donc avec Zoanthropy un disque assez plaisant, pas révolutionnaire, mais qui détend bien entre deux disque de death metôl par exemple lol (comment ça je suis repéré ?). Un p'tit groupe à suivre en somme.
Jayraw
11 Mars 2004 - - trashocore.com


"Biographie / SFC ou la montagne Pelée..."

L'Auvergne est une terre volcanique, et si un volcan peut dormir durant pas mal de temps, le jour où il se réveille (ou se révèle), ça fait mal. Super Fudge Chunk est un groupe volcan... Une sorte de montagne Pelée qui s'est construit lentement pour nous péter à la gueule aujourd'hui. C'est en 1996 que le groupe se forme dans la région de St-Etienne, ils sortent une première démo en 97 histoire de faire davantage de scènes et de se faire connaître pour apparaître sur diverses compilations (Forez live, Si t'es musique). En 2001, ils bossent sérieusement sur un maxi (L'instinct éternel) mais leurs routes ne croisent la mienne qu'à l'occasion de la sortie de la compilation Boukan #2, le titre "Nostalgic" y est une des bonnes découvertes. Mais de bons titres sur des compils, on en entend souvent et on ne retient pas toujours tous les noms... Le volcan de type peléen continue donc de bâtir sa cheminée, Super Fudge Chunk change de guitariste, en 2002 Thomas rejoint Jonathan (chant, guitare, machines), Emmanuel (basse) et David (batterie). Ensemble ils composent et enregistrent de nouveaux titres au studio E, ils sortent en juillet 2003 sous le nom de Zoanthropy, et c'est là que le volcan explose. Il risque de ravager tous les auditeurs qui s'y frotteront... (pour plus d'infos sur les volcans, suivez des cours de collège ! Et oui, je sais, les volcans auvergnats ne sont pas de type péléen).
Leur premier album sort en avril 2006, Raising from ashes a été enregistré, lui aussi mixé et masterisé au Studio E (Ecotay) par Bruno Preynat.
Oli
Octobre 2003
- w-fenec


"Biographie / SFC ou la montagne Pelée..."

L'Auvergne est une terre volcanique, et si un volcan peut dormir durant pas mal de temps, le jour où il se réveille (ou se révèle), ça fait mal. Super Fudge Chunk est un groupe volcan... Une sorte de montagne Pelée qui s'est construit lentement pour nous péter à la gueule aujourd'hui. C'est en 1996 que le groupe se forme dans la région de St-Etienne, ils sortent une première démo en 97 histoire de faire davantage de scènes et de se faire connaître pour apparaître sur diverses compilations (Forez live, Si t'es musique). En 2001, ils bossent sérieusement sur un maxi (L'instinct éternel) mais leurs routes ne croisent la mienne qu'à l'occasion de la sortie de la compilation Boukan #2, le titre "Nostalgic" y est une des bonnes découvertes. Mais de bons titres sur des compils, on en entend souvent et on ne retient pas toujours tous les noms... Le volcan de type peléen continue donc de bâtir sa cheminée, Super Fudge Chunk change de guitariste, en 2002 Thomas rejoint Jonathan (chant, guitare, machines), Emmanuel (basse) et David (batterie). Ensemble ils composent et enregistrent de nouveaux titres au studio E, ils sortent en juillet 2003 sous le nom de Zoanthropy, et c'est là que le volcan explose. Il risque de ravager tous les auditeurs qui s'y frotteront... (pour plus d'infos sur les volcans, suivez des cours de collège ! Et oui, je sais, les volcans auvergnats ne sont pas de type péléen).
Leur premier album sort en avril 2006, Raising from ashes a été enregistré, lui aussi mixé et masterisé au Studio E (Ecotay) par Bruno Preynat.
Oli
Octobre 2003
- w-fenec


"Chronique LP / Raising from ashes"

Aprés Zoanthropy, un EP plus que prometteur, la sortie du premier album Super Fudge Chunk était sur nos tablettes et une fois la serrure du digipak forcée, le groupe nous surprend à nouveau... Leurs côtés sombres présents sur le maxi se sont dissipés au profit d'envolées lumineuses. En effet les riffs charbonniers sont rangés au placard et si l'influence de sieur Patton (plutôt période Faith No More) est toujours présente (l'énormissime "The fall of Babylon"), tout en gardant sa force rythmique le groupe a évolué vers davantage de calme et de volupté, en témoigne "Yael" où le chant complètement pop n'est pas sans rappeler le Radiohead de Pablo honey ! L'autre comparaison qui s'impose à mes oreilles est celle mettant Jonathan au niveau de Richard Patrick, et oui, certains passages de compos (et pas seulement de par le chant) font clairement penser à Filter ("Pushing away", "Miracle"). Pour en terminer avec les ressemblances, je rangerais "Conte de fée" dans le même tiroir que le "Lobotomie Sporting Club" des Kerplunk, un titre de poésie hallucinée chanté en français, la façon d'envoyer le premier couplet tout comme celle dont se termine le titre en font un ovni rafraichissant... L'utilisation du français apporte aussi un certain plus, un avis renforcé par "Les larmes", si au premier abord, les textes semblent être un handicap (Il y a des gens qui pleurent (...) Ce ne sont que des gouttes d'eau (...) qui finissent par sécher), on se laisse ensuite emporter par la dynamique et le sample... Transition simple pour noter (à nouveau) l'importance des machines qui font plus qu'assister les guitares dans leur entreprise de création d'ambiances (cf leur travail commun sur "Titanium") en terminant l'album de fort belle manière ("Miracle").
Et si tu n'en avais pas assez des 10 titres de cet excellent Raising from ashes, le code fourni sur le digipak t'offre un titre bonus en ligne. L'étape suivante pour nous c'est de vérifier tout le bien que l'on pense des SFC sur scène...
Oli - w-fenec


"Chronique LP / Raising from ashes"

Aprés Zoanthropy, un EP plus que prometteur, la sortie du premier album Super Fudge Chunk était sur nos tablettes et une fois la serrure du digipak forcée, le groupe nous surprend à nouveau... Leurs côtés sombres présents sur le maxi se sont dissipés au profit d'envolées lumineuses. En effet les riffs charbonniers sont rangés au placard et si l'influence de sieur Patton (plutôt période Faith No More) est toujours présente (l'énormissime "The fall of Babylon"), tout en gardant sa force rythmique le groupe a évolué vers davantage de calme et de volupté, en témoigne "Yael" où le chant complètement pop n'est pas sans rappeler le Radiohead de Pablo honey ! L'autre comparaison qui s'impose à mes oreilles est celle mettant Jonathan au niveau de Richard Patrick, et oui, certains passages de compos (et pas seulement de par le chant) font clairement penser à Filter ("Pushing away", "Miracle"). Pour en terminer avec les ressemblances, je rangerais "Conte de fée" dans le même tiroir que le "Lobotomie Sporting Club" des Kerplunk, un titre de poésie hallucinée chanté en français, la façon d'envoyer le premier couplet tout comme celle dont se termine le titre en font un ovni rafraichissant... L'utilisation du français apporte aussi un certain plus, un avis renforcé par "Les larmes", si au premier abord, les textes semblent être un handicap (Il y a des gens qui pleurent (...) Ce ne sont que des gouttes d'eau (...) qui finissent par sécher), on se laisse ensuite emporter par la dynamique et le sample... Transition simple pour noter (à nouveau) l'importance des machines qui font plus qu'assister les guitares dans leur entreprise de création d'ambiances (cf leur travail commun sur "Titanium") en terminant l'album de fort belle manière ("Miracle").
Et si tu n'en avais pas assez des 10 titres de cet excellent Raising from ashes, le code fourni sur le digipak t'offre un titre bonus en ligne. L'étape suivante pour nous c'est de vérifier tout le bien que l'on pense des SFC sur scène...
Oli - w-fenec


"Chronique EP / Zoanthropy"

Après les premières secondes de "The fall of Babylon", on se dit "encore un clône de Coal Chamber", riffs plombés, voix filtrée, rythmiques lourdes, la prod' est impeccable (bravo au studio E et à Bruno Preynat) mais on n'a pas le temps d'évaluer la qualité de l'enregistrement que notre esprit remplace Coal Chamber par Faith No More au rayon "associons ce groupe à un autre". Super Fudge Chunk est sur la durée difficilement incomparable, ils puisent avec brio dans plusieurs rayons ce qui les intéresse pour écrire leurs compos. Jonathan et ses comparses sont néanmoins forcément fans de Mike Patton, il est à l'aise dans tous les registres et s'amusent comme le maître à surprendre son monde. Comme Mike, il est fan de machines et s'en sert très bien, en témoignent les loops de "Dunes (calling you)" ou "Purple", les ambiances s'installent et le mixage avec les autres instruments est très fin. Les ligne mélodiques ("Closer to god") du chant contrastent avec les guitares qui nous entaillent profondément, appuyées par une rythmique sans faille et quand la voix s'obscurcit elle aussi, on a de très bons passages, surtout s'ils sont adossés à des breaks tueurs ("Black mood").
Les 6 titres et le petit bonus sont tous de très très haut niveau, si Super Fudge Chunk était un groupe parisien, il serait certainement déjà connu et admiré de tous, à l'écart du microcosme médiatique parisien, ils ont su se construire doucement (mais très sûrement !), sortir une démo au son énorme (sans star derrière les manettes) et se faire distribuer nationalement par Musicast, on les attend maintenant sur scène hors de leurs bases... Pour le moment, on ré-écoute avec joie ce qui est certainement le meilleur EP sorti cette année en terme de métal français.
Oli - w-fenec.org


"Chronique EP / Zoanthropy"

Après les premières secondes de "The fall of Babylon", on se dit "encore un clône de Coal Chamber", riffs plombés, voix filtrée, rythmiques lourdes, la prod' est impeccable (bravo au studio E et à Bruno Preynat) mais on n'a pas le temps d'évaluer la qualité de l'enregistrement que notre esprit remplace Coal Chamber par Faith No More au rayon "associons ce groupe à un autre". Super Fudge Chunk est sur la durée difficilement incomparable, ils puisent avec brio dans plusieurs rayons ce qui les intéresse pour écrire leurs compos. Jonathan et ses comparses sont néanmoins forcément fans de Mike Patton, il est à l'aise dans tous les registres et s'amusent comme le maître à surprendre son monde. Comme Mike, il est fan de machines et s'en sert très bien, en témoignent les loops de "Dunes (calling you)" ou "Purple", les ambiances s'installent et le mixage avec les autres instruments est très fin. Les ligne mélodiques ("Closer to god") du chant contrastent avec les guitares qui nous entaillent profondément, appuyées par une rythmique sans faille et quand la voix s'obscurcit elle aussi, on a de très bons passages, surtout s'ils sont adossés à des breaks tueurs ("Black mood").
Les 6 titres et le petit bonus sont tous de très très haut niveau, si Super Fudge Chunk était un groupe parisien, il serait certainement déjà connu et admiré de tous, à l'écart du microcosme médiatique parisien, ils ont su se construire doucement (mais très sûrement !), sortir une démo au son énorme (sans star derrière les manettes) et se faire distribuer nationalement par Musicast, on les attend maintenant sur scène hors de leurs bases... Pour le moment, on ré-écoute avec joie ce qui est certainement le meilleur EP sorti cette année en terme de métal français.
Oli - w-fenec.org


"LES NUITS DE FOURVIERE La colline a des oreilles"

Samedi soir, une programmation consacrée à la nouvelle scène régionale accueillait cinq groupes aux influences pour le moins cosmopolites. Entrée en matière avec les Super Fudge Chunk, tout jeune groupe stéphanois. Des textes bien tournés - même si certaines allusions à la religion donnent à l'ensemble un côté mystique quelque peu déroutant - majoritairement en anglais et des accords aux sonorités "metal" décapants, mais une identité encore incertaine qui devrait s'affirmer au fil des scènes. Les Super Fudge Chunk, nouveaux représentants de l'émo-rock - dérivé mélancolique et lancinant du punk-rock accordant une place prépondérante à la guitare - ont profité de l'occasion pour présenter leur second album, 'Raising From Ashes', sorti en avril dernier. - evene.fr


"LES NUITS DE FOURVIERE La colline a des oreilles"

Samedi soir, une programmation consacrée à la nouvelle scène régionale accueillait cinq groupes aux influences pour le moins cosmopolites. Entrée en matière avec les Super Fudge Chunk, tout jeune groupe stéphanois. Des textes bien tournés - même si certaines allusions à la religion donnent à l'ensemble un côté mystique quelque peu déroutant - majoritairement en anglais et des accords aux sonorités "metal" décapants, mais une identité encore incertaine qui devrait s'affirmer au fil des scènes. Les Super Fudge Chunk, nouveaux représentants de l'émo-rock - dérivé mélancolique et lancinant du punk-rock accordant une place prépondérante à la guitare - ont profité de l'occasion pour présenter leur second album, 'Raising From Ashes', sorti en avril dernier. - evene.fr


Discography

The First And The Last (LP- AntiStatiK / Believe Digital 2012)
The First... Short Stories (EP - AntiStatiK/ Believe Digital 2012)
The Fall Of Babylon (EP - BabyBoom Records 2008)
Raising From Ashes (album - AntiStatiK / BabyBoom records 2007)
Zoanthropy (EP AntiStatiK- 2002)

Photos

Bio

Between emotion and energy, shivering and sweat, SuperFudgeChunk sets up a hybrid atmosphere : spellbinding, melancholic, rash and raging.
There are many influences in the music of SuperFudgeChunk, obviously rock pops into our heads along with electro, pop and eastern tones.
They create rock music with a difference: Their music is full of dreamlike atmospheres, just like a movie soundtrack.
They toured in many festivals and venues around europe, mostly in france and in the UK (Transbordeur/Lyon/France, CCO, le Ninkasi Kao (69), le Hall C , Salle Jeanne d’Arc, IronWorks (Inverness, Ecosse), Club Nirvana (Wigan, UK), Cafe Drummonds (Aberdeen, Scotland), Dry Bar (Manchester, UK), Les Nuits de Fourvière (Lyon, France), GoNorth (Scotland)…).