Zanzibar
Gig Seeker Pro

Zanzibar

Brussels, Brussels Capital Region, Belgium | Established. Jan 01, 2007

Brussels, Brussels Capital Region, Belgium
Established on Jan, 2007
Band Blues World

Calendar

This band hasn't logged any future gigs

Sep
22
Zanzibar @ Centre culturel d'Engis

Engis, Walloon Region, Belgium

Engis, Walloon Region, Belgium

Jun
11
Zanzibar @ Auditorium Jacques Brel

Bruxelles, Brussels Capital Region, Belgium

Bruxelles, Brussels Capital Region, Belgium

May
21
Zanzibar @ Brussels Jazz Marathon

Bruxelles, Brussels Capital Region, Belgium

Bruxelles, Brussels Capital Region, Belgium

Music

Press


Renaud Patigny s'y est produit avec sa toute nouvelle formation, ZANZIBAR. C'est un nouveau départ visiblement réussi à en croire les applaudissements.
Tout simplement une première mondiale avec deux percussionniste africains et un tubiste. Avec également une section cuivres époustouflante pour un show vraiment mémorable.
Du Bessie Smith "à la sauce Zanzibar" c'est vraiment délicieux !
- Jean - Pierre Lefèbvre - La Voix du Nord


Ils sont vraiment motivés pour donner un concert de jazz exceptionnel.
Ce sera un grand moment de bonheur, c'est sùr. - Le Courrier Picard


Ils sont vraiment motivés pour donner un concert de jazz exceptionnel.
Ce sera un grand moment de bonheur, c'est sùr. - Le Courrier Picard


L’orchestre belge Zanzibar (www.88boogie.com) comprend un ensemble
original de huit musiciens de talent. Outre son pianiste chef d’orchestre,
Renaud Patigny, sa chanteuse à la voix merveilleuse Sylvie Nawasadio, on trouve au tuba Didier Heggerick, aux percussions et chant Octave Agbekpenou, et aux percussions Fidèle Affannou, au saxo alto Rhonny Ventat, au saxo tenor Franck Guétatra, et Filip Demeyer au saxo baryton.
Renaud Patigny, pianiste belge renommé – un des plus populaires en
Belgique, compositeur reconnu dans de nombreux pays d’Europe et aux Etats-Unis –, plus de 1 000 galas et concerts à son actif, forme avec la chanteuse Sylvie Nawasadio un duo phénoménal qui développe un style afro boogiewoogie unique en Europe.
L’orchestre est accompagné par Pascale Snoeck, une remarquable reine de la sono qui sait valoriser le son à la perfection. - Georges Baquot - La Gazette - Nord Pas de Calais


L’orchestre belge Zanzibar (www.88boogie.com) comprend un ensemble
original de huit musiciens de talent. Outre son pianiste chef d’orchestre,
Renaud Patigny, sa chanteuse à la voix merveilleuse Sylvie Nawasadio, on trouve au tuba Didier Heggerick, aux percussions et chant Octave Agbekpenou, et aux percussions Fidèle Affannou, au saxo alto Rhonny Ventat, au saxo tenor Franck Guétatra, et Filip Demeyer au saxo baryton.
Renaud Patigny, pianiste belge renommé – un des plus populaires en
Belgique, compositeur reconnu dans de nombreux pays d’Europe et aux Etats-Unis –, plus de 1 000 galas et concerts à son actif, forme avec la chanteuse Sylvie Nawasadio un duo phénoménal qui développe un style afro boogiewoogie unique en Europe.
L’orchestre est accompagné par Pascale Snoeck, une remarquable reine de la sono qui sait valoriser le son à la perfection. - Georges Baquot - La Gazette - Nord Pas de Calais


Compte à son actif plus de 1.000 galas et concerts, en Belgique, Allemagne, France, Suisse, Hollande, Angleterre, Espagne, Bulgarie, Suède, Danemark, USA (Festival de Jazz de Gouvy, Brosella, Spring Blues, Jazz Marathon, Festivals d’Edinburgh, Delémont, Mantes, Laroquebrou, Verrières, Esslöv, Lund, Luxembourg, Cincinnati Ohio, Newport Kentucky, Memphis Tennessee, Festival de Blues de Chicago, Nuits du Ragtime à Paris, à Goutelas, Nancy Jazz Pulsation, Festival de Boogie de Paris, de Lugano, Festival de Jazz du Crotoy, Festivals de Blues de Cahors, de Bellinzona, de Rovigo ,… ) Ses aventures l’ont entraîné à se produire sur la scène du plus grand festival de blues de la planète, celui de Chicago ( un MILLION de spectateurs !! ), il fut en 2007 un des deux seuls artistes européens engagés, et les critiques à son sujet furent dithyrambiques ( Howard Reich dans le Chicago Tribune : « … il maîtrise mieux le domaine du boogie woogie que la plupart des pianistes américains… » toujours à Chicago choix de l’artiste de la semaine dans « The Reader » ; le Cincinnati Beat le surnomma « le nouveau génie européen du boogie » ).

> Premières parties Canned Heat, Luther Allison, Lucky Thompson, …

> Télévision / cinéma Plusieurs émissions pour RTL, RTBF, VRT. Compositeur des musiques de « Cine Follies », série de 100 clips produits par Alligator Films et diffusés sur RTL, VRT, RTP, ARD, en Afrique, en Scandinavie …

> Artistes accompagnés sur scène Big Joe Duskin, Jamie Wood and band, Mississipi Heat, Mose Vinson, Claude Bolling, Willy Van de Walle, Mal Waldron, DiAnne Price, Jeanette Thompson, Pierre – Alain Volondat, …

Spécialisé dans la transcription intégrale de chefs d’oeuvre des origines du Jazz et du Blues d’après 78 tours; a de même réalisé la transcription des cadences d’Arthur Grumiaux. Organisateur et producteur du Brussels Boogie Woogie Festival, du Swing Jazz, directeur artistique du Festival International de Boogie Woogie de Cambrai (FR), des soirées Swing Oasis de Chauny (FR). - Zone de talent (sam)


Dès l’entrée dans le hall du théâtre, on pouvait découvrir des visages de spectateurs qui arboraient un large sourire. Sans doute des fidèles de cet incontournable évènement musical cambrésien, assurés de passer un formidable moment, et la première soirée, vendredi, ne les a absolument pas déçus, bien au contraire…

Cambrai. Cette soirée d’ouverture débuta par un boogie très jazzy avec le directeur artistique du festival, l’inénarrable Renaud Patigny au piano et Elaine McKeown au chant. Sa voix à la Billie Holiday et son sens du groove ont enchanté l’auditoire, ravi d’entonner Johnny B. Goode ou Blueberry Hill avec elle et le bassiste John Valcke en choriste de luxe. Vint ensuite l’allemand Martin Schmitt, un formidable dynamiteur de salle, capable de faire exploser des battements de mains à tout moment. Sa formidable vélocité a fasciné les plus exigeants des connaisseurs d’autant que ce génial pianiste n’a aucun mal à jouer des morceaux entiers à l’aveugle, profitant pour l’occasion d’admirer ses mains galoper sur le clavier sur l’image projetée en fond d’écran ! Capable de faire sonner un piano comme personne, il a su aussi fédérer une superbe chorale autour d’un mémorable « King of the road ». Lorsque, le temps d’un duo explosif, Renaud Patigny le rejoignit sur scène, il montra qu’il n’était jamais aussi à l’aise que lorsqu’il joue sur deux pianos à la fois.

La deuxième partie fut tout aussi éblouissante avec la prestation très attendue du fougueux barcelonais Lluis Coloma, sans doute le seul musicien au monde à oser mixer boogie et flamenco ! Littéralement habité par sa musique, il s’est montré capable des plus belles prouesses pianistiques comme des plus improbables « pots-pourris ». Et c’est un super numéro qu’il a offert avec la complicité de la danseuse Caroline Podetti, aussi jolie que gracieuse. A 87 ans, le pianiste américain, Bob Seeley, a apporté la preuve tangible que le boogie d’époque n’avait pas pris une seule ride… Il assura lui aussi le show, avec des danseurs qui, en solo ou en duo, allèrent jusqu’à donner le tempo. Suivit alors un fabuleux numéro de duettistes avec Lluis Coloma et Martin Schmitt avant la jam session finale avec huit mains pour deux pianos. Accompagnés par Tristan Patigny à la batterie, Elaine McKeown au chant et les danseurs Jelly Germain et Caroline Podetti. A l’occasion de ce final, beaucoup ont dû se dire qu’ils aimeraient être comme Bob Seeley à son âge, lui qui n’hésita pas à esquisser quelques pas de danse sur la scène. Il était alors minuit trente mais la soirée se prolongea bien plus tard pour tous ceux qui profitèrent de « l’after » et de la traditionnelle soupe à l’oignon. C’est cela aussi, le boogie : une grande convivialité et du plaisir en partage lors de ce festival qui s’est poursuivi hier soir et se termine ce dimanche. JPL (clp)
Cocktail explosif de talents… au théâtre ce dimanche

CAMBRAI. Prenez un pianiste hollandais, un autre américain, un quartette belge et un autre français, mixez le tout soigneusement et vous aurez un final éblouissant !

La recette est infaillible, nous l’avons expérimentée pour vous lors des éditions précédentes.

Parmi les meilleurs aux Pays-Bas

Jeroen Sweers étudia en 2002 au conservatoire de Zwolle dans la division de la musique légère. C’est en 2003 qu’il fut sollicité par le pianiste hollandais de boogie-woogie Jaap Dekker, pour faire partie du show Le Grand Piano Boogie Train, ce qui lui permit de se hisser parmi les meilleurs pianistes de boogie aux Pays-Bas. Son trio fut alors engagé dans les plus grands festivals de jazz, blues, pop et boogie-woogie aux Pays-Bas.

Un incontournable

de la scène

Dave Keyes fut consacré « meilleur pianiste » par la Blues Foundation en 2014. Il est devenu un incontournable de la scène à New York City. Il accompagne régulièrement sur scène Popa Chubby, Ronnie Spector, Odetta, Marie Knight pour n’en citer que quelques-uns. Il a d’ailleurs assuré en piano solo la première partie de Popa Chubby l’an dernier à l’Olympia à guichets fermés devant 2000 personnes. Il a longtemps été directeur musical à Broadway de la fameuse revue Smokey Joe’s Café. La Boogie Battle de ce dimanche verra s’opposer fraternellement le quartette de Jean-Pierre Bertrand à Zanzibar, celui de Renaud Patigny.

Depuis 1989, Jean-Pierre Bertrand a enregistré dix albums en piano solo ou orchestre et est considéré par les médias et le public comme l’un des meilleurs pianistes de boogie-woogie en France. Son quartette est composé de Michel Pastre, un des meilleurs saxos de France, Simon Boyer à la batterie et Nicolas Peslier à la guitare.

Autour de Renaud Patigny, vous retrouverez Kankan Bayo, batteur percussionniste guinéen, Désiré Ntemere chanteur burundais et Geneviève Dartevelle à l’harmonica, spécialiste du blues, une musicienne hors norme que l’on appréciera sans nul doute de voir pour la troisième fois dans ce festival.

Le quartette Zanzibar s’est donné principalement pour mission d’explorer les racines africaines du boogie-woogie.

Au terme de la jam session finale, vous apprécierez le traditionnel vin chaud qui vous sera offert dans le hall du théâtre.

J.-P. L.(CLP)

Le programme

Jeroen Sweers (Holl), Dave Keyes (USA), Renaud Patigny quartette Zanzibar (BE), Jean-Pierre Bertrand quartette (FR).

Rendez-vous au théâtre de Cambrai, place Jean-Moulin,

ce dimanche 24 à 15 heures.

Tél. : 03 27 72 95 00.

Les tarifs

Entrée : tarif plein, 31 € ; tarif réduit : 18 € ; pour scolaires, 7 €.

La Voix du Nord - Cambrai ( La voix du Nord )


Discography

- From Blues to Happiness (Coming soon october 2016)

- Squeeze Me Jazzband "Salute to Uncle Bijou", recorded in 1992 for Aurophon ( Germany ) AU 31623

- R Patigny and his blue Devils "Still Boogyin" recorded in 2006

Photos

Bio

Orchestre belgo – africain dont le nom provient d’un petit archipel africain, au Nord Ouest de Madagascar, au large de la Tanzanie, la côte Est de l’Afrique, celle qui fait face à l’Indonésie ; nous aimons ce nom car tout comme la musique traditionnelle africaine il parle, il est imagé. La signification du nom « Zanzibar » remonte au Moyen âge, il signifie « la terre des noirs ».Dans cet orchestre nous cherchons le chaînon manquant entre les rythmes traditionnels africains et les premiers styles afro - américains, le blues, le boogie woogie, le ragtime, le New Orleans, le swing, le Gospel.Essayez de vous imaginer une fête dans un petit village africain au cœur de la brousse, l’énergie extraordinaire des tam tams, la danse qui agite la popula-tion toute entière, des enfants aux plus âgés.Toute cette énorme énergie festive, conviviale, c’est ce qu’on retrouve dans les premiers styles afro – américains, et ce n’est que normal car ils ont été créés sur le sol américain par les descendants des esclaves provenant d’Afrique.Donc lorsque notre percussionniste Guinéen, Kakan Mbayo mélange ces rythmes traditionnels avec les basses imprimées par la main gauche de Renaud Patigny, pianiste spécialiste du boogie woogie en Belgique ( en Amérique on l’appelle le « génie européen du boogie » ), ce n’est pas une hérésie ou un mélange de mauvais goût mais une démarche somme toute assez logique.En réalité nous revisitons le boogie au travers de ses propres racines.Cela donne un nouveau style, hybride, à cheval entre la musique du monde et le boogie, le ragtime, ..... entre deux mondes, le monde africain et le monde occidental, entre deux époques, les années ’20 et aujourd’hui.Les vocalistes de l’orchestre Zanzibar d’origine africaine relèvent le défi d’opérer une fusion entre le répertoire des monstres sacrés de l’histoire des premiers styles afro - américains (Bessie Smith, Ray Charles, etc) et la musique traditionnelle africaine.Le Burundais Désiré Ntemere s’est imprégné pendant des décennies de l’art vocal des stars de la soul, du RnB vintage, du Blues le plus ancien (Robert Johnson, John Lee Hooker, Wilson Pickett, Otis Redding, Ray Charles, James Brown, ...), il est donc un chanteur idéal pour ce projet.

L’harmoniciste Geneviève Dartevelle s’est fait un nom dans le circuit du blues acoustique, personnage authentique, elle est notre « blueswoman nationale » en outre elle pratique des instruments quasi inutilisés en blues – boogie (didgeridoo, vielle), ce qui permet des investigations musicales tout à fait nou-velles.Avant chaque concert nous avons peur car cette fusion musicale est nouvelle, originale, hors des sentiers battus, et nous nous demandons comment ce sera accueilli.Mais à chaque fois les gens sont emballés, viennent nous féliciter, ça se termine toujours en apothéose, avec des rappels, le public debout, ça fait deux ans que ça dure et ce n’est que le début d’une grande aventure.

Notre but est de mettre une ambiance d’enfer en apportant une musique festive, originale, empreinte d’humour, de convivialité, mais aussi avec un fort contenu musicologique et humain.Après avoir accompli un programme en hommage à Bessie Smith et à Ray Charles, Zanzibar se tourne résolument en cette année 2015 vers le chemin des compositions personnelles.Un premier concert fort réussi à l’Espace Delvaux (Watermael Boitsfort) fin mai et sur la grande scène du Festival de Gouvy avant Manu Dibango début aoùt donnent à penser que Zanzibar est mûr pour partager de belles émotions en créant sa propre musique.





Band Members